Aller au contenu principal

Tunisie : polémique sur des sourires entre Najla Bouden et le président israélien

Les avis divergent sur les échanges, lors de la COP27 en Égypte, entre la Première ministre tunisienne et le chef de l’État israélien, certains internautes craignant d’y voir les prémices d'une normalisation
La Première ministre tunisienne Najla Bouden prononce un discours lors de la COP27 à Charm el-Cheikh en Egypte, le 8 novembre 2022 (AFP/Ahmad Gharabli)
La Première ministre tunisienne Najla Bouden prononce un discours lors de la COP27 à Charm el-Cheikh en Egypte, le 8 novembre 2022 (AFP/Ahmad Gharabli)
Par

Un bref échange et des sourires : la Première ministre tunisienne Najla Bouden se retrouve sous le feu des critiques, soupçonnée d’avoir sympathisé avec le président israélien Isaac Herzog, lors de la pose pour la photo de famille des responsables politiques participant à la COP27 à Charm el-Cheikh en Égypte.

Le média pro-israélien i24News a relayé une vidéo suggérant cet échange entre les deux responsables :

Traduction : « Une vidéo, qui semble montrer le président israélien Isaac Herzog s’entretenant avec Najla Bouden, la Première ministre de la Tunisie, a déclenché un tollé. Le ministère tunisien des Affaires étrangères a démenti les spéculations sur des pourparlers diplomatiques de normalisation avec Israël. »

« Il convient de rappeler que le président de la République, Kais Saied, considère la normalisation avec l’État d’Israël comme une trahison, mettant toujours en avant son statut de fervent défenseur de la cause palestinienne », a commenté le site tunisien d’information Business News.  

Kais Saied, fervent défenseur de la cause palestinienne, dont il avait fait l’un des points de sa campagne électorale, avait déclaré en janvier 2020 au sujet du plan de normalisation qu’il s’agissait de l’« injustice du siècle » et d’une « trahison suprême ».  

Pour sa part, le secrétaire général du syndicat du corps diplomatique, Ibrahim Rezgui, a indiqué que « dans l’usage diplomatique, saluer quelqu’un ne signifie pas ‘’normalisation’’ ».

« Des ministres tunisiens avaient, auparavant, rencontré des responsables israéliens, à l’instar du ministre de la Défense. La Tunisie s’assied avec Israël pendant les réunions des Nations unies. La normalisation réside dans la reconnaissance et l’échange d’ambassadeurs », a-t-il ajouté.

L’avocat tunisien Taoufik Ouanes a publié une contribution sur le site d’information Kapitalis dans laquelle il explique que la Première ministre a fait « preuve de courtoisie diplomatique et de discernement politique », rejetant toute velléité de normalisation.

Middle East Eye delivers independent and unrivalled coverage and analysis of the Middle East, North Africa and beyond. To learn more about republishing this content and the associated fees, please fill out this form. More about MEE can be found here.