Aller au contenu principal

De l’Algérie à la Tunisie, les incendies ravagent des milliers d’hectares

Plus de 2 000 hectares en Tunisie, plus de 14 000 en Algérie : cet été, les feux se multiplient sous l'effet de la canicule mais aussi, d'actes criminels
Pompiers algériens sur un théâtre de feu de forêt (Facebook)
Par

Une centaine d’incendies, dont une partie d'origine probablement criminelle, ont dévoré plus de 2 000 hectares de forêt en Tunisie. « Depuis le 29 juillet, nous avons enregistré une vague d’incendies, environ 94 dans huit gouvernorats », a relevé lors d'une conférence de presse au siège du gouvernement le porte-parole de la Protection civile, Salah Korbi.

Ces sinistres ont « provoqué la perte d'environ 2 000 hectares », a précisé le secrétaire d'État à l'Agriculture, Omar el-Béhi. « Cette situation n'est pas normale car en moyenne, nous perdons 1 300 hectares par an », a-t-il ajouté.

Les causes « naturelles » sont évidentes, a dit le porte-parole de la Garde nationale (gendarmerie) Khalifa Chibani, en allusion à la canicule qui écrase la Tunisie. À Jendouba (nord-ouest), région très touchée par les incendies, il a fait « 47 degrés à l'ombre et 59 au soleil ».

Mais certains des incendies sont d'origine criminelle, a-t-il ajouté.

Quatre personnes soupçonnées d’« avoir volontairement mis le feu à des terres appartenant à l'État » ont été interpellées et plusieurs autres sont sous le coup d'une enquête, a précisé Khalifa Chibani.

Certaines des personnes impliquées sont d'anciens employés publics désireux « qu'on fasse appel à eux » pour éteindre les incendies mais voulant aussi « en profiter pour ramasser le charbon » (restes des arbres brûlés) une fois les feux éteints. « Des conflits familiaux » au sujet de certains terrains sont également en cause, selon le porte-parole de la gendarmerie.

À LIRE : Des températures élevées rendront invivables le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord

La semaine dernière, le directeur général des forêts, Habib Abid, avait indiqué à l'AFP que les autorités avaient eu des doutes sur l'origine des feux parce que 14 incendies se sont déclarés « en un jour » à Jendouba.

Des renforts de la protection civile, de l'armée et de la Garde nationale étaient toujours à pied d'œuvre samedi pour éteindre les feux restants.

En Algérie, plus du double de la superficie brûlée l’an dernier

Depuis début juin, les feux ravagent aussi les forêts et les maquis d’Algérie.

Selon la Protection civile, qui a déployé six hélicoptères pour faire face aux incendies, plus de 14 000 hectares de ressources forestières ont brûlé – soit déjà plus du double de superficie que l’an dernier – dans plus de 1 000 incendies. El Tarf, Skikda, Jijel, Tizi Ouzou, Béjaïa… : une dizaine de wilayas (préfectures) sont touchées, en particulier celles de la côte-Est du pays.  

Traduction : « Important incendie à Guelma »

Comme en Tunisie, si la canicule peut expliquer des départs de feux, certains incendies « sont d’origine criminelle », relève Azzedine Sekrane, le directeur général des Forêts à l’APS (agence de presse officielle).

Un jeune homme d’une vingtaine d’années est décédé à Boumerdès (à l’est d’Alger) après avoir été cerné par un feu dans une forêt.

Des indemnisations pour les agriculteurs

Le ministre de l’Agriculture, Abdelkader Bouazghi, a annoncé que « tout agriculteur dont la production – arbres fruitiers, oliviers, cheptel, ruches – a été décimée par les feux sera indemnisé ».

En Tunisie, le chef du gouvernement, Youssef Chahed, s'est également engagé à réparer les dégâts qu’avaient subi les habitants victimes des incendies de forêts. « Ils obtiendront réparation dès que la commission régionale de lutte contre les catastrophes évaluera les dégâts », a-t-il promis en précisant que les indemnisations porteraient sur les logements, mais aussi sur les bêtes, les pâtures, les produits agricoles et les arbres fruitiers ».

Un site web a même été mis en ligne, fires.tn, a été lancé pour suivre en temps réel l’évolution des feux sur une carte où figurent aussi les points d’alerte et les points de collecte des aides.