Aller au contenu principal

Foot : « Non au racisme », lance Richarlison, cible d’un jet de banane

L’attaquant brésilien a été visé par quelques projectiles venus des gradins, dont une banane, qui a atterri sur la pelouse
L’attaquant brésilien Richarlison félicité par ses coéquipiers après le deuxième but marqué lors du match de football amical entre le Brésil et la Tunisie au Parc des Princes à Paris le 27 septembre 2022 (AFP/Anne-Christine Poujoulat)
L’attaquant brésilien Richarlison félicité par ses coéquipiers après le deuxième but marqué lors du match de football amical entre le Brésil et la Tunisie au Parc des Princes à Paris le 27 septembre 2022 (AFP/Anne-Christine Poujoulat)
Par

« Non au racisme » : l’attaquant brésilien Richarlison, cible d’un jet de banane mardi soir au Parc des Princes lors du match amical Brésil-Tunisie (5-1), a fustigé le « bla-bla » des dirigeants dans la lutte contre le racisme et appelé à davantage de sanctions contre ce genre de gestes.

« Tant qu’ils continuent leur bla-bla et qu’ils ne punissent pas, ça continuera comme ça, ça arrivera tous les jours et partout. Pas le temps frère ! Non au racisme », a écrit le joueur de Tottenham sur Twitter dans la nuit de mardi à mercredi. Richarlison au Parc des Princes, c’est scandaleux !

Alors qu’il venait d’inscrire le deuxième but du Brésil dans cette rencontre de préparation au Mondial-2022 (20 novembre-18 décembre au Qatar), l’attaquant a été visé par quelques projectiles venus des gradins, dont une banane, qui a atterri sur la pelouse.

L’air contrarié, Richarlison est retourné se replacer après avoir fêté ce but avec ses équipiers.

La Fédération brésilienne (CBF) a condamné cet incident « lamentable », et Richarlison a reçu le soutien de ses équipiers, comme le capitaine Thiago Silva, et de plusieurs grands clubs brésiliens.

Le sélectionneur Tite a également déploré ce débordement : « Le football ne justifie pas tout », a-t-il lancé en haussant le ton en conférence de presse, avant d’appeler à « mieux éduquer les jeunes » et à des « punitions ».

À Tunis, la Fédération tunisienne (FTF) a déclaré qu’elle condamnait « fermement » tout acte raciste dans les stades.

« Nous condamnons fermement tout acte raciste qui se produirait dans n’importe quel stade au monde, et si l’auteur du jet de banane venait à être identifié comme Tunisien, nous présenterions des excuses en son nom et au nom de tous les Tunisiens présents au stade », a-t-elle écrit dans un communiqué.

La FTF ajoute que « l’écrasante majorité » des supporteurs tunisiens ayant assisté au match se sont comportés d’une « manière exemplaire ».

La semaine dernière, l’équipe du Brésil avait pris la défense d’un autre de ses attaquants, Vinicius Junior, visé par des chants racistes lors d’un match du Real Madrid sur le terrain de son voisin, l’Atlético. La justice espagnole a ouvert une enquête.

Le match amical entre le Brésil et la Tunisie, disputé devant une vaste majorité de supporteurs tunisiens au Parc des Princes, a été marqué par d’autres incidents, en particulier en avant-match, lorsque l’hymne brésilien a été accueilli par une bordée de sifflets.

La rencontre a aussi été brièvement interrompue en première période à la suite de l’usage de pointeurs lasers visant les joueurs.

Middle East Eye delivers independent and unrivalled coverage and analysis of the Middle East, North Africa and beyond. To learn more about republishing this content and the associated fees, please fill out this form. More about MEE can be found here.