Aller au contenu principal

À Paris, une pièce de théâtre rend hommage aux victimes du 17 octobre 1961

Militant inlassable pour la reconnaissance des crimes coloniaux français, le Franco-Algérien M’hamed Kaki a puisé dans son histoire familiale le scénario d’une pièce de théâtre relatant la répression meurtrière qui s’est abattue sur les manifestants algériens à Paris il y a 60 ans
Le spectacle est conçu comme un dialogue, sous le format d’une lecture-performance, entre un grand-père et sa petite-fille (capture d'écran/France3)
Le spectacle est conçu comme un dialogue, sous le format d’une lecture-performance, entre un grand-père et sa petite-fille (capture d'écran/France3)
Par
PARIS, France

M’hamed Kaki était un petit garçon d’1 an le 17 octobre 1961. Il découvrira plus tard, par bribes, en écoutant discrètement les discussions à voix basse des hommes de son entourage, le drame qui s’est joué de nuit sur les grands boulevards à Paris, pas loin du bidonville de Sartrouville, où il vivait avec sa famille.

Cette nuit-là, 200 Algériens (selon le décompte des historiens) sont noyés par la police française dans la Seine pour avoir manifesté à l’appel de la Fédération de France du Front de libération nationale (FLN) contre le couvre-feu appliqué aux Maghrébins et pour l’indépendance de l’Algérie.

Fabrice Riceputi : « Le 17 octobre 61 reste un clou rouillé dans la voûte plantaire de la République »
Lire

Sur ordre du préfet de police Maurice Papon (condamné en 1998 à dix ans de prison pour complicité de crimes contre l’humanité lors de la déportation des juifs français pendant la Seconde Guerre mondiale), d’autres manifestants sont conduits dans des camps d’internement et bastonnés violemment, quelques fois jusqu’à la mort.

« Mon père, qui avait pris part aux manifestations, ne m’en a jamais parlé et me chassait de la pièce à chaque fois qu’il abordait le sujet avec ses cousins », raconte à Middle East Eye le Franco-Algérien qui a choisi de briser le tabou familial, en militant une fois adulte pour la reconnaissance de ce qui est considéré comme le plus grand crime colonial sur le sol français.

« Les anciens voulaient sans doute nous protéger. Mais en occultant le récit de cette tragédie, ils ont aidé, bien malgré eux, la France à faire oublier le crime », regrette M’hamed Kaki.

Avec son association mémorielle Les Oranges, l’ancien éducateur à la protection judiciaire de la jeunesse s’investit corps et âme depuis des décennies pour porter le sujet sur le plan politique. Grâce à son engagement, la mairie de Nanterre a inauguré en 2011 le boulevard du 17-Octobre-1961.

Au fil du temps, d’autres hommages, en forme de plaques commémoratives, de rassemblements ou de colloques, ont suivi, M’hamed Kaki y jouant toujours le rôle de « bousculeur de consciences ».

Éclairer un crime d’État

Après les tracts, les pétitions et les communiqués, sa soif de dire et de dénoncer lui inspire en 2019 le texte d’une pièce de théâtre sous le titre 17 octobre 1961. Je me souviens... L’histoire qui habite le militant, celle qu’il avait entendue en cachette de la bouche de son père, nourrit la trame du récit.

Le spectacle conçu comme un dialogue (sous le format d’une lecture-performance) entre un grand-père et sa petite-fille est joué depuis le 16 octobre, soit à la veille du 60e anniversaire du massacre, à Nanterre (théâtre Par Le Bas).

Il y a 60 ans, cette ville située dans le nord de Paris, près du quartier d’affaires de La Défense, abritait La Folie, un des plus grands bidonvilles de France avec 14 000 occupants.

Les habitants étaient Algériens et travaillaient pour la plupart dans les ateliers aux alentours des grands constructeurs automobiles comme Renaud et Citroën.

Manifestants algériens arrêtés pendant la manifestation du 17 octobre 1961, dans un bus de la police, les mains sur la tête (AFP)
Manifestants algériens arrêtés pendant la manifestation du 17 octobre 1961, dans un bus de la police, les mains sur la tête (AFP)

Le 17 octobre, des hommes, des femmes, parfois avec enfants, avaient rejoint les manifestants à Paris. Et certains ne regagnèrent jamais leur foyer.

« J’ai voulu mettre en lumière le sacrifice des travailleurs algériens en France et leur engagement pour l’indépendance de l’Algérie. Ils se sont déployés dans Paris pour faire savoir à l’opinion publique française et internationale que l’indépendance de l’Algérie était inéluctable », explique M’hamed Kaki, qui assure la transmission mémorielle dans la pièce en campant le rôle du grand-père.

Homme à multiples casquettes, l’ancien éducateur a aussi une formation de sociologue et de comédien. Il y a une vingtaine d’années, il dirigeait le théâtre des Amandiers, à Nanterre. Son ambition à présent : brûler les planches pour éclairer un crime d’État.

Dans 17 Octobre 1961. Je me souviens…, les points de suspension égrènent les non-dits du grand-père. Ils interrogent des blessures qui font encore très mal mais ne se voient pas.

« Nos parents étaient considérés comme des ennemis de l’intérieur, des fellagas [combattants pour l’indépendance], et nous, leurs enfants, les victimes du racisme d’État »

- M’hamed Kaki

Comme le père de M’hamed Kaki, le vieux monsieur a préféré panser sa plaie en silence pour ne pas tourmenter les siens. Mais l’arrestation de sa petite-fille va tout changer et le conduire à rompre le secret.

La jeune fille est mise en garde à vue après une manifestation avec les Gilets jaunes, mouvement de protestation contre les mesures antisociales du gouvernement Macron apparu en 2018.

Son grand-père, qui va la chercher au commissariat, doit dès lors puiser dans ses propres souvenirs, les étaler et les détailler, pour lui apprendre l’importance de la résilience.

« Le massacre du 17 octobre 1961 nous interpelle à titre individuel et collectif. Ma génération s’identifie à ces événements car elle a connu des périodes terribles d’existence en France. Elle a connu les bidonvilles, les discriminations, la mort, la violence à l’école avec des instituteurs racistes, dont des anciens de l’Algérie [française] qui se vengeaient sur nous. Nos parents étaient considérés comme des ennemis de l’intérieur, des fellagas [combattants pour l’indépendance], et nous, leurs enfants, les victimes du racisme d’État. On en souffrait mais personne ne bougeait », explique M’hamed Kaki.

« Maltraités des deux côtés de la Méditerranée »

Le silence sur le massacre du 17 octobre 1961 a duré jusqu’à la parution du livre La Bataille de Paris, 17 octobre 1961, de Jean-Luc Einaudi. L’audition de l’historien lors du procès de Maurice Papon permet de médiatiser l’affaire.

En 2012, l’ancien président de la République François Hollande a reconnu « la sanglante répression » des manifestations » mais n’a pas engagé la responsabilité de l’État français dans le massacre.

« Comme les victimes noyées dans la Seine ou frappées jusqu’à la mort, les survivants des manifestations n’ont jamais obtenu d’excuses ni de réparations. Mon père a rendu l’âme dans l’anonymat le plus absolu », déplore M’hamed Kaki, reprochant également à l’État algérien d’avoir occulté le sacrifice des travailleurs immigrés et leur contribution à la guerre d’indépendance.

Raphaëlle Branche : « J’essaie de regarder le passé colonial comme quelque chose qui nous constitue collectivement »
Lire

« Ils ont continué à être maltraités des deux côtés de la Méditerranée », relève-t-il.

En évoquant son propre père, le militant décrit sa résignation et celle des hommes de sa génération. « La colonisation a façonné le corps des Algériens de manière à les courber, à les tordre. Un bon Algérien est celui qui baisse la tête et courbe le dos devant le patron et devant la police », souligne le militant à MEE.

Selon lui, la manifestation du 17 octobre 1961 avait donné l’occasion aux Algériens de se redresser.

« 40 000 personnes avaient déferlé sur Paris pacifiquement, au péril de leur vie. C’était un acte politique fort qui leur avait permis de s’affranchir de leur peur. Paradoxalement pour moi, le 17 octobre, en dépit des violences, est un jour de libération de la domination coloniale. Les Algériens avaient quitté leurs quartiers pour dénoncer l’injustice et braver les policiers qui les humiliaient au quotidien », poursuit M’Hamed Kaki.

La pièce dresse d’ailleurs le portrait de l’un d’entre eux, le fameux inspecteur « Jean-Pierre P », qui a réellement existé et qui allait racketter les habitants du bidonville de Nanterre.

Son comportement fait écho, selon Kaki, aux brutalités de la police pendant les manifestations des Gilets jaunes. « Il y a une reproduction permanente de la hogra [injustice et oppression] », observe-t-il.

En plus de sa pièce, le président de l’association Les Oranges ira encore cette année manifester boulevard Saint-Michel à Paris contre cette même hogra qui avait conduit au meurtre d’Algériens par noyade dans la Seine en 1961. Il a donné rendez-vous à d’autres militants le 17 octobre à 15 h, devant le cinéma Rex.

À cet endroit s’est jouée il y a 60 ans l’une des séquences les plus terribles du massacre. Deux compagnies de CRS postées sur le trottoir s’étaient acharnées sur les manifestants, les laissant gisants sur le sol dans des mares de sang.

Où et quand voir 17 octobre 1961, je me souviens… 

- Le 23 octobre à 20 h à l’Espace Jean Renaudie (Aubervilliers)

- Le 24 octobre à 16 h à la Maison du théâtre et de la musique (Épinay-sur-Seine)

- Le 6 novembre à 20 h au théâtre de la Salle des fêtes (Nanterre)