Aller au contenu principal

Palestine : le leurre de la zone A

Nous sommes emprisonnés dans les définitions israéliennes, certains unis parfois par leur attachement pour Israël, d'autres par leur répugnance à l'égard d'Israël et de son occupation, mais tous d'accord sur le fait que c'est Israël, et seulement Israël, qui dicte nos actions et nos réactions

Vous étonnez-vous qu'il y ait eu si peu de mobilisation pour venir en aide à Yarmouk, le camp de réfugiés palestiniens à la périphérie de Damas, qui est envahi par des combattants et assiégé par l'armée syrienne ? Des Palestiniens - et des Syriens – y sont tués d'une multitude de manières, y compris par la famine. Pendant que nous nous tenons à l'écart et regardons avec horreur et désarroi, ils sont rapidement enterrés sous la pression sans cesse grandissante des nouvelles sur Facebook ou des bips sans fin de Twitter.

Je ne suis pas étonné. Même avant que les réfugiés palestiniens se soient retrouvés entraînés dans le conflit en Syrie, j'ai lancé un appel à toutes les parties concernées, y compris les dirigeants palestiniens (hélas, il y en a plusieurs) pour que soit épargné aux réfugiés le fardeau de la guerre et pour que les Palestiniens mettent leurs divergences de côté afin d’éviter une répétition de ce qui s'est produit au Liban, au Koweït et en Irak.

Il ne s'est rien passé, comme si l'histoire récente était sans importance et ne proposait aucune leçon. Le Hamas a été coincé dans Gaza, au sens réel et figuré – son investissement politique au niveau régional s'avérant être un échec et le laissant, comme 1,7 million de réfugiés, courber le dos sous le siège. Mahmoud Abbas, son Autorité palestinienne (AP) et une quelconque branche du Fatah actuellement à la barre, sont coincés dans leur zone A - une région censément sous leur administration et qui représente environ 3 % de la Cisjordanie. Tandis que l'armée israélienne peut à tout moment envahir la zone A, qui comprend majoritairement des villes densément peuplées – arrêtant des Palestiniens à volonté - Abbas se voit confié le contrôle des affaires des Palestiniens là où selon les Conventions de Genève, il devrait y avoir une responsabilité israélienne en tant que force d'occupation.

La zone B, qui est sous le contrôle sécuritaire commun entre Israël et l'AP, représente 23 à 25 % de la Cisjordanie. Elle consiste principalement en près de 400 villages palestiniens qui sont en pratique sous contrôle israélien. Mais un écrasant 72 % de la Cisjordanie est sous contrôle israélien – là où les colonies sont en grande partie localisées et où l'armée israélienne applique sa main de fer.

Tandis qu'Israël considère l'intégralité de la Palestine comme son domaine réservé et la région entière du Moyen-Orient comme son domaine politique et sécuritaire, Abbas est béatement coincé en zone A, soit 3 % de la Cisjordanie et moins de 1 % de la taille totale de la Palestine historique. La zone A est son pain et son beurre, sa raison d'être en tant que « Président » régnant sur une population emprisonnée entre les murs israéliens et les checkpoints, entre la coordination entre Israël et l'AP et le besoin humiliant d’un salaire à la fin de chaque mois.

Mais alors que nous étions occupés à critiquer Oslo et sa culture défaitiste, nous étions également confinés dans la zone A. Nous n'avons pas su éviter de limiter à la zone A, la Palestine, son peuple et les millions de réfugiés palestiniens. Nous ne l'avons pas fait par méchanceté, ou parce que nous ne nous inquiétons pas de Yarmouk en Syrie, d'Ein al-Hilweh au Liban ou de Baladiat en Irak. Pendant que nous nous attelions à la tâche de discréditer Oslo, nous n'avions aucune vision unificatrice au-delà des limites d'Oslo, et nous sommes ainsi restés emprisonnés dans son vocabulaire débilitant et sa géographie impossible.

Il y a énormément à raconter à ce propos, et j'essayerai de vous en épargner les détails. Mais un incident qui a eu lieu il y a dix ans est resté profondément ancré dans mon esprit. Alors que je travaillais pour une ONG de défense des droits de l'homme à Londres, un homme avec une voix affolée a appelé notre bureau. « Aidez-moi, au nom d'Allah, s'il vous plaît aidez-moi », implorait-il. Il pleurait, réellement. Ma tentative de le réconforter n'a rien donné. Il m'avait appelé en utilisant un téléphone portable emprunté à un travailleur humanitaire dans un camp de réfugiés entre l'Irak et la Jordanie. Ses deux frères avaient été assassinés dans le quartier palestinien de Baladiat à Bagdad, l'un par les milices chiites, l'autre par les Américains.

Mais quand il a voulu se mettre en sécurité en Jordanie, les Jordaniens lui ont refusé l'entrée. Les réfugiés palestiniens ont un statut étrange et des plus précaires, avec des documents de voyages inutiles qui  rendent extrêmement difficile le fait de se déplacer. Ses papiers n'étaient pas du type qu'il fallait. Il était dans ce camp dans le désert depuis trop de mois. J'ai tout essayé, sans pouvoir rien faire pour lui.

Son problème, comme celui des réfugiés de Yarmouk, était qu'il est tombé à l'écart de toute politique, géographie, ou droits de l'homme applicables. Comme s'il était tombé à l'écart même de la vie. Le seul document approprié était le droit au retour pour les réfugiés palestiniens, inscrit dans la résolution 194 des Nations unies. Ce dernier cependant n'est qu'un document, largement cité par les chercheurs et les militants, mais qui n'a aucun poids réel pour les réfugiés de Baladiat – dont des centaines ont péri lors de l'invasion des Etats-Unis - ou pour les 18 000 réfugiés toujours pris au piège à Damas.

Pourtant le processus de fragmentation de la Palestine est aussi vieux que le conflit et il a été dicté en grande partie par Israël, tandis que beaucoup d'entre nous, y compris les critiques d'Israël, ont suivi le mouvement, inconscients de leur contribution au processus même qui tend à marginaliser les nombreuses communautés palestiniennes.

Quand Israël a occupé Jérusalem-Est, la Cisjordanie et Gaza, nous nous sommes mis à parler de « Territoires palestiniens », pas de la Palestine. Progressivement, les Palestiniens qui sont des citoyens israéliens ont été retirés du discours politique palestinien et arabe, comme s'ils avaient cessé d'être Palestiniens.

Quand Oslo a été signé, nous avons repris sa terminologie délibérément désespérante, sa géographie confuse et ses zones A, B et C.

Nous sommes souvent informés sur l'existence de villages palestiniens qui sont tombés sous le passage du mur israélien de séparation – lisez d'Apartheid - simplement parce qu'ils se sont retrouvés sur la voie des bulldozers israéliens défigurant la terre palestinienne.

Nous parlons de Gaza quand Israël bombarde Gaza. En fait, Gaza est devenue centrale dans le discours sur la Palestine juste après le siège israélien en 2007. Avant cela c'était juste un ajout dans un discours en grande partie centré sur la Cisjordanie, principalement sur Ramallah, là où se trouve le trône de la zone A.

En d'autres termes, volontairement ou à contrecœur, nous sommes emprisonnés dans des définitions israéliennes, certains unis parfois par leur attachement pour Israël, d'autres par leur répugnance à l'égard d'Israël et de son occupation, mais tous d'accord sur le fait que c'est Israël, et seulement Israël, qui dicte nos actions et nos réactions.

Ainsi quand les Palestiniens sont affamés, décapités ou réduits en miettes dans Yarmouk, nous restons perplexes. Nous offrons notre sympathie, nos larmes mais peu d'action. Nous ne pouvons pas même articuler un discours logique, hormis en extirpant la résolution 194 des Nations unies de quelque archive poussiéreuse pour parler du droit au retour et expliquer comment la souffrance dans Yarmouk est finalement de la responsabilité d'Israël. Fier de nos efforts, nous continuons de vivre comme si nous avions sauvé les réfugiés, d'un seul trait, avec un simple lien vers un site web des Nations unies.

Quand Israël a lancé sa guerre sur Gaza l'été dernier, presque 150 000 personnes ont protesté à Londres dans une nouvelle démonstration massive de solidarité, reproduite dans beaucoup de villes à travers le monde. Pour Yarmouk, environ quarante personnes se sont réunies, un effort remarquable, mais révélateur du fait que les réfugiés ne sont plus au coeur du discours sur la Palestine.

Dans la constante volonté de dénoncer les injustices israéliennes à l'égard des Palestiniens, la plupart d'entre nous avons été dupés par une tentative conjointe d'Israël et de l'Autorité palestinienne de ramener la Palestine à une partie minuscule de ses espaces physiques et politiques réels, lesquels s'étendent depuis de nombreuses années de la Palestine - l'intégralité de la Palestine – à tout le Moyen-Orient, survolant Yarmouk, sans que nous le remarquions.

Nous sommes piégés dans la zone A, passant occasionnellement en zones B et C, mais uniquement pour revenir ensuite en zone A où il est relativement sûr et facile de sonder et d'expliquer. Nous sommes coincés derrière les murs et les checkpoints israéliens tandis que nous ne voyons pas l'espace immense qu’est la Palestine, et les millions de réfugiés qui persistent à brandir des actes de propriété en lambeaux et des clés rouillées, car nous avons juré que leur droit au retour était primordial.

Avons-nous menti ? Nous a-t-on menti ? Il apparaitrait plutôt que nous avons été mystifiés dans une pseudo réalité intelligemment agencée par Israël, et nous découvrons combien il est difficile de s'en extraire.

Mais si notre haine pour l'occupation israélienne et notre dégoût des politiques israéliennes sont plus forts que notre amour pour les Palestiniens - tous les Palestiniens en commençant par les réfugiés mourant dans Yarmouk - alors est-il peut-être temps de totalement reconsidérer notre compréhension du conflit, et la relation que nous avons avec lui.

- Ramzy Baroud (www.ramzybaroud.net) est chroniqueur pour divers médias internationaux, conseiller dans le domaine des médias, auteur de plusieurs livres et fondateur de PalestineChronicle.com. Il complète actuellement ses études de doctorat à l'université d'Exeter. Son dernier livre s’intitule My Father Was a Freedom Fighter: Gaza’s Untold Story (Pluto Press, Londres).

Les opinions exprimées dans cet article n’engagent que leur auteur et ne reflètent pas nécessairement la politique éditoriale de Middle East Eye.

Photo : un médecin porte un nourrisson dans le camp de réfugiés de Yarmouk (MEE/Laila Benallal).

Traduction de l’anglais (original) par Lotfallah.