Aller au contenu principal

Les Tunisiens bravent le confinement et manifestent pour la Palestine

Des manifestations ont été organisées samedi à Tunis et dans plusieurs villes du pays pour réclamer l’intervention de la communauté internationale afin d’arrêter les « crimes » des forces israéliennes
Parmi les slogans des protestataires, le 15 mai à Tunis : « Tunisiens et Tunisiennes soutiennent la Palestine » et « Le peuple veut criminaliser la normalisation avec Israël » (AFP)
Parmi les slogans des protestataires, le 15 mai à Tunis : « Tunisiens et Tunisiennes soutiennent la Palestine » et « Le peuple veut criminaliser la normalisation avec Israël » (AFP)
Par
TUNIS, Tunisie

Des centaines de manifestants drapés dans des drapeaux palestiniens se sont rassemblés dans le centre de la capitale Tunis, avant de défiler sur l’avenue emblématique Habib Bourguiba, sous une surveillance policière.

Parmi les slogans des protestataires, qui ont bravé le confinement en vigueur jusqu’à dimanche, on pouvait entendre : « Tunisiens et Tunisiennes soutiennent la Palestine » et « Le peuple veut criminaliser la normalisation avec Israël ».

Traduction : « À Tunis, manifestation en solidarité avec la Palestine. »

« Quand il s’agit des massacres contre les Palestiniens, les puissances internationales restent muettes et sans réaction face aux crimes sionistes », a dénoncé Dalila Borji, une étudiante de 23 ans.

Pour sa maman Nahla, « cette injustice alimente de plus en plus la haine des gens envers Israël et les pays qui le soutiennent ». 

Traduction : « Manifestation aujourd’hui en Tunisie. »

« Qu’est-ce-que la communauté internationale attend pour intervenir et sauver les Palestiniens ? », demande-t-elle.

Des protestataires se sont aussi rassemblés sur la place de la Kasbah, près du siège du gouvernement à Tunis.

Projet de déclaration à l’ONU

D’autres manifestations de soutien aux Palestiniens ont par ailleurs été organisées à Sfax et Monastir (centre-est), selon des témoins et des vidéos partagées sur les réseaux sociaux.

Traduction : « Des militants manifestent à Sfax en soutien à la cause palestinienne et pour réclamer l’inscription dans la Constitution tunisienne de la criminalisation de la normalisation. »

Traduction : « Sfax. »

Le dernier bilan des autorités palestiniennes fait état de plus de 170 morts dans les bombardements israéliens sur la bande de Gaza, en réponse à un barrage de roquettes du Hamas sur Israël, tirées en « solidarité » avec le soulèvement palestinien lundi sur l’esplanade des Mosquées à Jérusalem-Est, qui a fait dix morts.

Les autorités tunisiennes ont condamné une « agression contre les Territoires palestiniens » menée par Israël et appelé la communauté internationale à « assumer ses responsabilités ».

Tunis, qui siège actuellement au Conseil de sécurité de l’ONU, avait présenté un projet de déclaration réclamant « à Israël d’arrêter les activités de colonisation, de démolitions et d’expulsions » de Palestiniens, « y compris à Jérusalem-Est », secteur orientale de la ville annexé par Israël.

Cette déclaration n’a pas été adoptée par le Conseil, réuni en urgence cette semaine, en raison de l’opposition des États-Unis.