Aller au contenu principal

Les spéculations vont bon train concernant l’identité du tueur de l’EI

Selon des sources de Middle East Eye, l’homme masqué de la dernière vidéo pourrait être un homme originaire d’East London qui a fui vers la Syrie en 2014
Dans un message vidéo adressé à David Cameron, l’homme masqué affirme : « Nous allons […] un jour envahir votre pays, que nous gouvernerons selon la charia » (AFP)

D’anciens collègues d’un Londonien qui a fui le Royaume-Uni pour la Syrie pensent qu’il pourrait être l’homme masqué avec un accent anglais qui apparaît dans une nouvelle vidéo d’assassinat diffusée par le groupe État islamique (EI).

Les spéculations selon lesquelles l’homme non identifié serait Abu Rumaysah, un homme de l’est de Londres qui a fui vers la Syrie en septembre 2014 avec sa femme enceinte et ses quatre enfants après avoir été arrêté lors de descentes anti-terroristes, se sont accrues lundi.

Abu Rumaysah, dont le vrai nom est Siddhartha Dhar, a posté plus tard une photo de lui-même apparemment prise en Syrie, posant avec un fusil et son nouveau-né, avec le hashtag #GenerationKhilafah.

« Il lui ressemble. C’est clair comme de l’eau de roche, sa voix », a déclaré un de ses anciens proches collaborateurs à Middle East Eye. Lorsqu’on lui a demandé s’il croyait que l’homme était Abu Rumaysah, il a répondu : « Sans doute. Tout le monde dit que c’est lui. »

Les comparaisons entre la voix du tueur masqué de l’EI et Abu Rumaysah ont renforcé les spéculations :


Une autre personne, sous couvert d’anonymat, a également déclaré à MEE : « De nombreuses rumeurs circulent. Lorsque je l’ai écouté plusieurs fois, la voix semblait vraiment être celle d’Abu Rumaysah. Beaucoup disent que c’est lui. »

Abu Rumaysah fut une personnalité médiatique de premier plan dans les mois précédant sa disparition en Syrie, il est souvent apparu à la télévision et dans les médias expliquant son désir de vivre selon la charia.

« J’aimerais vivre au sein de l’État islamique, je serais ravi de vivre selon la charia et j’espère qu’un jour la Grande-Bretagne vivra aussi selon la charia », avait-il déclaré à Channel 4 News en août 2014.

Lorsqu’il était au Royaume-Uni, Abu Rumaysah était un disciple d’Anjem Choudary, un prédicateur renvoyé devant un tribunal car accusé d’avoir encouragé à soutenir l’EI. Il était aussi l’un des organisateurs de la soi-disant « patrouille musulmane », qui avait fait les gros titres en 2013 pour ses efforts controversés visant à promouvoir la charia dans les rues de l’est de Londres.

Choudary a déclaré lundi à MEE qu’il n’avait pas été autorisé à regarder la vidéo de l’EI en raison des conditions de sa libération sous caution et qu’il n’avait vu que quelques secondes de son contenu au journal télévisé.

« Il m’est très difficile de déterminer de qui il s’agit », a-t-il dit. « Il pourrait s’agir de lui. Je ne peux pas l’exclure mais je ne peux pas en être certain. »

Dans un post en ligne – désormais supprimé – intitulé « Jihadi John and the Right to be Violent » (« Jihadi John et le droit d’être violent ») et publié en mars 2015, Abu Rumaysah défendait les exécutions d’otages par Mohammed Emwazi, un membre de l’EI à l’accent anglais, et suggérait que l’utilisation de la violence par l’EI était moralement supérieure aux bombardements du territoire sous contrôle de l’EI par la coalition menée par les États-Unis.

« Si brutales qu’aient été présentées ces décapitations, pour beaucoup d’Occidentaux, le plus choquant n’était pas le moyen d’exécution, mais la prise de conscience que le mauvais sang était sur le mauvais couteau et la prise de conscience que leur équipe avait, à cette occasion, perdu », écrivait-il.

Mohammed Emwazi, un citoyen britannique né au Koweït et baptisé « Jihadi John » par les médias, a été tué dans une attaque de drone américain à Raqqa, la capitale autoproclamée de Daech, en novembre.

« Imbécile »

Dans la dernière vidéo de l’EI, qui est présentée comme « un message à David Cameron », un homme portant des vêtements militaires et brandissant une arme de poing menace le Royaume-Uni, lequel a rejoint le mois dernier la coalition menée par les États-Unis qui bombarde Daech en Syrie, et qualifie le Premier ministre britannique d’« imbécile ».

« Seul un imbécile oserait faire la guerre contre un pays où la loi d’Allah règne en maître et où les personnes vivent selon la justice et la sécurité de la charia », affirme-t-il.

« Nous allons continuer à mener le djihad… et un jour envahir votre pays, que nous gouvernerons selon la charia. »

L’homme et quatre autres hommes masqués tuent alors cinq hommes, qui sont présentés comme des espions, en leur tirant une balle à l’arrière de la tête.

Raffaello Pantucci, directeur des études de sécurité internationale au Royal United Services Institute et expert sur l’extrémisme au Royaume-Uni, a déclaré à MEE qu’il était « parfaitement possible » que l’homme de la vidéo soit Abu Rumaysah, bien qu’il ait précisé que cela constituait « un sacré bond » par rapport à son passé en tant que prédicateur radical dans les rues de Londres.

« Il a pris la décision d’aller en territoire contrôlé par Daech et d’y emmener sa famille et il n’avait aucun problème à recommander aux gens de le rejoindre et de faire partie du groupe. Je pense que cela met en évidence l’élément le plus important, à savoir que les radicaux ici au Royaume-Uni qui se font entendre peuvent souvent se révéler bien réels », a déclaré Pantucci.

Les services de sécurité britanniques disent qu’ils travaillent à identifier l’homme dans la vidéo ainsi qu’un jeune garçon qui y apparaît et parle aussi avec un accent apparemment anglais.

Un porte-parole de la police métropolitaine a déclaré à MEE : « Nous inspectons le contenu de la vidéo postée en ligne qui semble montrer l’assassinat d’otages. Nous tenons également à rappeler à la population que la diffusion de matériel extrémiste peut constituer une infraction en vertu de la législation antiterroriste. »

Un porte-parole de Downing Street a condamné la vidéo, la qualifiant d’« outil de propagande », tandis que Cameron, en déplacement dans l’est de Londres lundi, l’a qualifiée de « truc désespéré ».

Traduction de l’anglais (original) par VECTranslation.