Aller au contenu principal

« Sortez ! » : Jared Kushner a chassé l’ambassadeur israélien de la Maison-Blanche, affirme un nouveau livre

Le gendre de Trump a également mis en garde l’ex-Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou contre l’annexion de la Cisjordanie occupée : « Trump s’opposera à vous »
L’ancien Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou rencontre le gendre et conseiller du président américain Jared Kushner à Jérusalem, le 30 mai 2019 (AFP)
L’ancien Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou rencontre le gendre et conseiller du président américain Jared Kushner à Jérusalem, le 30 mai 2019 (AFP)

Le gendre de l’ancien président américain Donald Trump, Jared Kushner, a crié sur l’ambassadeur d’Israël à Washington et l’a expulsé de la Maison-Blanche en février 2020, selon un nouveau livre portant sur les relations de Trump avec le Moyen-Orient.

Kushner était le conseiller principal de Trump et a été chargé en 2017 de gérer les affaires du Moyen-Orient, y compris le conflit israélo-palestinien et les liens des États-Unis avec les pays arabes, principalement dans le Golfe.

Les détails d’une conversation houleuse entre Kushner et Ron Dermer, alors ambassadeur d’Israël aux États-Unis, ont été publiés dimanche dans Trump’s Peace: The Abraham Accords and the Reshaping of the Middle East, un livre en hébreu du journaliste Barak Ravid, qui se fonde sur des entretiens avec de hauts responsables américains, y compris Trump.

Le président palestinien Mahmoud Abbas « presque comme un père » pour Trump
Lire

Ravid décrit la détérioration des liens entre l’administration Trump et l’ex-Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou lorsque ce dernier n’a pas su obtenir un gouvernement majoritaire lors des élections de septembre 2019.

Frustré, Trump déclarait à l’époque : « Nous avons une relation avec Israël. »

« Ce fut le début d’un changement d’attitude de Trump », déclare Ravid à The Forward dans une interview.

Pendant le mandat de Trump, l’administration américaine a unilatéralement reconnu Jérusalem comme capitale d’Israël et la souveraineté d’Israël sur le plateau du Golan, territoire syrien occupé.

Il a également déclaré qu’il ne considérait pas la Cisjordanie comme un territoire occupé, donnant le feu vert à l’expansion des colonies sur les terres palestiniennes.

Mais cela n’a pas aidé Netanyahou à remporter suffisamment de voix pour bricoler un gouvernement majoritaire et Israël a dû se rendre aux urnes une nouvelle fois en mars 2020.

« Sortez ! »

Quelques semaines avant l’élection, Dermer a rencontré Kushner à la Maison-Blanche et a réitéré les doutes de Netanyahou, lequel se demandait « s’il pouvait faire confiance à l’administration Trump », selon le récit de Ravid.

Kushner a répondu avec colère : « Ne vous méprenez pas en pensant que tout ce qui s’est passé au cours des trois dernières années a été fait pour vous. Nous l’avons fait parce que nous étions sérieux au sujet de la paix. »

« Dire une telle chose à notre sujet est ignoble. Sortez ! », a crié Kushner à Dermer, selon des paragraphes du livre de Ravid citées par The Forward.

Un mois avant la réunion de février, Dermer avait demandé à rencontrer Trump et cette requête avait été accueillie avec hostilité.

« Le président ne vous aime pas en ce moment », lui aurait dit Avi Berkowitz, l’un des responsables de Trump pour le Moyen-Orient.

« Qu’il aille se faire foutre »

Selon le livre de Ravid (qui n’a pas encore été traduit), l’ex-Premier ministre israélien Netanyahou a voulu renoncer à signer l’accord de normalisation avec les Émirats arabes unis et Bahreïn, dit « accords d’Abraham », en septembre 2020.

Cependant, les Américains ont été très clairs sur le fait que « l’affaire était pliée » et que les Israéliens devaient l’accepter.

Avant cela, ces derniers avaient tenté de faire pression sur l’administration Trump pour qu’elle attende la signature des accords de normalisation jusqu’à ce que deux autres pays arabes rejoignent les Émirats arabes unis et Bahreïn.

Jérusalem : Ivanka Trump et Jared Kushner ont assisté à un événement israélien se tenant sur un cimetière musulman
Lire

Si on en croit le livre, Kushner a déclaré à Berkowitz : « Dites à Ron que tout ce qu’il a c’est un pays, et s’il n’en veut pas, qu’il aille se faire foutre. »

Kushner a également mis en garde Netanyahou contre l’annexion de la Cisjordanie occupée, qui était prévue pour l’été 2020, lui disant : « Ce sera la plus grande erreur que vous ayez jamais commise… Trump s’opposera à vous. »

Contrairement à son beau-père, qui n’a pas parlé à Netanyahou depuis qu’il a quitté la Maison-Blanche et lui a reproché d’avoir félicité Joe Biden pour sa victoire électorale, Kushner a depuis parlé et rencontré l’ancien Premier ministre israélien.

Netanyahou est un ami de longue date des Kushner. Jared lui aurait prêté son lit – en allant dormir au sous-sol – quand Netanyahou est venu passer la nuit chez eux à Livingston, dans le New Jersey.

En octobre, Kushner et la fille de Trump, Ivanka, se sont rendus à Jérusalem-Est occupée pour promouvoir les accords de normalisation entre Israël et les pays arabes et pour assister à une réception se tenant sur un cimetière musulman de la ville.

Traduit de l’anglais (original) par VECTranslation.