Aller au contenu principal

Trump veut refuser l’entrée aux États-Unis aux musulmans

Trump demande d’interdire temporairement aux musulmans de pénétrer aux États-Unis, y compris aux citoyens américains musulmans actuellement à l’étranger
Photo d’archives du milliardaire américain et candidat à la présidentielle Donald Trump (AFP)

Le favori républicain à la présidentielle, Donald Trump, a demandé lundi à barrer « totalement et complètement » l’entrée des États-Unis aux musulmans, suite à la fusillade de masse perpétrée la semaine dernière en Californie par un couple de confession musulmane qui se serait radicalisé.

La déclaration de l’équipe de campagne de Trump indique que cet arrêt de l’entrée des musulmans dans le pays doit rester en place « jusqu’à ce que les élus de notre pays comprennent ce qui se passe ».

Interrogé par la revue politique The Hill pour savoir si la proposition inclurait les citoyens américains musulmans actuellement à l’étranger, la porte-parole de Donald Trump a répondu : « M. Trump a dit ‘’tout le monde’’ ».

L’équipe de campagne de Trump cite des résultats de sondage montrant prétendument « la haine envers les Américains de la part de larges pans de la population musulmane ».

« D’où vient cette haine, et pourquoi, c’est ce que nous devrons déterminer », déclare dans le communiqué le magnat de l’immobilier, qui est en tête dans les sondages menés auprès des sympathisants républicains.

« Jusqu’à ce que nous soyons en mesure de déterminer et de comprendre ce problème et la dangereuse menace qu’il représente, notre pays ne peut pas être victime d’horribles attaques de la part de gens qui ne croient qu’au djihad et n’ont aucun bon sens ou respect de la vie humaine. »

Trump s’est fait de plus en plus virulent dans ses remarques visant les Américains musulmans depuis les attentats meurtriers à Paris, puis à nouveau suite à la fusillade de la semaine dernière en Californie, qui a causé 14 morts et 21 blessés.

« Je viens de publier une déclaration politique très importante sur l’afflux extraordinaire de haine et de danger pénétrant dans notre pays. Nous devons être vigilants ! » a tweeté Donald Trump après la publication de cette déclaration.

Condamnation des responsables de la Maison Blanche et des candidats à la présidentielle

Son annonce a été rapidement condamnée par la Maison Blanche et les candidats à la présidentielle.

D’autres hauts responsables de la Maison Blanche sont vite intervenus pour condamner la proposition de Trump, affirmant qu’elle était contraire aux valeurs et intérêts américains.

« Vous êtes généreux en le décrivant comme une proposition », a déclaré le porte-parole de la Maison Blanche Josh Earnest, fustigeant le dernier éclat du favori républicain à la présidentielle en le qualifiant de « cynique ».

« Je pense que M. Trump fait ce qu’il fait depuis le début de sa campagne, à savoir… jouer sur les peurs des gens dans le but de renforcer le soutien à sa campagne. »

« Je pense que ce qu’il fait, c’est diviser l’Amérique de manière très cynique », a déclaré Earnest à MSNBC.

« C’est tout à fait incompatible avec les valeurs qui étaient au cœur de la fondation de ce pays », a estimé Earnest.

L’un des principaux conseillers en politique étrangère du président Barack Obama, Ben Rhodes, a déclaré à CNN que ce projet était également « contraire à notre sécurité ».

« Le fait est que le groupe État islamique veut présenter cela comme une guerre entre les États-Unis et l’islam », a-t-il ajouté.

« Et si nous avons l’air de passer des tests religieux à ceux qui viennent dans ce pays, nous envoyons un message qui dit en substance que nous y adhérons. »

Rhodes a ajouté que ce plan, s’il était appliqué, remettrait également en question la capacité des États-Unis à travailler avec les communautés musulmanes pour lutter contre la radicalisation.

« Le respect de la liberté de religion est inscrit dans notre Déclaration des droits [Bill of Rights]. »

Le candidat démocrate Bernie Sanders a tweeté que Trump « et d’autres veulent que nous détestions tous les musulmans ».

« Tout au long de notre histoire, des démagogues ont tenté de nous diviser d’après notre race, notre sexe, notre orientation sexuelle ou notre pays d’origine », a écrit Sanders. « Les États-Unis sont une nation forte lorsque nous sommes unis. Nous sommes faibles lorsque nous permettons au racisme et à la xénophobie de nous diviser. »

 

Traduction de l’anglais (original) par VECTranslation.

Middle East Eye delivers independent and unrivalled coverage and analysis of the Middle East, North Africa and beyond. To learn more about republishing this content and the associated fees, please fill out this form. More about MEE can be found here.