Aller au contenu principal

Les ressortissants et les résidents étrangers pourront rentrer au Maroc à partir du 14 juillet

Un retour est désormais possible pour plus de 30 000 Marocains bloqués à l’étranger même si aucune annonce n’a été faite sur la date de réouverture générale des frontières, fermées depuis mi-mars
Les compagnies aériennes nationales programmeront autant de vols que nécessaire mais les ferrys seront programmés exclusivement au départ de Sète (France) et de Gênes (Italie) (AFP)
Les compagnies aériennes nationales programmeront autant de vols que nécessaire mais les ferrys seront programmés exclusivement au départ de Sète (France) et de Gênes (Italie) (AFP)

Les Marocains et les résidents étrangers au Maroc seront autorisés à revenir dans le royaume à partir du 14 juillet, a annoncé le gouvernement marocain mercredi, sans avancer de date sur la réouverture des frontières aux touristes.

Seuls les voyages par voies aérienne et maritime seront autorisés, avec l’obligation de présenter à l’embarquement un test de dépistage du COVID-19 négatif de moins de 48 heures, a ajouté le gouvernement dans un communiqué. 

« Les compagnies aériennes nationales programmeront autant de vols que nécessaire pour la réussite de cette opération », tandis que des ferrys seront programmés exclusivement au départ de Sète (France) et de Gênes (Italie), selon la même source. 

« Incompréhensible qu’on ne soit pas rapatriés » : les Marocains bloqués à l’étranger désespèrent de retourner chez eux
Lire

Aucune annonce n’a été faite sur la date de réouverture générale des frontières, fermées depuis mi-mars pour lutter contre la pandémie de nouveau coronavirus. Secteur clé de l’économie marocaine, le tourisme a depuis vu ses recettes plonger. 

Quelque 11 000 Marocains bloqués aux quatre coins du monde, sur près de 40 000, ont pu regagner leur pays ces dernières semaines à bord de vols spéciaux affrétés par Rabat.  

Pour se faire entendre, les personnes bloquées ont multiplié les appels à l’aide, avec des sit-in et des campagnes sur les réseaux sociaux. Certains ont adressé une lettre ouverte au roi Mohammed VI : « Nous arrivons aujourd’hui à épuisement de nos ressources financières et notre santé mentale se dégrade », affirment les signataires.

« Situation de grande vulnérabilité »

Le bureau de l’Association marocaine des droits humains (AMDH) à Paris avait alerté en mai sur la « situation de grande vulnérabilité » des « personnes âgées, atteintes de maladies graves ou des parents accompagnés d’enfants en bas âge ». 

Début juin, Rabat a commencé à assouplir les mesures de restrictions prises mi-mars, et fin juin, il a accéléré son déconfinement avec la réouverture des cafés, restaurants et salles de sport ainsi que la reprise du tourisme intérieur et des déplacements interurbains. 

L’état d’urgence sanitaire reste en vigueur jusqu’au 10 juillet et le port du masque est obligatoire.

À partir du 15 juillet, ce sont les mosquées qui pourront rouvrir de façon « progressives » tout en restant fermées pour la grande prière du vendredi. 

Environ 14 700 cas de contamination, dont 242 décès, ont été officiellement détectés dans ce pays de 35 millions d’habitants.