Aller au contenu principal

Blasphème gastronomique ? Un classement « scandaleux » fait réagir les internautes du Moyen-Orient

Un tweet viral du site TasteAtlas spécialisé dans la gastronomie classe les 50 meilleures cuisines au monde. Beaucoup se demandent pourquoi les plats du Maghreb et du Moyen-Orient sont en bas du tableau
« La nourriture libanaise mérite mieux », estime un Twitto en réponse à ce classement controversé (AFP/Anwar Amro)

Il y a une semaine, internet était en pleine effervescence après un post Reddit sur le fait que les Suédois ne nourriraient pas leurs invités, les habitants du Maghreb et du Moyen-Orientaux menant la fronde contre cet affront à leur sens de l’hospitalité.

Cette semaine, c’est un site peu connu spécialisé dans la nourriture qui s’est attiré les foudres des internautes en raison de son classement des cuisines du monde.

#Swedengate : les internautes de la région MENA ironisent sur le manque d’hospitalité des Suédois
Lire

TasteAtlas, site qui permet à ses visiteurs d’explorer la cuisine d’un lieu quelconque, a partagé samedi son classement des 50 meilleures cuisines au monde, ne s’attendant certainement pas au déluge de réactions que celui-ci allait entraîner.

En tête, la cuisine italienne ne fait vraiment pas débat. Mais tout se corse dans la suite du classement.

Pour les habitants du Moyen-Orient, l’aspect le plus controversé du classement est la 41e place attribuée à la cuisine libanaise et la 35e place obtenue par la Syrie.

La Turquie (17e) arrive première dans les pays du Moyen-Orient, mais derrière les États-Unis (13e), tandis que la Roumanie est au pied du podium.

Traduction : « CLASSEMENT DES CUISINES DU MONDE mise à jour (juin 2022)

Votre avis ? La note de chaque pays est obtenue par la moyenne des notes données par les utilisateurs aux 30 meilleurs plats, boissons et produits alimentaires du pays en question. Les pays qui n’apparaissent pas dans la liste ne disposent pas de suffisamment d’éléments notés. »

Le fait que de nombreuses personnes répondant au tweet de TasteAtlas n’avaient probablement jamais entendu parler de ce site auparavant et que ce dernier a établi son classement en fonction des notes de ses utilisateurs n’a pas apaisé l’ire des internautes.

Avec plus de 14 000 partages (au moment de la publication de cet article), le site se retrouve face à un déluge de tweets mécontents, allant des commentaires ironiques à la plus grande confusion quant à la façon dont cela a pu se produire. 

« Ce sondage est mensonger »

La confusion tient en partie au fait que des cuisines pourtant très similaires obtiennent des places bien différentes : les cuisines grecque/turque et indienne/pakistanaise sont souvent citées en exemple.

La cuisine hellénique ressemble beaucoup à sa voisine turque : parfois, seul le nom change. 

Traduction : « Impossible que la Turquie soit si mal classée LES CUISINES TURQUE ET GRECQUE SONT QUASI-IDENTIQUES. »

Le gyro grec est très semblable au döner turc, que ce soit au niveau du goût que de l’apparence, et s’il existe des variantes, le baklava reste le même produit de base dans les deux pays. 

Et pourtant, la Grèce se classe 2e, soit 15 places de mieux que la Turquie.

Traduction : « Le fait que l’Inde et le Pakistan, qui sont du pareil au même et ont la même nourriture, soient à l’opposé prouve que ce sondage est mensonger. »

Les mauvais résultats généraux des cuisines arabes constituent une autre source de mécontentement, l’Algérie arrivant première à la 25e place, derrière la Hongrie (20e) et la République tchèque (22e).

« Beaucoup de ces pays européens [sont] trop bien classés selon moi », écrit un Twitto indigné. 

« La nourriture libanaise mérite mieux », estime un autre.

Si la majorité des commentaires sont badins, la nourriture reste un sujet très sensible sur les réseaux sociaux, en particulier dans cette région du monde.

La tristement célèbre « guerre du houmous » implique plusieurs États moyen-orientaux parmi lesquels le Liban, Israël, la Palestine et la Syrie, qui revendiquent tous la paternité culturelle de cette purée de pois chiches et de tahini.

Traduction : « Cette liste est scandaleuse mais le fait que les nourritures égyptienne, jamaïcaine, philippine, sud-coréenne, marocaine, libanaise, etc. arrivent APRÈS la nourriture allemande est un crime. »

« Alors que les plats s’internationalisent et que les habitudes alimentaires s’homogénéisent progressivement, des groupes nationaux affirment leur singularité par la revendication d’authenticité alimentaire », écrit l’universitaire Ari Ariel dans la revue Gastronomica.

Étant donné l’importance de la nourriture dans la construction des identités culturelles, il est peu probable que les controverses à ce sujet cessent de sitôt sur les réseaux sociaux.

Traduit de l’anglais (original) par VECTranslation.