Aller au contenu principal

Coronavirus : le Moyen-Orient en état d’alerte 

L’Iran vient de passer à 95 cas confirmés, devenant l’un des pays les plus touchés par la propagation du coronavirus en dehors du foyer chinois  
Un religieux examine un employé qui désinfecte le sanctuaire de Fatima Ma'soumeh, à Qom, en Iran, le 25 février 2020 (AFP)

Les Émirats arabes unis (EAU) ont suspendu, ce mardi 25 février, tous les vols en provenance et à destination de l’Iran pour « une semaine renouvelable », après l’annonce dans les pays du Golfe de plusieurs cas d’infection au nouveau coronavirus touchant des personnes revenant d’Iran, selon l’agence officielle WAM. 

La décision prise par l’Autorité générale de l’aviation civile s’inscrit « dans le cadre des mesures de précaution prises [par le pays] pour faire face au nouveau coronavirus » et concerne « les vols de passagers comme les avions cargo », ajoute-t-elle.

Avec 15 morts et 95 cas détectés, l’Iran figure parmi les pays les plus touchés en dehors de la Chine, foyer de l’épidémie.

"
La température d’Irakiennes revenant d’Iran est mesurée à leur arrivée à l’aéroport de Nadjaf, le 21 février 2020 (AFP)

Des pays arabes situés sur la rive opposée du Golfe ont enregistré 31 cas d’infection au Covid-19, à l’exception de l’Arabie saoudite et du Qatar.

En dépit de leurs relations politiques tendues, l’Iran et les Émirats arabes unis sont d’importants partenaires économiques, en particulier Dubaï, un géant portuaire qui abrite aussi le plus grand hub aéroportuaire au monde pour les passagers étrangers.

Les Émirats arabes unis ont enregistré treize cas de personnes contaminées par le virus, dont trois ont guéri. Les deux cas d’infection les plus récents sont ceux de deux ressortissants iraniens de 70 et 64 ans.

Les pèlerinages chiites compliquent la donne 

À Manama, le ministère bahreïni de la Santé a annoncé dans un communiqué, ce mardi, avoir enregistré six nouveaux cas, ce qui porte le bilan dans le pays à huit cas, dont quatre femmes saoudiennes, et tous des personnes en provenance d’Iran, via Dubaï.

Le Koweït a enregistré mardi trois nouvelles personnes contaminées portant le nombre total à huit cas

Le Koweït, qui a suspendu les vols vers et en provenance d’Iran la semaine dernière, a de son côté enregistré mardi trois nouvelles personnes contaminées, portant là aussi le nombre total à huit cas.

De son côté, Oman a annoncé lundi la suspension immédiate des vols avec l’Iran, après l’annonce de la contamination de deux citoyennes omanaises revenant d’Iran.

Des milliers de ressortissants de confession chiite de ces trois pays se rendent régulièrement en Iran pour visiter des lieux saints, en particulier Qom et Mashhad, deuxième ville de la République islamique où des personnes ont été testées positives au virus.

Le Liban, selon L’Orient-Le Jour, comptait toujours, lundi soir, un seul cas avéré du nouveau coronavirus. 

« Le porte-parole de la Force intérimaire des Nations unies [à la frontière avec Israël], Andrea Tenenti, a assuré que la FINUL avait pris ‘‘toutes les mesures nécessaires de prévention contre le coronavirus’’, en coopération avec ses unités médicales, afin d’éviter toute contamination parmi ses 11 000 Casques bleus », souligne le quotidien libanais.

Aprés Nadjaf, Kirkouk touché

En Irak, le ministère de la Santé a annoncé mardi avoir identifié quatre personnes porteuses du coronavirus, toutes membres d’une famille revenant d’Iran.

Un jour auparavant, l’Irak avait annoncé un premier cas, un étudiant en religion iranien d’une vingtaine d’années, aussitôt placé en quarantaine dans la ville sainte chiite de Nadjaf, à 200 kilomètres au sud de Bagdad.

Les nouveaux cas détectés mardi l’ont été dans la province de Kirkouk, au nord de Bagdad, et les quatre membres de cette famille ont également été placés en quarantaine, indique le ministère de la Santé irakien.

L’Irak a déjà fermé sa frontière terrestre orientale, interdit l’entrée des Iraniens sur son sol et suspendu les vols de sa compagnie nationale vers et depuis l’Iran.

"
Des jeunes femmes portant des masques de protection sortent de l’hôpital universitaire Rafik Hariri à Beyrouth, le 21 février 2020, où une femme a été testée postive (AFP)

Bagdad avait déjà interdit l’entrée d’étrangers venus de Chine. À ce pays s’ajoutent désormais la Thaïlande, Singapour, l’Italie, la Corée du Sud et le Japon, selon le communiqué des autorités diffusé mardi.

Des mesures ont été prises en urgence dans les villes saintes chiites qui accueillent de nombreux Iraniens, ainsi que des pèlerins originaires ou passés par l’Iran où se trouvent d’autres lieux saints chiites, notamment Qom, l’un des foyers d’infection en Iran.

Les pèlerins étrangers sont interdits d’entrée dans la province de Salaheddine, a annoncé lundi le gouverneur de cette province au nord de Bagdad, où se tient mardi un pèlerinage.

Le gouvernement koweïtien a décidé d’annuler les célébrations prévues mardi et mercredi à l’occasion de la fête nationale

Dans la province de Nadjaf, les écoles et les universités seront fermées « durant dix jours », ont annoncé les autorités. Les examens de fin de premier semestre avaient déjà été suspendus pour éviter la propagation du virus.

Au Koweït, le ministère de la Santé a fait état de trois personnes testées positives au virus : un ressortissant koweïtien de 53 ans, un Saoudien de 61 ans et un apatride de 21 ans.

Elles revenaient toutes les trois de Machhad, deuxième ville d’Iran et centre de pèlerinage chiite dans le nord-est du pays.

Le gouvernement koweïtien a décidé d’annuler les célébrations prévues mardi et mercredi à l’occasion de la fête nationale, évoquant une « situation exceptionnelle qui exige des mesures exceptionnelles et strictes pour protéger la santé des citoyens et des résidents ».

Pour sa part, le ministère de la Santé à Manama a indiqué qu’un Bahreïni revenant d’Iran avait été contaminé, précisant que l’homme était un chauffeur transportant des écoliers. 

Les trois écoles fréquentées par ces élèves ont été fermées. Tous ces écoliers devraient être examinés pour s’assurer qu’ils n’ont pas été infectés, a ajouté le ministère.   

À Mascate, la télévision d’État a indiqué que deux Omanaises de retour d’Iran avaient été testées positives au Covid-19 et sont dans un état stable.

Israéliens et Palestiniens vont coopérer 

En Palestine, et selon Libération, « les autorités de Ramallah ont calqué les mesures israéliennes, appelant tous leurs ressortissants de retour d’Asie du Sud-Est à se signaler et à s’isoler pendant quatorze jours, ainsi que ceux ayant rencontré les pèlerins sud-coréens qui ont visité plusieurs villes des territoires occupés ». 

À Gaza, « 140 marchands ayant voyagé en Chine depuis janvier ont été placés en quarantaine et une salle spéciale a été installée au terminal de Rafah, à l’entrée de l’Égypte », selon RFI. 

Le ministre de l’Intérieur israélien, Aryeh Déri, a déclaré que la coopération entre Israéliens, Palestiniens et Jordaniens sur ce dossier était forte : « Il n’y a pas de politique, là. » 

L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a jugé « très préoccupante » l’augmentation du nombre de cas en Italie, en Iran et en Corée du Sud.