Aller au contenu principal

« J’ai été traitée comme une esclave » : des Tunisiennes revenues d’Arabie saoudite racontent leur calvaire

Pensant partir en Arabie saoudite pour trouver une meilleure situation professionnelle, de jeunes femmes – et parfois aussi de jeunes hommes – se retrouvent victimes de maltraitance entre les mains d’employeurs qui leur confisquent leurs papiers
Par
TUNIS, Tunisie

« En Tunisie, je renais. » C’est avec ces mots que commence le témoignage poignant de Hind*, de retour d’Arabie saoudite après avoir rompu son contrat de travail d’aide-soignante.

Hind raconte avoir été victime de violences, de maltraitance et de harcèlement sexuel. Et c’est en lançant un appel de détresse sur les réseaux sociaux qu’elle affirme avoir pu échapper à l’enfer.

« Le fils de mon employeur m’a frappée quand il a su que j’avais écrit un post pour appeler à l’aide sur Facebook. Il m’a séquestrée et a même menacée de m’égorger », témoigne Hind à Middle East Eye.

« Je n’avais pas le droit de dormir. La fille de mon employeur me frappait sans raison. On m’obligeait à nettoyer le sol à quatre pattes »

- Hind

« À Tunis, on m’avait promis un poste d’aide-soignante pour un homme âgé. Mais une fois sur place, la réalité était autre : on m’a tout de suite demandé de faire le ménage. Je travaillais 24 heures sur 24. Je n’avais pas le droit de dormir. La fille de mon employeur me frappait sans raison. On m’obligeait à nettoyer le sol à quatre pattes. J’ai des ampoules partout sur le corps. Et je vous épargne les détails d’autres situations plus humiliantes », raconte-t-elle à MEE, la gorge serrée.  

Hind, la trentaine, mère de trois enfants – dont un bébé âgé de 11 mois – travaillait comme ouvrière dans une usine avant de partir en Arabie saoudite. « J’ai sacrifié ma vie de famille. J’ai quitté mes enfants pensant leur offrir un avenir meilleur, mais je me suis retrouvée dans une situation humiliante et dégradante », regrette-t-elle, en sanglots. « J’ai été traitée comme une esclave. »

Battues, torturées, violées… les domestiques bangladaises fuient le cauchemar saoudien
Lire

Ce type de témoignage, de la part d’une jeune femme partie en Arabie saoudite pour trouver un emploi, n’est pas nouveau.

Une semaine avant le post de Hind, une autre Tunisienne, Moufida Zayani, avait, elle aussi, posté sur Facebook une vidéo où elle appelait à l’aide. Elle disait avoir été séquestrée par son employeur – une princesse – après avoir exprimé son souhait de rentrer.

Sa vidéo a secoué l’opinion publique. Les internautes et les associations se sont mobilisées pour lui venir en aide.

« C’est un blogueur tunisien, dénommé Maher Hedhili, qui habite à Oman depuis vingt ans, qui m’a contacté et m’a informé de la situation de Moufida Zayani », explique à MEE Ridha Kerouida, président de l’association internationale de défense des droits de l’homme et des médias (AIDDHM). « On a collaboré avec le ministère des Affaires étrangères pour obtenir sa libération. Le MAE était déjà sur son dossier. De notre côté, nous avons fait pression pour accélérer les choses. »

« Sa peau se détachait de son visage ! »

« Ce n’est pas un cas spécifique à l’Arabie saoudite : des affaires similaires existent dans tous les pays du Golfe », tient-il à préciser.  

Moufida était, elle aussi, partie travailler en Arabie saoudite comme cuisinière dans l’espoir d’améliorer sa situation financière.

Mère de quatre enfants, elle a enchaîné les petits boulots et les petits projets avant de passer par une intermédiaire qui lui a proposé un contrat de travail chez une princesse saoudienne en lui faisant miroiter un avenir merveilleux.

« L’employeur a le droit de confisquer le passeport, la carte de séjour et les autres papiers des employés. L’employé doit aussi payer une caution s’il souhaite démissionner »

- Ridha Kerouida, président de l’association internationale de défense des droits de l’homme et des médias

Très fragilisée, Moufida est incapable de témoigner. C’est sa fille aînée qui rapporte à MEE la détresse dans laquelle a vécu sa mère pendant six mois. « En plus d’une surcharge de travail, elle travaillait dans des conditions inhumaines – dans une cuisine à l’extérieur, sous une chaleur de plus de 50°C – à tel point que sa peau se détachait de son visage ! »

Sa fille indique que Moufida avait signé un contrat dans lequel sont mentionnés les termes « traitement décent » et « prise en charge totale par l’employeur ». Arrivée en Arabie saoudite, « elle n’a trouvé que maltraitance ».

« On ne lui donnait qu’un seul repas par jour. Elle n’avait même pas droit à l’eau. C’est une honte pour les musulmans ! C’est une honte pour une princesse qui se trouve dans des lieux saints et qui traite les gens de la sorte ! », dénonce sa fille, en colère. « On lui a confisqué son passeport dès son arrivée et elle n’avait pas le droit de sortir. Elle était prête à faire des sacrifices pour gagner sa vie, mais pas au point d’être humiliée. »

Maltraitée, privée de nourriture et de salaire : la fuite d’une domestique à Oman
Lire

Ridha Kerouida explique que la législation dans les pays du Golfe permet à un employeur de confisquer les papiers de son employé.

« C’est le système du garant. En d’autres termes, l’employeur a le droit de confisquer le passeport, la carte de séjour et les autres papiers des employés. L’employé doit aussi payer une caution s’il souhaite démissionner », indique-t-il. « Ce sont des conditions dégradantes, qui ne sont pas dignes des Tunisiens. »

Dans son bureau, le président de l’association montr à MEE le dossier d’un autre jeune homme de 37 ans, dont les papiers sont confisqués par l’employeur. Ce dernier est en prison.

« Il ne veut ni lui rendre ses papiers ni lui signer une permission de rentrer. Le jeune homme est bloqué. Il ne peut ni rentrer, ni travailler. Nous collaborons avec les Affaires étrangères pour essayer de débloquer sa situation. »

Hind, quant à elle, rapporte s’être échappée de la maison de son employeur après avoir été menacée de mort. « Grâce à Dieu, j’ai réussi à m’échapper. On m’a demandé d’ouvrir la porte au chauffeur et j’en ai profité pour prendre la fuite. Je n’avais rien sur moi à ce moment-là, sauf ma abaya et mon téléphone. Il faisait plus de 50°C dans la rue. J’avais soif et je ne sentais plus mes jambes. Je me suis refugiée dans un immeuble de peur que mon employeur me retrouve. C’est un habitant de l’immeuble qui a appelé la police et le consulat. »

Contrats maquillés

Selon Raoudha Laabidi, présidente de l’Instance nationale de lutte contre la traite des personnes (INLTP), des travailleurs d’autres nationalités sont aussi concernés par ce genre de traitements. « Ils viennent notamment de pays où le taux de chômage est élevé. Parfois, ils vivent dans des conditions plus terribles qu’en Tunisie », indique-t-elle.

Selon une étude de l’INLTP, les travailleurs étrangers qui viennent en Tunisie sont aussi victimes de maltraitance. « Je pense par exemple aux Africains subsahariens qui viennent travailler en Tunisie, et qui se font arnaquer par les intermédiaires qui les envoient ici », souligne-t-elle.

Selon la fille de Moufida, l’intermédiaire a reçu de l’argent de la part de sa mère et de la princesse saoudienne pour la signature du contrat. « Ma mère a payé environ 2 000 dinars [640 euros] pour le contrat. Une somme qu’elle a dû emprunter. Elle pensait qu’elle allait pouvoir économiser et nous envoyer son salaire de 1 050 dinars [330 euros]. »

« L’an dernier, nous avons porté plainte contre un bureau de placement impliqué dans l’envoi de 35 femmes qui ont été maltraitées en Arabie saoudite »

- Raoudha Laabidi, présidente de l’Instance nationale de lutte contre la traite des personnes

Le salaire minimum légal en Tunisie est d’environ 400 dinars (128 euros) pour 48 heures de travail. « Mais elle est rentrée les mains vides et endettée », conclut la jeune femme en précisant que l’agence intermédiaire est connue dans la région.

« On est en train de suivre les bureaux de placement à l’étranger qui donnent de faux espoirs aux Tunisiens. L’an dernier, l’INLTP a porté plainte contre un bureau de placement impliqué dans l’envoi de 35 femmes qui ont été maltraitées en Arabie saoudite », précise Raoudha Laabidi.

Hind raconte à MEE que son employeur, âgé de 80 ans, l’insultait quand elle refusait ses demandes à caractère sexuel. « Il avait souvent des demandes indécentes. Mais quand je me plaignais auprès de ses enfants, ils me répondaient que mon boulot consistait à l’obéir. Son fils m’a même assuré qu’avec le temps, j’allais m’habituer. »

VIDÉO : Une domestique suspendue dans le vide implore l’aide de son employeuse en train de la filmer
Lire

« Il faut faire attention. Certains contrats sont maquillés et les recrues deviennent des victimes d’exploitation sexuelles », prévient Ridha Kerouida.

« C’est pourquoi il faut sensibiliser les gens pour qu’ils soient vigilants face aux bureaux d’emploi. Il ne faut passer que par l’Agence tunisienne de coopération technique [ATCT] ou l’Agence nationale pour l’emploi et le travail indépendant [ANETI], les deux agences étatiques qui assurent le recrutement à l’étranger. »

Le ministère de l’Emploi a d’ailleurs mis en ligne la liste des établissements privés de placement à l’étranger accrédités. Ridha Kerouida assure par ailleurs que l’organisation va porter plainte contre les intermédiaires impliqués dans l’envoi de Hind et Moufida en Arabie saoudite. « J’ai les noms et les contacts des soi-disant agences de recrutement et nous allons faire le nécessaire. »

Le calvaire de Hind ne s’est pas arrêté en Arabie saoudite. À Tunis, l’intérimaire l’a menacée et lui a même proposé de l’argent contre son silence. « Aujourd’hui, je vis chez mes parents parce qu’on me harcèle chez moi et par téléphone. On m’a proposé de l’argent pour que je ne porte pas plainte », assure Hind. « Ils prétendent que ministère de tutelle n’accorde plus d’autorisation pour ce genre de bureau et qu’ils ne veulent pas que leurs employés finissent dans la rue. »

Entre-temps, un projet de loi sur les bureaux privés de placement à l’étranger, pour organiser et contrôler le secteur, est en attente d’approbation par le Parlement.

« Il est déjà approuvé par le Conseil des ministres. On attend l’adoption de ce projet de loi par le nouveau Parlement qui va se former après les élections. On va faire pression pour que ce soit une priorité », promet la présidente de l’INLTP. « C’est une loi extrêmement importante. »

*Son prénom a été changé