Aller au contenu principal

La plupart des Israéliens ne sont pas favorables à une solution à deux États, selon un sondage

Selon les résultats de l’enquête, 58 % des Israéliens juifs s’opposent à une telle mesure, tandis que 11 % sont indécis
Des Palestiniens participent à une manifestation près de la barrière de séparation avec Israël, à l’est de la ville de Gaza, le 26 septembre 2022 (AFP)
Par

Seuls 32 % des Israéliens sont favorables à la proposition d’une solution à deux États comme moyen de « résoudre le conflit avec les Palestiniens », selon un nouveau sondage de l’Israel Democracy Institute. 

D’après le sondage, réalisé en septembre auprès de 753 personnes, 58 % des Israéliens juifs s’opposent à une telle mesure, tandis que 11 % sont indécis.

En ce qui concerne les citoyens palestiniens d’Israël, 60 % d’entre eux soutiennent l’idée que le prochain gouvernement devra faire pression en faveur d’une issue diplomatique pour une solution potentielle à deux États.

« Israël ne croit pas en la paix. Il croit en l’instauration d’un statu quo par la force et l’agression »

- Mahmoud Abbas devant l’Assemblée générale de l’ONU

Ce sondage a été publié un jour seulement après le discours du Premier ministre israélien Yaïr Lapid à l’Assemblée générale des Nations unies, dans lequel il a déclaré que la majorité des Israéliens étaient favorables à une solution à deux États. 

« Un accord avec les Palestiniens, basé sur deux États pour deux peuples, est la bonne chose pour la sécurité d’Israël, pour l’économie d’Israël et pour l’avenir de nos enfants », a-t-il affirmé devant les délégués.

« Aujourd’hui encore, une grande majorité d’Israéliens soutiennent cette vision de la solution à deux États et je suis l’un d’eux », a-t-il poursuivi.

Les tensions dans la région se sont exacerbées au cours des dernières semaines, alors qu’Israël procède à des raids dans les territoires occupés depuis mars.

Élections israéliennes : la toxicité du discours politique fait peser de vrais risques sécuritaires
Lire

Les dirigeants israéliens tendent généralement à éviter toute référence à la solution à deux États devant l’Assemblée générale de l’ONU. Par ailleurs, les propos de Lapid surviennent alors qu’il s’apprête à s’engager dans une course électorale serrée avec l’ancien Premier ministre Benyamin Netanyahou.

Dans son discours de près d’une heure devant l’Assemblée générale des Nations unies, le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas a quant à lui accusé Israël de « détrui[re] » la solution à deux États et reproché à l’ONU de ne pas avoir mis fin à l’occupation israélienne des terres palestiniennes.

« Par ses politiques actuelles qui sont préméditées et délibérées, [Israël] a détruit et détruit encore la solution à deux États », a déclaré Abbas aux autres dirigeants mondiaux présents.

« Israël ne croit pas en la paix. Il croit en l’instauration d’un statu quo par la force et l’agression. »

Traduit de l’anglais (original) par VECTranslation.

Middle East Eye delivers independent and unrivalled coverage and analysis of the Middle East, North Africa and beyond. To learn more about republishing this content and the associated fees, please fill out this form. More about MEE can be found here.