Aller au contenu principal

Pangeos : l’Arabie saoudite pourrait accueillir un mégaprojet de « ville flottante » chiffré à 8 milliards de dollars

Le studio de design italien Lazzarini estime que la côte ouest saoudienne est le site idéal pour sa « ville flottante de demain »
La construction de ce térayacht de conception italienne en forme de tortue est prévue en Arabie saoudite (Lazzarini Design Studio)
La construction de ce térayacht de conception italienne en forme de tortue est prévue en Arabie saoudite (Lazzarini Design Studio)

Le studio de design italien Lazzarini a dévoilé un projet de gigantesque térayacht en forme de tortue d’une valeur de 8 milliards de dollars, qui serait accueilli en Arabie saoudite.

S’il est financé, ce projet engendrera la plus grande structure flottante au monde.

Baptisé Pangeos, un nom dérivé du supercontinent préhistorique appelé Pangée, cet édifice flottant pourrait accueillir jusqu’à 60 000 personnes. 

Le studio de design Lazzarini est connu pour ses concepts ambitieux de transport de luxe. En début d’année, il a dévoilé un concept de superyacht volant propulsé à l’hélium, baptisé Air Yacht.

Ce térayacht de conception italienne pourrait être la plus grande structure flottante jamais construite (Lazzarini Design Studio)
Ce térayacht de conception italienne pourrait être la plus grande structure flottante jamais construite (Lazzarini Design Studio)

Bien que la conception intérieure de Pangeos n’ait pas encore été spécifiquement révélée, Lazzarini prévoit un début des travaux vers 2033 pour une durée de huit ans et un coût d’environ 8 milliards de dollars. 

« Traduisant [le concept de Pangée] en une expression quelque peu futuriste, Pangeos s’étend sur 550 mètres de long et se déploie sur 610 mètres à son point le plus large – les ailes », indique Lazzarini sur le site web consacré au projet.

Le térayacht Pangeos comportera des hôtels, des villas VIP et des jardins sur les toits (Lazzarini Design Studio)
Le térayacht Pangeos comportera des hôtels, des villas VIP et des jardins sur les toits (Lazzarini Design Studio)

Selon le studio de design, la « ville flottante de demain » sera divisée en blocs comprenant des hôtels, des centres commerciaux, des parcs sur les toits, des plages privées et même des pistes d’atterrissage.

Le térayacht abritera 19 villas privées et 64 appartements sur chacune des ailes de la tortue et sera doté de 9 moteurs électriques HTS, chacun d’une puissance de 16 800 chevaux, ce qui permettra à la structure massive de naviguer à une vitesse de 5 nœuds. 

Dans sa présentation de Pangeos, Lazzarini propose l’Arabie saoudite pour accueillir le térayacht.

« Compte tenu d’une configuration de scénario et d’une logistique parfaites, nous avons imaginé que le chantier naval serait basé en Arabie saoudite », sur un site offrant un accès direct à la mer, affirment les designers.

Lazzarini considère le King Abdullah Port, à environ 130 km au nord de Djeddah, comme le site idéal pour le chantier naval du térayacht. Sa construction nécessiterait l’aménagement d’un barrage circulaire et l’assèchement d’environ un kilomètre carré de mer. 

Le projet de chantier naval pour le térayacht, en Arabie saoudite (Lazzarini Design Studio)
Le projet de chantier naval pour le térayacht, en Arabie saoudite (Lazzarini Design Studio)

Des propriétés virtuelles sur Pangeos sont aujourd’hui disponibles pour les acheteurs intéressés. Une initiative de crowdfunding sous forme de NFT (non-fungible token), baptisée Unreal Estate, permet d’acheter n’importe quel espace virtuel sur le navire, allant d’un simple accès passager à une terrasse ou une villa de luxe.  

« Le NFT acheté fera également office d’acompte donnant des droits exclusifs de l’espace virtuel à l’espace réel », souligne Lazzarini. 

Des propriétés virtuelles sous forme de NFT peuvent être achetées et servir d’acomptes pour des appartements réels sur le yacht (Lazzarini Design Studio)
Des propriétés virtuelles sous forme de NFT peuvent être achetées et servir d’acomptes pour des appartements réels sur le yacht (Lazzarini Design Studio)

Des projets farfelus

L’approbation de projets architecturaux gigantesques et somptueux ne serait pas une nouveauté pour l’Arabie saoudite. 

Ces dernières années, le prince héritier Mohammed ben Salmane, dirigeant de facto de l’Arabie saoudite, a fait avancer des projets ambitieux dans le but de diversifier l’économie du royaume de manière à ne plus dépendre des pétrodollars.

Au centre de ces initiatives figurent Neom, un projet de ville futuriste dans le désert d’une valeur de 500 milliards de dollars, ainsi qu’un mégaprojet chiffré à 27 milliards de dollars dans la ville sainte de La Mecque.

Neom : 50 ans de prison pour des membres d’une tribu qui refusent d’être déplacés
Lire

Le projet Neom comprend une ville en ligne droite de 170 km de long, censée être 33 fois plus grande que New York, une ville flottante octogonale, une station de ski avec un village vertical ainsi que d’autres idées insolites telles que des ascenseurs volants et un spatioport urbain.

Jusqu’à présent, peu de choses ont été construites, mais des sommes importantes ont été versées à des consultantset des projets de plus en plus farfelus ont été dévoilés. Néanmoins, les autorités saoudiennes cherchent à dégager une zone de 170 km de long dans la province de Tabuk, dans le Nord-Ouest du pays, en chassant ses habitants, dont beaucoup appartiennent à la tribu des Howeitat.

En septembre, deux membres de la tribu, Abdulilah al-Howeiti et Abdullah Dukhail al-Howeiti, ont été condamnés à 50 ans de prison, assortis de 50 ans d’interdiction de voyager, pour avoir soutenu le refus de leur famille d’être expulsée de force dans la province de Tabuk.

La tribu ainsi que des groupes de défense des droits de l’homme ont fait part de leurs inquiétudes aux sociétés travaillant sur Neom, notamment dans une lettre ouverte à trois cabinets de consultants les appelant à rompre leur engagement « à moins et jusqu’à ce que » les impacts néfastes en matière de droits de l’homme soient traités.

Traduit de l’anglais (original) par VECTranslation.

Middle East Eye delivers independent and unrivalled coverage and analysis of the Middle East, North Africa and beyond. To learn more about republishing this content and the associated fees, please fill out this form. More about MEE can be found here.