Aller au contenu principal

Irak : des employés d’Ericsson pourraient avoir versé des pots-de-vin à l’EI

Selon le PDG de la société suédoise, des paiements pourraient avoir été effectués pour des opérations de transport à travers des zones contrôlées par le groupe État islamique en Irak
Un combattant des Forces démocratiques syriennes garde des individus évacués de Baghouz (Syrie), bastion du groupe État islamique, lors d’une opération visant à expulser les combattants de l’EI de la zone, le 26 février 2019 (AFP)
Un combattant des Forces démocratiques syriennes garde des individus évacués de Baghouz (Syrie), bastion du groupe État islamique, lors d’une opération visant à expulser les combattants de l’EI de la zone, le 26 février 2019 (AFP)
Par

Des employés de la société de télécommunications Ericsson pourraient avoir versé des pots-de-vin à des responsables du groupe État islamique (EI) en Irak, a déclaré ce mercredi le PDG de la société.

Les propos de Börje Ekholm ont fait chuter de 10 % le cours de l’action du géant suédois à l’ouverture de la bourse de Stockholm.

Börje Ekholm a indiqué au quotidien financier suédois Dagens Industri que des personnes liées à son organisation avaient « payé pour du transport routier dans des secteurs contrôlés par des organisations terroristes, y compris l’EI ».

La France « avait connaissance d’un accord » entre Lafarge et l’État islamique, selon une note « confidentiel défense »
Lire

« Avec les moyens dont nous disposons, nous n’avons pas été en mesure d’identifier les bénéficiaires finaux de ces paiements », a-t-il précisé.

Ces propos font suite à une enquête interne menée par Ericsson, ainsi qu’à des enquêtes réalisées par le diffuseur public SVT et le Consortium international des journalistes d’investigation (ICIJ).

Selon la société, ces dernières ont révélé « des violations graves de ses règles de conformité légale et de l’éthique des affaires du groupe » à l’égard de vendeurs, d’employés et de fournisseurs durant la période 2011-2019 en Irak.

Dans un communiqué, la société a déclaré avoir trouvé « des preuves de méfaits en matière de corruption », notamment « des donations d’argent sans bénéficiaire clair, le paiement d’un fournisseur pour du travail sans documentation ou cadre clair, l’utilisation de fournisseurs pour faire des paiements en liquide, le financement injustifié de voyages et de frais, [ainsi que] le recours inapproprié à des vendeurs et des consultants ».

L’enquête a également révélé des violations des contrôles financiers internes d’Ericsson, ainsi que des conflits d’intérêts et des manquements aux lois fiscales.

Obstructions en interne

Entre autres mesures disciplinaires, le communiqué indique que plusieurs employés ont quitté la société à la suite de l’enquête, qui a fait l’objet d’obstructions en interne. Il est toutefois précisé que « l’enquête n’a pas pu identifier l’implication directe d’un quelconque employé d’Ericsson dans le financement d’organisations terroristes ».

D’après Börje Ekholm, la société a consacré « des ressources considérables pour essayer de cerner cela du mieux possible » et a fait part de ses conclusions aux autorités américaines. « Le financement du terrorisme est totalement inacceptable et nous ne le cautionnons absolument pas », a-t-il ajouté.

Hassaké, une bataille féroce et aucune leçon tirée en Europe
Lire

L’EI n’a pas regagné de territoire depuis 2019. Mais une récente tentative d’évasion organisée dans la prison d’Hassaké, dans le nord-est de la Syrie, a apporté une nouvelle preuve que le groupe dispose encore d’armes et de combattants loyaux.

Dans le camp voisin d’al-Hol, où les autorités kurdes détiennent des femmes soupçonnées d’être membres de l’EI et leurs enfants, le groupe a assassiné des détenus, procédant notamment à plusieurs décapitations.

Onze soldats irakiens ont été tués en janvier lors d’une attaque nocturne menée par des combattants de l’EI contre leur base dans la province de Diyala, dans l’est de l’Irak.

En juillet 2021, l’émissaire du département d’État américain auprès de la coalition dirigée par les États-Unis qui combat le groupe a prévenu que la détérioration des conditions économiques en Irak et en Syrie ouvrait la voie à une reconstitution de l’EI.

Traduit de l’anglais (original) par VECTranslation.