Aller au contenu principal

Femme voilée sur une affiche : la Croix-Rouge cible d’attaques en France

L’ONG a subi une campagne de dénigrements pour avoir inclus une femme voilée dans une affiche de prévention contre les risques de la canicule
Affiche de la campagne de la Croix-Rouge France prévenant contre les risques de la canicule (Twitter)
Affiche de la campagne de la Croix-Rouge France prévenant contre les risques de la canicule (Twitter)
Par

La Croix-Rouge française est au cœur d’une nouvelle polémique sur le voile. Sur une des ses affiches pédagogiques de prévention contre les dangers de la canicule, alors que la France connaît depuis plusieurs jours une forte vague de chaleur, on voit trois pictogrammes de personnes adopter les gestes nécessaires contre les risques d’insolation ou de déshydratation.

Une femme voilée buvant de l’eau, une autre non voilée sous une ombrelle et un homme à la couleur de peau foncée prenant du repos. « Ensemble, adoptons les bons réflexes afin de se protéger et protéger nos proches pendant la canicule », annonce le slogan de l’affiche.

Cette publication sur Twitter a tout de suite déclenché une avalanche de réactions hostiles contre l’ONG.

Valérie Boyer, sénatrice Les Républicains (droite) des Bouches-du-Rhône, écrit sur Twitter : « Au-delà des ‘’bons réflexes’’ que nous devons rappeler, est-ce que la Croix-Rouge est obligée de participer à cette forme de ‘’promotion’’ du voile ? »

« Quel scandale de La Croix-Rouge, car la représentation de la femme européenne est sans yeux, ni nez, alors que celle qui a le voile et l’homme oui ! Une pratique qui correspond à une interprétation salafiste ou wahhabite de l’islam », twitte une internaute.

L’avocat Gilbert Collard, président d’honneur de Reconquête !, le parti d’Éric Zemmour (extrême droite), twitte pour sa part : « Dans sa pédagogie sur la canicule, la Croix-Rouge met en scène le voile islamique : ça jette une ombre sur la liberté des femmes ! »

La journaliste Gabrielle Cluzel (qui travaille pour le site d’extrême droite Boulevard Voltaire, Famille chrétienne, CNews, etc.) écrit sur Twitter : « Caser un voile islamique sur un sujet de santé complètement anodin… dire que les Turcs avaient lancé le Croissant rouge parce qu’ils jugeaient le symbole de la Croix-Rouge chrétien... »

D’autres internautes, en revanche, ont défendu le choix d’illustration de l’association humanitaire.

Mohamed twitte par exemple : « Quand je suis arrivé en France, on magnait grâce à la Croix-Rouge, puis ma mère a été bénévole là-bas, et la Croix-Rouge n’a jamais fait de distinction entre les familles, d’où qu'ils viennent. Merci à la Croix-Rouge d’exister et de faire une telle affiche malgré ‘’les risques’’. »

La militante et journaliste Sihame Assbague défend aussi le choix de la Croix-Rouge : « Elle est très bien votre infographie, merci. Courage face au tombereau de messages et commentaires racistes que vous recevez depuis hier pour avoir… représenté une femme qui porte le voile. Ne cédez pas à la pression islamophobe, d’où qu’elle vienne ».

La Croix-Rouge a réagi à cette campagne de critiques, expliquant à CNews que l’affiche incriminée était « issue d’une série de publications mise à disposition dans le cadre d’une campagne mondiale de notre Fédération internationale, destinée à tous les pays et représentant la diversité des populations et l’inconditionnalité d’accompagnement de toutes et tous et en particulier des plus vulnérables ».

« La Croix-Rouge française, à travers ses principes fondateurs d’humanité, d’universalité et d'impartialité, s'attache à protéger toutes les personnes qui en ont besoin sans distinction de nationalité, de sexe, d’âge, de religion, de condition sociale et d’appartenance politique », a affirmé l’ONG, déplorant la « violence des commentaires et des appels à la haine », et assurant que la Croix-Rouge ne faisait pas « de prosélytisme, ni de politique ».