Aller au contenu principal

Entre drapeau algérien et palestinien, Riyad Mahrez, « fierté du monde arabe »

L’attaquant de Manchester City, aussi capitaine de l’équipe nationale algérienne, a salué les supporteurs en brandissant le drapeau palestinien dimanche en finale de Premier League
Fin de la finale de Premier League entre Manchester et Everton : Riyad Mahrez brandit le drapeau palestinien, le 23 mai 2021 (AFP/Dave Thompson)
Fin de la finale de Premier League entre Manchester et Everton : Riyad Mahrez brandit le drapeau palestinien, le 23 mai 2021 (AFP/Dave Thompson)
Par

Les internautes ont chargé la photo en fond d’écran pour leur téléphone ou ont dessiné la scène pour l’immortaliser. 

Depuis dimanche soir sur les réseaux sociaux, Riyad Mahrez n’a pas seulement remporté la finale de Premier League avec son club, Manchester City, contre Everton. 

L’attaquant algérien s’est fait le porte-parole de toutes les voix solidaires avec la Palestine en brandissant le drapeau rouge, noir, blanc et vert pour afficher son soutien aux Palestiniens, face à la nouvelle offensive israélienne dans la bande de Gaza qui a fait 248 morts en à peine onze jours contre douze du côté israélien. 

Après Wesley Fofana et Hamza Choudhury – deux joueurs de Leicester, après leur victoire en finale de coupe d’Angleterre contre Chelsea –, puis l’international français et champion du monde Paul Pogba, accompagné de son coéquipier Amad Diallo – après un match contre Fulham pour la 37e journée de Premier League –, Riyad Mahrez, enroulé dans un drapeau algérien, a lui aussi fait le tour du terrain et salué les supporteurs avec le drapeau palestinien. 

Un signe, comme le souligne le site algérien Fennec Football, que « le football reste éminemment politique ». 

« Sûr que le peuple arabe est super content ce soir et surtout le peuple palestinien », « Respect », « Le monde arabe a un nouveau roi et il s’appelle Riyad Karim Mahrez », « Un héros », « Notre fierté »… les commentaires ont été enthousiastes, y compris parmi les médias : le célèbre compte de DZFoot a par exemple commenté la photo d’un poing levé.

Mais le footballeur de 20 ans, aussi capitaine de l’équipe nationale algérienne, s’était déjà exprimé sur le sujet en tweetant, le 10 mai, une photo du drapeau palestinien devant lequel une main fait le V de la victoire, qu’il avait commentée avec le hashtag « Save Sheikh Jarrah », du nom de ce quartier de Jérusalem occupée où les Palestiniens sont expulsés de leurs maisons par les Israéliens. 

Un message qui a recueilli plus de 196 000 « J’aime » et été retweeté plus de 61 000 fois ! 

Mahrez, déjà vainqueur du championnat anglais et de la League cup (coupe de la Ligue anglaise), doit disputer aussi la finale de la Ligue des champions le 29 mai, et figure d’ores et déjà parmi les favoris pour remporter le prestigieux prix de la FIFA, le Ballon d’Or. 

Mais le commentateur sportif algérien Hafid Derradji, très suivi, estime toutefois qu’une telle prise de position en faveur de la Palestine pourrait lui coûter cher. 

Traduction : « La vie est une suite de décisions [au sens de choix moraux]. Ce que Riyad Mahrez a fait hier […] quand il a hissé le drapeau de la Palestine peut lui coûter le Ballon d’Or sous la pression du lobby sioniste […] même s’il est sacré en Ligue des champions. Mais le drapeau palestinien est plus précieux et plus grand que tous les titres, et la défense des principes, des valeurs et des convictions est la couronne de toutes les personnes honnêtes et libres, surtout quand elle est sans offre, sans agenda et sans calcul politique. Bravo Riyad al-Aseel [Riyad l’authentique]. »