Aller au contenu principal

« Attrape les chameliers ! » : quand le racisme s’invite aux Jeux olympiques de Tokyo

L’entraîneur de l’équipe d’Allemagne de cyclisme a traité deux athlètes, un Algérien et un Érythréen, de « chameliers »
L’un des deux cyclistes ciblé par les propos racistes de l’entraîneur allemand, l’Algérien Azzedine Lagab (Twitter/@AzzedineLagab)
L’un des deux cyclistes ciblés par les propos racistes de l’entraîneur allemand, l’Algérien Azzedine Lagab (Twitter/@AzzedineLagab)
Par

Deux cyclistes, l’Algérien Azzedine Lagab et l’Erythréen Amanuel Gebrezgabihier, ont été victimes de propos racistes de la part du directeur sportif de l’équipe allemande, Patrick Moster, lors d’une course contre la montre des Jeux olympiques de Tokyo, ce mercredi 28 mai.

La scène a été filmée en direct et plusieurs médias allemands l’ont relayée. On y voit Patrick Moster crier à son coureur, Nikias Arndt, « attrape les chameliers », en référence à Lagab et Gebrezgabihier, qui le devançaient dans la course.

Le journaliste de la chaîne publique allemande ARD, Florian Nass, qui commentait en direct cette course, a été choqué, disant à l’antenne : « Si j’ai bien compris ce qu’il a crié, c’était totalement inapproprié. Les mots me manquent. Quelque chose comme ça n’a pas sa place dans le sport. »

Patrick Moster, qui est également l’un des responsables de la Fédération allemande de cyclisme (BDR), a été contraint de s’excuser.

« J’étais dans la zone de ravitaillement et j’ai encouragé Nikias Arndt. Dans le feu de l’action, mon choix de mots a été erroné. Je suis vraiment désolé, je ne peux que m’excuser sincèrement. Je ne veux discréditer personne. Nous avons nous-mêmes beaucoup d’amis d’origine maghrébine, donc comme je l’ai dit, je suis désolé », a déclaré Patrick Moster.

Ces excuses n’ont apparemment pas satisfait le comité olympique allemand, qui a exigé le jour même « une conversation personnelle » avec Moster.

« Nous défendons l’adhésion aux valeurs olympiques de respect, de fair-play et de tolérance. Il est important que Patrick Moster se soit excusé immédiatement après la compétition », a déclaré aux médias son président, Alfons Hörmann.

Traduction : « L’Union cycliste internationale [UCI] regrette profondément les déclarations de Patrick Moster. Ces déclarations vont à l’encontre des valeurs que l’UCI promeut et défend. Il n’y a pas de place pour le racisme dans le sport, l’UCI reste attachée à son engagement à lutter contre toutes les formes de discrimination dans le cyclisme et à promouvoir la diversité et l’égalité. »

Le président de la Fédération allemande de cyclisme, Rudolf Scharping, a déclaré, pour sa part, que les propos de Moster étaient « inacceptables ».

Le cycliste Nikias Arndt, que Moster haranguait, a repris les termes de Rudolf Scharping, se disant « effaré » par cet incident. « Les JO et le cyclisme sont synonymes de tolérance, de respect et d’équité. Je représente ces valeurs à 100 % et je tire mon chapeau à tous les grands athlètes venus du monde entier ici à Tokyo », a-t-il déclaré.

Ce jeudi 29 juillet, au lendemain de l’incident, le comité olympique allemand a renvoyé Patrick Moster en Allemagne.

De son côté, le cycliste algérien Azzedine Lagab a tenu à réagir sur Twitter, disant qu’il était « dommage » qu’un tel incident se déroule lors des Jeux olympiques. Des twittos allemands lui ont répondu, s’excusant de l’attitude de l’entraîneur Moster.

Traduction : « En tant qu’Allemand, j’ai honte et je regrette profondément ce qui vous est arrivé hier. Malheureusement, le racisme est toujours très présent, apparemment même avec nos meilleurs entraîneurs sportifs. Je suis heureux qu’il ait reçu l’ordre de quitter les jeux. Le racisme n’est pas acceptable. Jamais. »

Azzedine Lagab a également réagi à cet incident avec une pointe d’humour : « Eh bien, il n’y a pas de courses de chameaux aux Jeux olympiques, c’est pourquoi j’ai choisi le cyclisme. Au moins j’étais là, à Tokyo. »