Aller au contenu principal

Vous pensiez que Noël était terminé ? Pour les chrétiens coptes, il vient seulement de débuter

Pour une grande partie de la population chrétienne du Moyen-Orient, Noël tombe le 7 janvier, mais il n’y a pas que la date qui diffère
Le patriarche d’Alexandrie Théodore II dirige la messe en la cathédrale de la Nativité du Christ, le 6 janvier 2020 (AFP)

Pour la plupart des chrétiens coptes du Moyen-Orient, Noël arrive au moment où, en Occident, on remise les décorations au placard.

Le 7 janvier, de nombreux coptes orthodoxes et autres chrétiens orthodoxes (notamment en Russie et en Éthiopie) célèbrent Noël.

La différence de date tient simplement au calendrier utilisé. De nombreux chrétiens orthodoxes suivent le calendrier julien, qui date d’avant le calendrier grégorien introduit par le pape Grégoire XIII en 1582. Les calendriers ont treize jours de différence, repoussant les célébrations pour les chrétiens dans une grande partie de la région arabe à la seconde semaine de janvier.

Les chrétiens coptes forment la plus grande communauté chrétienne au Moyen-Orient, majoritairement en Égypte où environ 10 % des 95 millions d’habitants sont coptes, bien que les estimations varient. 

Contrairement aux catholiques coptes, qui célèbre Noël le 25 décembre, les coptes orthodoxes en Égypte et à l’étranger, notamment au Liban, en Jordanie, au Royaume-Uni et aux États-Unis, suivent le calendrier copte, qui correspond presque exactement au calendrier julien.

Le patriarche d’Alexandrie Théodore II dirige la messe en la cathédrale de la Nativité du Christ dans la capitale administrative égyptienne, le 6 janvier 2019 (AFP)
Le patriarche d’Alexandrie Théodore II dirige la messe en la cathédrale de la Nativité du Christ dans la capitale administrative égyptienne, le 6 janvier 2019 (AFP)

Toutefois, il ne s’agit pas seulement de la date… le Noël copte orthodoxe diverge radicalement au niveau du style de celui célébré par les autres confessions chrétiennes, ayant un ensemble unique de traditions.

Équivalent copte de l’Avent 

Le mois copte précédant Noël s’appelle Kiahk, c’est le 4e mois du calendrier copte. Pendant Kiahk, des cantiques spécifiques sont chantés et les fidèles participent à des louanges de minuit (Tasbiha) et la Divine Liturgie.

Au cours des 43 jours précédant Noël – du 25 novembre au 6 janvier –, les coptes pieux s’abstiennent de consommer tout aliment dérivé des animaux. Ce jeûne de la Nativité est une façon de faire preuve de dévotion et de contrôle de soi. 

« Le jeûne est un chemin spirituel vers le contrôle de soi, il s’agit de s’élever au-dessus du matérialisme et des désirs et c’est également un moment pour se concentrer sur l’approfondissement de sa relation avec Dieu », explique Marc Youssef, diacre de la cathédrale orthodoxe copte Sainte-Marie et Saint-Michel Archange à Solihull, au Royaume-Uni. 

Des fidèles orthodoxes coptes assistent à la messe de la veille de Noël en la cathédrale de la Nativité du Christ, le 6 janvier 2020 (AFP)
Des fidèles orthodoxes coptes assistent à la messe de la veille de Noël en la cathédrale de la Nativité du Christ, le 6 janvier 2020 (AFP)

Cette durée repose sur les 40 jours pendant lesquels Moïse aurait jeûné avant de recevoir les dix commandements de Dieu. Le jeûne s’étend pendant trois jours supplémentaires pour commémorer le miracle du déplacement de la montagne, épisode durant lequel le vizir juif Yaqub Ibn Killis défia le pope Abraham (975-978) de prouver sa foi en déplaçant la montagne égyptienne Mokattam comme dans les versets du Nouveau Testament : « […] si un jour vous avez de la foi gros comme une graine de moutarde, vous direz à cette montagne : “Passe d’ici là-bas”, et elle y passera. » (Matt. 17:20 et Marc 11:23).

Le calife Al-Muizz li-Din Allah (953-972), premier calife fatimide d’Égypte, menaça d’exécuter les chrétiens d’Égypte si le miracle ne se produisait pas. Abraham demanda un répit de trois jours pendant lequel il jeûna et pria avec la communauté copte pour que le miracle s’accomplisse, ce qui – selon la tradition copte – finit par les sauver lorsque la montagne bougea et se souleva du sol à trois reprises.

Des coptes orthodoxes égyptiens vivant au Koweït assistent à la messe de Noël en l’église orthodoxe copte Saint-Marc à Koweït, le 6 janvier 2019 (AFP)
Des coptes orthodoxes égyptiens vivant au Koweït assistent à la messe de Noël en l’église orthodoxe copte Saint-Marc à Koweït, le 6 janvier 2019 (AFP)

Comment est célébré le Noël copte ?

La nuit précédant le jour de Noël copte, un office a lieu à l’église, lequel dure habituellement jusqu’à minuit. Après l’office, les gens partagent un type de pain spécifique appelé « qurban », une offrande. Ce pain est marqué de douze points, symbolisant les Douze Apôtres du Christ. 

Le prêtre choisira alors un qurban pour représenter le sacrifice, symbolisant le corps du Christ. Celui-ci est distribué pendant la communion, vers la fin de l’office. 

Un autre qurban sera distribué à la congrégation après l’office comme une forme de bénédiction. 

Le pain est distribué à la fin de l’office pour représenter le corps du Christ (AFP)
Le pain est distribué à la fin de l’office pour représenter le corps du Christ (AFP)

Le patriarche Théodore II, l’actuel patriarche de l’Église orthodoxe copte d’Alexandrie, en Égypte, enregistre un message spirituel annuel lié à la célébration de la Nativité. Celui-ci est diffusé à la télévision et regardé dans les églises orthodoxes coptes à travers le monde.

Le jeûne est considéré terminé après l’office et les fidèles partagent un festin commun appelé « agape », un terme dérivé de l’un des mots grecs signifiant « amour ». 

C’est le moment de célébrer l’événement avec la famille et les amis et de manger les aliments dont ils se sont abstenus depuis plus d’un mois, avec des plats centrés autour de la viande, des œufs et des produits laitiers.

Les principales traditions chrétiennes coptes 

Comme partout à travers le monde, les coptes décorent leurs maisons avec des lumières, des arbres et des décorations de Noël. Les églises sont illuminées avec des lampes et des chandelles. 

Parmi la nourriture populaire servie lors du jour de Noël copte en Égypte se trouve le fatteh, un plat traditionnel égyptien à base de viande, de riz et de pain croustillant, généralement surmonté de sauce parfumée à la tomate et à l’ail.

Le fatteh est également populaire à travers la population non chrétienne de la région, et sert de plat de fête lors de la célébration musulmane de l’Aïd al-Adha. 

Au centre de la table de Noël se trouve un plat appelé fatteh (MEE)
Au centre de la table de Noël se trouve un plat appelé fatteh (MEE)

Le jour de Noël, familles et amis se rendent visites les uns aux autres et s’échangent des cadeaux. À Noël, on s’offre également des confiseries traditionnelles égyptiennes telles que des amandes enrobées de sucre et du kahk, un biscuit à base de beurre saupoudré de sucre en poudre et souvent fourré d’une pâte aux noix ou aux dates. 

Le jour de Noël est également une opportunité de distribuer de la nourriture aux défavorisés. Parmi les aliments communément donnés figure une confiserie appelée zalabya, un beignet frit recouvert de sucre glace, et le bouri (mulet). Tout comme lors de la célébration musulmane de l’Aïd, les enfants portent de nouveaux habits pour célébrer ce jour et jouent dans les rues. 

Pour de nombreux membres de l’Église chrétienne copte, Noël est une période de réflexion et de spiritualité. 

« Il est facile d’oublier le Christ au milieu de toutes ces distractions », estime le diacre Youssef. « Cette période me donne l’opportunité de recentrer tous mes objectifs et mes efforts sur le Christ, et de m’efforcer de m’unir à Dieu à chaque pas que je fais. »

Traduit de l’anglais (original) par VECTranslation.