Aller au contenu principal

« Jusque dans la tombe » : la possible interdiction des carrés musulmans dans les cimetières de France suscite l’indignation

Considérant que les cimetières sont « en proie à une forme de séparatisme religieux », un ex-élu de Savoie a saisi la justice. La balle est désormais dans le camp du Conseil d’État, qui tranchera sur la possible interdiction des carrés musulmans
 À Thiais, un des rares cimetières à disposer de carrés musulmans où les défunts peuvent être inhumés la tête en direction de la Mecque (AFP/Joel Robine)
À Thiais, en région Île-de-France, un des rares cimetières à disposer de carrés musulmans où les défunts peuvent être inhumés la tête en direction de La Mecque (AFP/Joel Robine)
Par

C’est une nouvelle charge dont les musulmans de France se seraient bien passés.

Alors que son rapport à la religion, ses tenues vestimentaires, son apparence, son mode de vie ou ses affinités communautaires […] sont scrutés de près par les autorités, la communauté se voit attaquée sur un terrain que personne n’attendait : sa place dans les cimetières de la République.

Une affaire peu banale qui a tiré sa source en Savoie, et dont a fait écho le journal Le Figaro : un ancien conseiller municipal de Voglans, à l’occasion de recherches sur l’inhumation d’un réfugié syrien dans le carré musulman du cimetière de Chambéry, en est venu à cette conclusion irrévocable : les cimetières français seraient « en proie à une forme de séparatisme religieux ».

Ainsi, afin d’étayer son propos, l’ex-élu a dénoncé au journal une « vision religieuse ségrégationniste et discriminatoire » qui porterait atteinte « aux principes essentiels de neutralité laïque et d’égalité devant la loi que prône la République française ».

Les carrés musulmans en question

Destinés à accueillir les défunts de la communauté dans les pays non musulmans, ces carrés ont pour vocation de rassembler les croyants dans un même périmètre, avec des tombes orientées vers la ville de La Mecque, en Arabie saoudite

Une coutume qui n’est pas nouvelle : le premier carré musulman a ouvert en 1857 à Paris, au Père-Lachaise. 

Aujourd’hui, le nombre de carrés musulmans varie selon les sources : sur les 35 000 cimetières que compte le pays, ils seraient environ 300 selon le Conseil français du culte musulman (CFCM), tandis que la plateforme L.E.S. Musulmans n’en recensait en 2020 que 205. 

Les deux structures s’accordent néanmoins à dénoncer le manque de places disponibles, qui serait, selon le CFCM, « la cause majeure de l’expatriation d’environ 80 % des corps des personnes de confession musulmane décédées [en France] ».

Pour sa part, l’ex-élu de Voglans s’est insurgé auprès du Figaro contre une circulaire du ministère de l’Intérieur de 2008 demandant aux préfets « d’encourager les maires à favoriser la création de carrés confessionnels » afin de « favoriser l’intégration des familles issues de l’immigration ». Ce qui serait, selon lui, « contraire au code général des collectivités territoriales ».  

La balle dans le camp du Conseil d’État

Saisi par le tribunal administratif de Paris, le Conseil d’État a ainsi examiné une requête en annulation de deux chapitres de cette circulaire relative à « l’aménagement des cimetières et aux groupements confessionnels des sépultures ».

« La France, je l’aime mais je la quitte » : ces musulmans qui ont choisi l’exil
Lire

Selon Le Figaro, il devrait rendre sa décision d’ici « deux à trois semaines ».

Une affaire qui a suscité un fort émoi sur les réseaux sociaux : « Un musulman qui veut être enterré au bled, on nous dit que c’est un manque d’intégration. S’il veut être enterré dans un carré musulman en France, c’est du "séparatisme" », a ainsi résumé sur Twitter le compte lorientxpress.

L’ancien porte-parole de la plateforme L.E.S. Musulmans, Marwan Muhammad, s’est indigné sur le même réseau. « Le verdict du Conseil d’État tranchera de manière claire et décisive : si les musulmans ne peuvent pas être respectés par la France dans leur mort, comment espérer qu’ils soient traités dignement dans leur vie… », a-t-il observé.

« Le ministère de l’Intérieur a exactement la même position : dans sa note contre la mosquée de Pessac [qu’il voulait fermer, une ordonnance suspendue par le Conseil d’État], il considérait le simple fait de vouloir enterrer les musulmans conformément aux rites comme un acte de “séparatisme”», a-t-il ajouté.