Aller au contenu principal

Un tweet supprimé suscite des inquiétudes sur la santé de l’ancien prince héritier saoudien 

L’ex-prince héritier Mohammed ben Nayef a-t-il eu une crise cardiaque ? C’est ce qu’a annoncé sur Twitter la Direction générale des prisons d’Arabie saoudite avant de prétendre que son compte avait été piraté
Mohammed ben Nayef (à droite) a été remplacé au titre de prince héritier par Mohammed ben Salmane (à gauche), en juin 2017 (AFP)

Un tweet supprimé par la Direction générale des prisons d’Arabie saoudite a suscité des inquiétudes concernant la santé de Mohammed ben Nayef, l’ancien prince héritier aujourd’hui détenu. 

Dimanche matin, dans un tweet visant apparemment à éteindre les rumeurs sur la mort du prince, l’administration pénitentiaire du royaume a démenti les informations relatives au décès du prince Mohammed ben Nayef ben Abdelaziz al-Saoud, confirmant qu’il avait eu une crise cardiaque puis avait été transféré en unité de soins intensifs.

« Une équipe médicale spécialisée surveille la santé et du prince Mohammed ben Nayef 24 heures sur 24 », a-t-elle précisé.

Traduction : « Les services pénitentiaires saoudiens ont supprimé un tweet à propos de la santé de l’ancien prince héritier, le prince Mohammed ben Nayef. Après son remplacement par MBS, il a été emprisonné. Le tweet dément les rumeurs selon lesquelles le prince est décédé et précise qu’il est soigné par une équipe médicale 24 heures sur 24. »

Ce tweet a été par la suite supprimé et la direction des prisons a prétendu que son propre compte avait été piraté. 

Traduction : La direction générale des prisons retrouve son compte Twitter après son piratage

« Nous aimerions souligner que le compte Twitter de la Direction générale des prisons a été piraté dimanche matin, 10/05/2020, et quelques tweets incorrects ont été publiés », annonce le communiqué. 

Il se poursuit par des excuses à ses abonnés pour ce piratage présumé et la promesse de « prendre les mesures juridiques nécessaires pour enquêter sur cet incident et entreprendre les actions juridiques nécessaires pour poursuivre les responsables de cet acte criminel ».

Mohammed ben Nayef, qui est l’ancien ministre de l’Intérieur saoudien et le neveu du roi Salmane, aurait été arrêté en mars après une purge massive parmi les membres majeurs de la famille royale saoudienne par le prince héritier Mohammed ben Salmane (MBS).  

Le prince avait été nommé successeur au roi Salmane peu après l’accession au trône de ce dernier en 2015, mais il a été remplacé par MBS en juin 2017. 

Après son éviction en tant que prince héritier, Ben Nayef a été coupé de son entourage, ses téléphones portables ont été confisqués, ses indemnités supprimées, et il n’a plus été autorisé à voyager. Des sources ont confié à Middle East Eye que le prince s’était amèrement plaint à ses amis et dans des lettres adressées au roi à propos du retrait de ses indemnités royales.

Plusieurs activistes et utilisateurs des réseaux sociaux ont manifesté leur inquiétude à propos du bien-être de l’ancien prince héritier et des motivations sous-jacentes aux récents développements. 

L’activiste Turki Shalhoub se demande si cette supposée crise cardiaque était un prélude pour « se débarrasser de ben Nayef pendant qu’il se trouve en prison ». Il se demande si d’autres princes vont « se manifester » ou « attendre leur sort un par un aux mains du prince adolescent ». 

Traduction : « Mohammed ben Salmane se prépare à tuer son cousin, Mohammed ben Nayef, dans sa cellule. Les princes vont-ils se manifester ou vont-ils attendre leur sort un par un aux mains du prince adolescent ?! »

Ahdjadid, compte lanceur d’alerte saoudien, affirme que la crise cardiaque de l’ancien prince héritier est la conséquence d’une « négligence médicale délibérée » et suggère qu’il était pris pour cible en raison d’une série d’arrestations initiée lorsqu’il était prince héritier. 

Traduction : « Mohammed ben Nayef a eu une crise cardiaque à la suite d’une négligence médicale délibérée et est désormais sous surveillance médicale, sachant que la lésion continuera à l’affecter. Il avait lancé une campagne d’arrestations contre d’importants dirigeants militaires, dont certains ont été promus après la nomination de ben Salmane comme prince héritier. Le ministère de l’Intérieur est absent du paysage. »

D’autres internautes commentent la nature suspicieuse du tweet supprimé.

L’activiste saoudien Omar Abdulaziz s’interroge sur « le contenu et le timing » du tweet tandis que d’autres remarquent qu’il a été posté via l’application web de Twitter. La majorité des récents messages de la Direction des prisons ont été publiés depuis un iPhone.

La confusion autour de Ben Nayef survient au lendemain de l’annonce par Human Rights Watch (HRW) de la mise au secret du prince Fayçal ben Abdallah, possible disparition forcée. 

Le discours sur l’« addiction aux antidouleurs » de Mohammed ben Nayef est un meurtre prémédité
Lire

Le groupe de défense des droits de l’homme a déclaré que le fils du défunt roi Abdallah était détenu par les forces de sécurité alors qu’il s’était isolé de lui-même en raison de la pandémie de coronavirus dans sa résidence au nord-est de Riyad. 

Une autre membre emprisonnée de la famille royale saoudienne, la princesse Basmah bint Saoud, s’est exprimée sur Twitter le mois dernier pour la première fois après avoir été portée disparue pendant plus d’un an. Elle a exhorté son oncle, le roi Salmane, et son cousin, le prince héritier, à la libérer de prison, prévenant qu’elle pourrait être proche de la mort. 

Traduit de l’anglais (original) par VECTranslation.