Aller au contenu principal

Sahara occidental : Aminatou Haidar versus Jared Kushner, le match incongru des Nobel de la paix

La militante de la cause sahraouie se retrouve aux côtés du gendre de Donald Trump, en lice pour son rôle dans les négociations des accords de normalisation avec Israël qui ont conduit à la reconnaissance de… la marocanité du Sahara occidental
Aminatou Haidar, présidente de l’Instance sahraouie contre l’occupation marocaine (ISACOM), a reçu en 2019 le prix Nobel alternatif décerné par la Fondation Right Livelihood, un des prix les plus prestigieux dans le domaine des droits de l’homme (AFP)
Aminatou Haidar, présidente de l’Instance sahraouie contre l’occupation marocaine (ISACOM), a reçu en 2019 le prix Nobel alternatif décerné par la Fondation Right Livelihood, un des prix les plus prestigieux dans le domaine des droits de l’homme (AFP)
Par

Avec son foulard aux couleurs changeantes, ses lunettes rectangulaires et sa voix posée, celle que les médias internationaux surnomment la « Gandhi du Sahara occidental » – les médias marocains la qualifient de « traîtresse » et « d’imposteur » – aura peut-être bientôt un autre titre, celui de prix Nobel de la paix.

La militante des droits humaines Aminatou Haidar fait en effet partie, selon Reuters, des nommés retenus pour la distinction 2021 récompensant des actions remarquables menées pour la planète, en raison de sa campagne pacifique en faveur d’un Sahara occidental indépendant, un droit reconnu par les Nations unies.

Étendue désertique de 266 000 kilomètres carrés, riche en phosphates et bordée d’eaux poissonneuses, le Sahara occidental a été annexé par le Maroc en 1975, après le retrait de l’Espagne, puissance coloniale. 

Sahara occidental : la fabrique de la haine
Lire

En 2019, Aminatou Haidar, présidente de l’Instance sahraouie contre l’occupation marocaine (ISACOM), a reçu le prix Nobel alternatif décerné par la Fondation Right Livelihood, un des prix les plus prestigieux dans le domaine des droits de l’homme.

Née à Laâyoune le 24 juillet 1967 – le Sahara occidental était encore sous domination espagnole –, la co-fondatrice du Collectif des défenseurs sahraouis des droits de l’homme (CODESA) « a organisé des manifestations, documenté des cas de torture et mené plusieurs grèves de la faim pour sensibiliser aux violations subies par son peuple », rappelle sa biographie. 

Le parcours militant d’Aminatou Haidar remonte à son adolescence. Elle a à peine 20 ans lorsqu’elle participe en 1987 à une manifestation en faveur d’un référendum sur l’indépendance du Sahara occidental. Arrêtée et portée disparue pendant quatre ans, elle affirme avoir été détenue à l’isolement dans une prison secrète. 

« Ma famille ne savait pas si j’étais morte ou vivante. Personne n’osait poser la question », raconte-t-elle au quotidien suisse Le Temps en novembre 2020. « Ces quatre ans d’enfer et de souffrance m’ont ouvert les yeux sur le sort du Sahara occidental. Jamais je ne renoncerai à réclamer nos droits, je le dois à mes compagnons qui sont morts en prison. »

« Un rôle crucial »

À nouveau emprisonnée en 2005 à la suite d’une manifestation violemment réprimée, elle est libérée un an plus tard grâce à la pression des États-Unis et autorisée à se rendre en Espagne. Elle entame alors une tournée en Europe, aux États-Unis et en Amérique latine, où elle se voit décerner plusieurs prix dans le domaine des droits de l’homme.

Mais en 2009, les autorités marocaines refusent de la laisser revenir dans le royaume et la déportent aux Canaries après lui avoir confisqué son passeport. 

Elle observe une grève de la faim pendant un mois, largement médiatisée, qui contraint Rabat à l’autoriser à rentrer. En 2015, elle présente une demande de déchéance de nationalité aux autorités marocaines.

Sahara occidental : Aminatou Haidar accuse l’Europe de « complicité » avec le Maroc
Lire

« Elle joue un rôle crucial en attirant l’attention internationale sur la question non résolue du Sahara occidental, qui a longtemps été négligée par l’ONU, l’UE et les médias », poursuit la Fondation Right Livelhood.

La militante s’en prend d’ailleurs régulièrement aux instances internationales.

En décembre 2019, elle a reproché à la communauté internationale de ne pas faire appliquer les décisions de justice.

« C’est à cause de la complicité de quelques puissances internationales », a-t-elle dénoncé, en ciblant principalement l’Espagne et la France. « Sans l’appui de l’Europe, le Maroc ne peut pas piller, exploiter les ressources naturelles. Il ne peut pas continuer aussi son occupation et nier toutes les résolutions du Conseil de sécurité. »

« Malgré les menaces de mort et le harcèlement dont elle et ses enfants font les frais, Aminatou Haidar se bat sans relâche pour qu’une solution politique soit trouvée à l’un des plus longs conflits enlisés au monde, s’efforçant d’inculquer les vertus de l’action pacifique aux générations sahraouies montantes », rapporte encore la Fondation The Right Livelihood.

En septembre 2020, le parquet Marocain a ordonné l’ouverture d’une enquête contre l’ISACOM pour « atteinte à l’unité territoriale du royaume ».

En décembre, l’ISACOM a condamné la décision de Donald Trump de reconnaître la marocanité du Sahara occidental et appelé la nouvelle administration américaine à « corriger cette erreur grossière ».

Ironie de l’histoire, Aminatou Haidar est en compétition pour le prix Nobel de la paix aux côtés de Jared Kuschner et de son adjoint, Avi Berkowitz, pour leur rôle dans les négociations des accords de normalisation avec Israël qui ont justement conduit à la reconnaissance de… la marocanité du Sahara occidental.