Aller au contenu principal

Les Palestiniens craignent que la pandémie de coronavirus oblige l’Arabie saoudite à annuler le hadj

L’annulation de la oumra leur a déjà fait perdre des milliers d’euros. Les agents de voyage préviennent : si le hadj prévu en juillet est annulé, ce sera « une catastrophe »
Des fidèles prennent des photos de la Kaaba à l’intérieur de la grande mosquée de La Mecque, le 6 mars 2020 (AFP)

Les agents de voyage palestiniens à Jérusalem-Est occupée et en Cisjordanie ont perdu des millions de dollars après que l’Arabie saoudite a suspendu le pèlerinage de la oumra afin de d’endiguer la propagation du coronavirus a appris Middle East Eye.

Ils craignent désormais que le hadj, qui doit avoir lieu en juillet, soit annulé, aggravant leurs pertes et empêchant les Palestiniens d’entreprendre le pèlerinage attendu de la part de tout musulman une fois dans sa vie.

« Je ne pense pas qu’il y aura de saison pour la oumra cette année, et, s’il y en a, peu voyageront parce que les gens ont peur et paniquent à cause du coronavirus »

- Ashraf Hamed, agent de voyages

Des agents de voyages ont indiqué à MEE que Saudi Arabian Airlines les avait informés de l’absence de vol pour La Mecque et Médine avant le 15 avril au moins, après que le royaume a interdit toute entrée pour les pèlerins effectuant la oumra.

Le gouvernement saoudien a suspendu l’entrée des pèlerins le 27 février. Le même jour, environ 2 500 Palestiniens de Jérusalem-Est et de Cisjordanie occupée devaient se rendre au royaume à partir d’Amman avec des visas de douze jours pour effectuer la oumra. Le dernier groupe de pèlerins palestiniens est entré dans le pays le 26 février.

Les agents de voyages avaient déjà payé les visas pour les centaines de pèlerins qui devaient s’envoler pour l’Arabie saoudite. Ils estiment que la suspension de la oumra leur a fait perdre environ 350 000 dinars jordaniens (450 000 euros). Jusqu’à présent, les autorités saoudiennes n’ont pas laissé entendre qu’elles rembourseraient cet argent de leur poche.

Ashraf Hamed, propriétaire d’une agence de voyages à Ramallah, explique à MEE qu’avec en plus le coût des billets d’avion, des réservations d’hôtels, des transports en bus et de l’assurance, les pertes totales s’élèvent à des millions de dollars.

« Un groupe de quatre pèlerins faisant la oumra me coûte 7 000 dollars, et ce n’est qu’une moyenne », calcule Hamed.

EN IMAGES : Des millions de musulmans se rassemblent à La Mecque pour le pèlerinage du hadj
Lire

Mardi, la décision de la Jordanie de fermer sa frontière avec la Cisjordanie et Israël pour lutter contre le coronavirus jette le doute sur la saison de la oumra et le mois sacré du Ramadan, qui s’étend du 23 avril au 23 mai. L’armée israélienne a également confiné la Cisjordanie occupée.

« La Cisjordanie est fermée, la Jordanie est fermée et l’Arabie saoudite est fermée. Il est impossible de voyager où que ce soit », constate Hamed. « Je ne pense pas qu’il y aura de saison pour la oumra cette année, et, s’il y en a, peu voyageront parce que les gens ont peur et paniquent à cause du coronavirus. »

Avant de se rendre en Arabie saoudite, les pèlerins sont tenus de fournir des certificats de vaccination dans leur demande de visa. Aucun vaccin contre le coronavirus n’a encore été mis au point.

Suspendre la oumra n’est pas la seule mesure prise par le royaume pour combattre le coronavirus.

Début mars, l’Arabie saoudite a temporairement fermé la grande mosquée de La Mecque, de sorte qu’aucune prière ne pouvait être menée dans le site le plus saint de l’islam. Bien que la mosquée ait partiellement rouvert, il est interdit aux fidèles de toucher la Kabaa sacrée en son centre.

« Personne ne veut penser que le hadj sera annulé »

Pendant ce temps, des interdictions de vol et de voyage en provenance de dizaines de pays ont été mises en place par les autorités, la province orientale de Qatif est confinée, les écoles fermées et les événements culturels et sportifs annulés.

Une amende pouvant aller jusqu’à 500 000 riyals (121 000 euros) peut être infligée aux personnes n’ayant pas affiché d’informations sanitaires adéquates à l’entrée de leur local.

Un autre agent de voyage à Jérusalem-Est, qui a souhaité garder l’anonymat, affirme à MEE que des questions subsistent sur le sort du hadj de cette année, l’un des cinq piliers de l’islam.

En 2017, les pèlerinages du hadj et de la oumra ont rapporté environ 12 milliards de dollars dans les coffres de Riyad

« La question du hadj n’a pas été abordée lors des entretiens avec des responsables du hadj et de la oumra en Arabie saoudite. Personne ne veut penser que le hadj sera annulé en raison de l’épidémie de coronavirus », a-t-il déclaré.

Bien que le hadj ait été annulé à plusieurs reprises au cours des siècles, cela n’a jamais été le cas depuis la fondation du royaume d’Arabie saoudite en 1932.

Environ deux millions de personnes visitent La Mecque pour effectuer le pèlerinage annuel du hadj et environ sept millions de personnes se dirigent vers la ville sainte pour la oumra.

La oumra peut être effectuée à tout moment de l’année, bien que la saison populaire pour les pèlerins commence deux mois avant le Ramadan et culmine pendant le mois sacré.

En 2017, les pèlerinages du hadj et de la oumra ont rapporté environ 12 milliards de dollars dans les coffres de Riyad, contribuant à hauteur de 7 % environ aux recettes annuelles du royaume. Ces dernières années, l’Arabie saoudite a cherché à promouvoir son industrie touristique dans le but de se diversifier et d’atténuer sa dépendance aux recettes pétrolières, qui ont rapporté environ 171 milliards de dollars en 2017.

Coronavirus au Moyen-Orient : les réactions les plus farfelues
Lire

L’Arabie saoudite distribue des visas pour le hadj aux pays selon la taille de leur population musulmane. Environ 5 000 Palestiniens de Jérusalem-Est, de la bande de Gaza et de Cisjordanie sont autorisés à entrer chaque année.

« Au début du mois d’avril, nous devrions connaître les noms des pèlerins qui effectueraient le hadj. Mais on craint encore que les gens ne voyagent pas à cause du coronavirus », confie Hamed.

« Nous ne nous attendons pas à l’annulation du hadj parce que les gens l’attendent d’année en année, et si cela se produit, ce sera une catastrophe. »

Jusqu’à présent, rien n’indique quand l’Arabie saoudite lèvera ses interdictions de voyager et reprendra l’accueil des pèlerins de la oumra.

Traduit de l’anglais (original) par VECTranslation.