Aller au contenu principal

Le Salvator Mundi, Léonard de Vinci et les ambitions ruineuses de Mohammed ben Salmane

Un documentaire exceptionnel fait la lumière sur l’affaire de ce tableau, le plus cher de l’histoire, acquis par le prince héritier saoudien et dont l’authenticité pose toujours problème
Le tableau polémique Sauveur du monde serait l’œuvre d’un des assistants de Léonard de Vinci (AFP)
Le tableau polémique Sauveur du monde serait l’œuvre d’un des assistants de Léonard de Vinci (AFP)

Le 16 novembre 2016, dans la salle des ventes new-yorkaise de Christie’s, la fébrilité atteint des sommets. L’excitation des participants à la vente d’un tableau mystérieux est à son comble alors que les sommes proposées pour l’acquisition de ce qui est présenté comme la dernière œuvre de Léonard de Vinci s’envolent.

Un duel entre deux acheteurs potentiels anonymes marque le sprint final : « L’un enchérissait prudemment, tandis que l’autre le faisait de manière extravagante », témoigne une ancienne employée de Christie’s. Finalement, le Salvator Mundi (Sauveur du monde) sera cédé à l’heureux – et anonyme – acquéreur contre 400 millions de dollars, plus 50 millions de commission empochés par Christie’s. Un record historique dans le monde de l’art.

Pendant la séance des enchères à New York, le 15 novembre 2016. Les enchères ont passé 53 échelons en 19 minutes pour atteindre finalement les 400 millions de dollars (AFP)
Pendant la séance des enchères à New York, le 15 novembre 2016. Les enchères ont passé 53 échelons en 19 minutes pour atteindre finalement les 400 millions de dollars (AFP)

Qui est l’acheteur ? Qu’en est-il de l’authenticité de cette œuvre qui déclenche les larmes de ses contemplateurs ? Quel lien relie, dans cette affaire, un discret oligarque russe, Emmanuel Macron, un patron de casino français indélicat, un commissionnaire suisse, des experts de l’art, le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane (MBS) et les assistants oubliés de Léonard de Vinci au XVe siècle ?

Démêler l’écheveau de cette incroyable saga est l’ambition du documentaire-événement Salvator Mundi, la stupéfiante affaire du dernier Vinci, réalisé par Antoine Vitkine, programmé sur France 5 mardi 13 avril, et que MEE a pu visionner.

L’histoire commence en 2005 quand un marchand d’art new-yorkais, Robert Simon, repère en Louisiane un tableau appartenant à une famille qui ressemble à une œuvre disparue du maître italien Léonard de Vinci. Il l’achète pour la modique somme de 1 175 dollars !

Après deux ans de restauration, Simon propose à la National Gallery de Londres, qui s’apprête à organiser une monumentale exposition des œuvres de l’auteur de la Joconde, d’expertiser le tableau et de l’exposer.

L’oligarque russe entre en scène

Le conservateur de la National Gallery, Luke Syson, fait appel à cinq experts pour examiner l’œuvre et seul l’un d’eux, l’historien de l’art Martin Kemp, atteste qu’il s’agit bien d’un tableau de de Vinci.

Ayant l’assurance que cette œuvre ne sera pas à vendre, le prestigieux musée londonien l’intègre dans son exposition. Mais déjà, des critiques fusent. L’historien de l’art de l’université d’Oxford Matthew Landrus doute de l’authenticité du Salvator Mundi, critiquant sa restauration, qui serait en fait une « sur-peinture », une sorte d’embellissement exagéré.

Le journaliste du New York Times spécialiste d’art Scott Reyburn avance qu’il existe une différence importante entre les œuvres réalisées par le maître italien et celles exécutées par ses assistants. Devant ces critiques, le conservateur de la National Gallery, Luke Syson, se contente d’affirmer que l’impact du tableau sur un public ému et ébahi est un indice de son authenticité.

Après cet épisode, un ami de Robert Simon, le marchand d’art américain Warren Adelson, tente de faire vendre le tableau à des musées, à des milliardaires et même au Vatican. En vain. Nous sommes en 2012 et la cote du Sauveur du monde atteint 180 millions de dollars. Mais point d’acheteurs.

Un an plus tard, l’oligarque russe Dmitri Rybolovlev, président de l’AS Monaco et ancien magnat minier, charge son « conseiller » suisse Yves Bouvier, gérant d’un port franc à Singapour, de contacter la maison de vente aux enchères Sotheby’s pour l’acquisition d’un tableau dont quelqu’un lui a envoyé la photo par internet…

Dmitri Rybolovlev pose à Paris le 24 septembre 2015 devant deux tableaux de Picasso qu’il vient d’acheter (AFP)
Dmitri Rybolovlev pose à Paris le 24 septembre 2015 devant deux tableaux de Picasso qu’il vient d’acheter (AFP)

Aidé par Jean-Marc Ange Peretti, un ancien patron d’un casino au Gabon poursuivi pour une affaire de jeux clandestins en France, et propriétaire d’une galerie d’art à Genève, Bouvier négocie au nom de Rybolovlev avec les vendeurs.

Il obtient un prix de 83 millions de dollars et empoche, sans informer son mandant, une commission… de 44 millions de dollars. L’oligarque découvrira le vrai montant de la transaction sur les colonnes du New York Times et attaquera en justice son ancien « conseiller », Yves Bouvier.

Début 2016, Dmitri Rybolovlev semble vouloir se débarrasser du Salvator mundi. Il le propose à la vente chez Christie’s, qui l’expose dans sa galerie à New York mais dans une collection d’art contemporain afin d’éviter d’attirer les experts en peintures anciennes.

À grand renfort de marketing offensif (c’est la première fois que Christie’s a recours à une agence de publicité), la maison de vente aux enchères utilise même les codes graphiques du célèbre film The Da Vinci Code.

L’acheteur saoudien

Ce tapage médiatique débouche sur l’exceptionnelle séance de vente du 16 novembre 2016 et l’achat du tableau pour 400 millions de dollars par « un acheteur qui a montré qu’il était le maître » lors de cette vente, pour reprendre les termes d’un employé de Christie’s.

Purges en Arabie saoudite : l’histoire d’une nuit fatidique
Lire

De qui s’agit-il ? Les médias américains conjecturent : ce serait le multimilliardaire Jeff Bezos, patron d’Amazon, ou peut-être une institution chinoise qui ambitionne de rayonner culturellement…

Ce n’est qu’un an plus tard que le New York Times révèle l’identité de l’acheteur, qui n’est autre que le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane. « Ces révélations tombent au pire moment pour lui », explique le réalisateur du documentaire, Antoine Vitkine.

« Il venait d’instaurer des impôts pour combler les déficits budgétaires et de lancer des réformes économiques pour faire face à la chute des ressources pétrolières. Dix jours avant d’acheter le tableau, il enfermait dans un palace de Riyad des centaines de dignitaires, accusés de corruption. C’est d’ailleurs un de ces princes mécontents qui prévient la presse américaine », poursuit Vitkine.   

Un « ami » américain de MBS, révèle Antoine Vitkine, conseille le prince héritier de faire savoir que l’achat de l’œuvre a été fait au profit du Louvre-Abou Dabi, pour éviter les polémiques. Le musée ne verra finalement jamais ce tableau entreposé dans ses fonds.

Mais les polémiques éclatent : l’expert Matthew Landrus révèle, en août 2018, dans The Guardian que le Salvator Mundi n’est pas l’œuvre de Léonard de Vinci mais de l’un de ses assistants, Bernardino Luini. Même l’historien de l’art Martin Kemp, qui avait attesté que le tableau était l’œuvre de de Vinci, revient sur ses assertions.

Le Louvre sous pression

Mohammed ben Salmane tentera alors une manœuvre visant à authentifier le tableau pour lequel il a déboursé 450 millions de dollars. L’idée est d’imposer la présence du Sauveur du monde lors de la grande exposition du Louvre à Paris consacrée au maître italien fin 2019. Anonymement, deux hauts fonctionnaires de l’État français corroborent, dans le documentaire de Vitkine, cette opération, contre laquelle « les Saoudiens promettaient des fonds ».

Le président français demande alors à son ministre de la Culture de l’époque, Franck Riester, de se « débrouiller » avec les Saoudiens

« L’Élysée nous disait qu’il était important pour MBS qu’il se présente comme celui qui allait ouvrir l’Arabie saoudite, qu’il était le symbole de sa modernité », confie un des hauts fonctionnaires dans le documentaire.

Finalement, le Louvre, après expertise, recule et, malgré les insistances des Saoudiens qui voulaient exposer le Salvator Mundi à côté de la Joconde dans le célèbre musée parisien, Emmanuel Macron finit, en septembre 2019, par trancher : hors de question.

Le président français demande alors à son ministre de la Culture de l’époque, Franck Riester, de se « débrouiller » avec les Saoudiens. Selon le documentaire, Riester et le ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian auraient été « sensibles à tous les projets que faisaient miroiter les Saoudiens » en matière d’ouverture culturelle et touristique de leur pays.

Accepter les conditions de MBS en exposant le tableau au Louvre aurait été une opération de « blanchiment d’une œuvre de 450 millions de dollars », commente un des hauts fonctionnaires interrogés par Antoine Vitkine.

Depuis, le tableau a disparu des radars. Où serait-il ? Dans le yacht de MBS ? « Il me paraît plus vraisemblable que le tableau se trouve dans un coffre de banque ou un port franc en Suisse [destiné aux œuvres d’art et aux biens de grande valeur]. Selon mes informations, les Saoudiens attendaient que la mauvaise réputation du tableau soit oubliée pour l’exposer un jour dans un des futurs musées du royaume, en construction », confie Antoine Vitkine.