Aller au contenu principal

Une cérémonie d’ouverture sous le signe de l’unité pour lancer la Coupe arabe de la FIFA 2021

Le Qatar a donné, le 30 novembre, le coup d’envoi de son tournoi-test avant la Coupe du monde avec des prestations de stars arabes d’hier et d’aujourd’hui et un moment de solidarité avec les Palestiniens
Près de 50 000 personnes assistent à la cérémonie d’ouverture de la Coupe arabe de la Fifa au stade Al-Bayt situé à al-Khor au Qatar, le 30 novembre 2021 (MEE/Rayhan Uddin)
Près de 50 000 personnes assistent à la cérémonie d’ouverture de la Coupe arabe de la Fifa au stade Al-Bayt situé à al-Khor au Qatar, le 30 novembre 2021 (MEE/Rayhan Uddin)
Par
AL-KHOR, Qatar

Le coup d’envoi de la Coupe arabe de la FIFA a été donné mardi au Qatar, où des dizaines de milliers de supporteurs ont assisté à une somptueuse cérémonie d’ouverture célébrant la région arabe.

Plus de 47 000 spectateurs, dont plusieurs dirigeants arabes, se sont massés dans les tribunes du stade Al-Bayt nouvellement inauguré, pour une confrontation entre le pays hôte et Bahreïn.

La Coupe arabe de la FIFA, un tacle à l’Arabie saoudite
Lire

La Coupe arabe servira de tournoi-test en prévision la Coupe du monde, la compétition de football la plus prestigieuse, que le Qatar s’apprête à accueillir dans un peu moins d’un an.

« Cela fait plus de dix ans que nous attendons la Coupe du monde et aujourd’hui, nous avons l’occasion pour la première fois de ressentir ce qui se passera l’an prochain », a confié à Middle East Eye Ahmed, 31 ans, qui vit à Doha.

« Si Dieu le veut, ce tournoi prouvera au monde entier que nous avons les meilleures installations, les meilleurs stades et les meilleurs supporteurs, et que nous sommes prêts. »

La cérémonie d’ouverture visait à célébrer non seulement le Qatar, mais aussi la région dans son ensemble. Au cours de la soirée, l’artiste irakienne Rahma Riad et le chanteur égyptien Hassan Shakosh se sont notamment produits.

Hologrammes

Mais les stars les plus populaires n’étaient pas réellement présentes dans le stade : des hologrammes de personnalités arabes d’hier et d’aujourd’hui ont fait le bonheur du public.

La technologie a donné vie à des figures légendaires, tels que la chanteuse algéro-libanaise Warda al-Jazairia, l’acteur koweïtien Abdulhussain Abdulredha et le comédien égyptien Saeed Saleh.

Et pour parachever cette célébration panarabe, une apparition de la star libanaise Fairouz – même en deux dimensions – était indispensable.

Traduction : « Un hologramme de Fairouz ♥. »

De nombreux Libanais ainsi que des supporteurs de pays voisins étaient présents dans le stade.

« Nous supportons le Liban, mais nous sommes aussi des supporteurs des pays arabes. Ce tournoi n’est pas seulement pour le Qatar, mais pour nous tous », ont affirmé à MEE des étudiants libanais enveloppés dans le drapeau de leur pays.

Pour renforcer l’idée d’unité, la cérémonie s’est terminée par un medley en direct des hymnes nationaux de toutes les nations arabophones du monde.

Le premier hymne joué après celui du Qatar a été celui de l’Égypte, ce que certains internautes sur les réseaux sociaux ont considéré comme un geste particulièrement significatif. Au cours des dernières années, les deux pays ont été en mauvais termes.

Le Caire s’est joint au blocus de Doha imposé pendant trois ans et demi par les pays du Golfe, qui accusaient l’émirat de s’ingérer dans leurs affaires intérieures et de soutenir le terrorisme. Mais les deux pays ont depuis normalisé leurs relations et le football a servi d’outil pour resserrer les liens.

Michel Aoun et Mahmoud Abbas

L’Arabie saoudite, un autre pays ayant pris part au blocus, a également été vivement acclamée.

Sur les réseaux sociaux, plusieurs internautes syriens ont déploré que le drapeau utilisé par les partisans de la révolution syrienne n’ait pas été repris lors de la cérémonie.

Les hymnes qui ont suscité les applaudissements les plus nourris ont été ceux de la Palestine, de la Tunisie et du Liban, des pays qui ont connu une période agitée ces derniers mois. Ces acclamations ont été largement saluées en ligne par les Palestiniens, qui y ont vu un signe de solidarité pour leur lutte.

Levée du blocus du Qatar : comment la détente dans le Golfe pourrait se répercuter sur le football mondial 
Lire

« Cette vidéo a ravivé notre désir ardent d’être une nation unie », a affirmé Ali Siam, journaliste établi à Gaza.   

Le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas faisait partie des nombreux dirigeants arabes présents à la cérémonie. Il était accompagné du cheikh Tamim ben Hamad al-Thani, émir du Qatar, du président libanais Michel Aoun, du prince héritier jordanien Hussein ben Abdallah et du président djiboutien Ismaïl Omar Guelleh.

« Au nom de Dieu et avec les bénédictions de Dieu, je déclare la Coupe arabe de la FIFA 2021 ouverte et je souhaite bonne chance à toutes les équipes nationales. Tous les Arabes sont les bienvenus dans le Doha de tous les Arabes », a déclaré le cheikh Tamim au public.

« Le Qatar est la maison de l’unité, la maison du monde arabe aujourd’hui et du monde de demain », a ajouté le président de la FIFA Gianni Infantino, s’exprimant en arabe. « Soyons une seule nation et une seule famille du football. »

Après la cérémonie, le Qatar a donné le coup d’envoi du tournoi en remportant une victoire difficile 1-0 contre son voisin du Golfe, Bahreïn.

« C’était incroyable de voir autant de personnes venir soutenir l’équipe », a déclaré à MEE le sélectionneur du Qatar Félix Sánchez à l’issue du match. « Cela nous a vraiment aidés et nous sommes très heureux de cette atmosphère qui régnait aujourd’hui dans le stade. »

Le Qatar, qualifié en tant que pays hôte

Alors que seulement cinq sélections africaines et quatre à cinq sélections asiatiques seront qualifiées l’an prochain pour la Coupe du monde, la plupart des équipes qui participent à la Coupe arabe ne se pourront accéder au premier Mondial organisé dans la région arabe.

Le Qatar, qui n’a jamais participé à une Coupe du monde, est automatiquement qualifié en tant que pays hôte.

Selon Félix Sánchez, la Coupe arabe s’apparente à un tour de chauffe avant le Mondial et sera une bonne expérience pour son équipe à un an de l’échéance.

Interrogé par MEE quant à savoir si tout autre résultat qu’un titre en Coupe arabe serait un échec, le sélectionneur s’est montré mesuré. « Il s’agit d’essayer de jouer à notre meilleur niveau. Nous sommes seize équipes et nous avons tous le même objectif : gagner. Je pense que l’objectif est de travailler match après match. »

« Notre groupe est très solide et nous savons que chaque match sera comme une finale, donc nous devons prendre les matchs les uns après les autres », a-t-il ajouté.

Plus tôt dans la journée, des centaines de supporteurs étaient bloqués dans de longues files d’attente pour récupérer les pass obligatoires pour assister aux matchs. Plusieurs supporteurs ont déploré une mauvaise gestion et un manque d’organisation.

Un responsable médias a indiqué à MEE que des erreurs étaient inévitables et que l’objectif de la Coupe arabe était d’identifier les axes d’amélioration en prévision de la Coupe du monde.

Traduit de l’anglais (original) par VECTranslation.