Aller au contenu principal

Le nord de la Syrie, objet de tractations entre Moscou et Ankara

La reconquête du territoire par les troupes loyalistes se heurte à quatre obstacles au nord de la Syrie : l’islamisme armé, la question kurde, la présence américaine et la menace d’une intervention turque 
Vladimir Poutine et Recep Tayyip Erdoğan s’apprêtent à discuter de la Syrie au Kremlin, le 10 mars 2017 (AFP)

Officiellement, la Russie entend toujours accompagner Damas dans sa reconquête de l’ensemble du territoire syrien. Après tout, la victoire du camp loyaliste semble incompatible avec l’idée d’une fragmentation territoriale.

La coordination entre Moscou et Ankara est au moins aussi importante que la souveraineté syrienne pour la Russie

Officieusement, la coordination entre Moscou et Ankara – et donc la prise en compte des exigences turques – est au moins aussi importante que la souveraineté syrienne pour la Russie. 

Le gouvernement syrien contrôle environ 65 % du territoire (120 000 km) et 67 % de la population (11,5 millions d’habitants).

C’est au nord-ouest et au nord-est du pays que certaines régions lui échappent encore au profit de trois principaux acteurs : les islamistes armés de Hayat Tahrir al-Cham, en position de force dans la région d’Idleb ; les rebelles pro-turcs (et l’armée turque), dans la région d’Idleb et au nord d’Alep ; les Forces démocratiques syriennes (FDS, dominées par les milices kurdes et soutenues par Washington), essentiellement au nord-est du pays. 

La Russie en Syrie : une tutelle pas si confortable 

Depuis l’intervention militaire russe sur le sol syrien, Moscou s’est imposée comme une véritable puissance tutélaire.

Non seulement les opérations de l’armée syrienne se font avec la couverture politique et militaire (participation de l’aviation) de la Russie, mais il semblerait que celle-ci participe directement à certains remaniements sensibles.

Selon certains observateurs, Moscou aurait appuyé certaines nominations de cet été, à l’instar de celle de Mohamed Dib Zeitoun, nouveau chef du Bureau de la sécurité nationale. 

Vivre avec Bachar : la bataille pour Idleb
Lire

La Russie est indéniablement la principale puissance agissante en Syrie, mais elle n’est pas omnipotente. En plus des difficultés au nord du pays, elle fait face à deux dangers au sud : le danger des islamistes armés (notamment dans la province de Deraa, berceau de la révolte syrienne) et la menace d’une guerre entre Israël et « l’axe de la résistance » (Téhéran-Damas-Hezbollah).

Une position russe ambiguë

Le discours russe sur ce dossier est ferme : « l’axe de la résistance » est un partenaire contre le terrorisme, mais pas contre Israël. En Syrie, les Iraniens et le Hezbollah sont gentiment invités à se retenir. 

Concernant le processus politique, la position russe paraît ambiguë. Si la Russie a largement œuvré pour la mise en place d’un comité constitutionnel – destiné à doter le pays d’une nouvelle Constitution –, elle considère que c’est la reconstruction matérielle du pays qui est prioritaire.

Il n’est pas impossible de voir la Russie exiger de son partenaire syrien quelques concessions politiques et institutionnelles

Pour Moscou, la stabilisation du pays et le règlement de la question des réfugiés passent avant tout par la reconstruction.

Cela dit, sa réputation sur la scène internationale étant en jeu et malgré un rapport de force favorable, il n’est pas impossible de voir la Russie exiger de son partenaire syrien quelques concessions politiques et institutionnelles. 

Dans le cadre de cette reconstruction, la Russie compte bien jouer un rôle dans certains secteurs (les hydrocarbures, l’extension de la base navale de Tartous …), mais elle compte aussi sur la participation financière de l’Europe et des pays du Golfe, au premier rang desquels les Émirats arabes unis.

Avec ses partenaires européens, la Russie dispose d’un argument de poids : reconstruire le pays est le meilleur moyen d’assurer le retour des réfugiés. 

L’inévitable offensive d’Idleb

Depuis 2016, la Turquie est devenue un partenaire incontournable pour la Russie dans le dossier syrien.

Erdoğan et Poutine : l’alliance de cet étrange couple se développe
Lire

Le processus d’Astana, mis en place en 2017, est l’occasion pour Moscou de sortir du tête-à-tête avec « l’axe de la résistance » et de neutraliser le pouvoir de nuisance du voisin turc.

Il s’agit d’en finir avec l’intention turque de renverser Bachar al-Assad. Les négociations politiques – notamment pour constituer ce fameux comité constitutionnel –, et ce malgré la victoire loyaliste sur le terrain, sont ainsi le prix à payer pour une Turquie conciliante.

Mais ce n’est pas le seul prix à payer. Au début de l’année 2018, la Russie a laissé faire l’armée turque à Afrin, au grand dam des populations kurdes.

Pour Moscou, c’était aussi une manière de sanctionner les milices kurdes pour leur proximité avec Washington.

En septembre 2018, les deux pays se sont mis d’accord pour une « zone démilitarisée » à Idleb : l’occasion pour la Turquie d’éviter un nouvel afflux de réfugiés et de protéger les rebelles qu’elle soutient dans la région. En quelques mois, ces rebelles pro-turcs ont été malmenés par les islamistes armés de Hayat Tahrir al-Cham. 

Depuis, les deux pays ont renforcé leurs relations bilatérales. L’exemple le plus emblématique de ces derniers mois n’est autre que l’achat par la Turquie du système de défense antiaérienne et antimissile S-400, en dépit des protestations américaines. L’interdépendance – énergétique et militaire – entre les deux pays encourage certainement à relativiser les différends dans le dossier syrien. 

Près de 3,3 millions de personnes vivent sur le territoire d’Idleb, contrôlé par les rebelles, et beaucoup ont déjà été déplacées à plusieurs reprises (Reuters)

Ces différends existent et le rapport de force est, en apparence, favorable à Moscou. En effet, dans la région d’Idleb, Moscou avait de quoi justifier l’offensive loyaliste de cet été : la persistance de la menace islamiste armée.

Cette offensive a permis à l’armée syrienne d’atteindre la ville stratégique de Khan Cheikhoun, située sur l’autoroute Damas-Alep. À la fin du mois d’août, la Russie a annoncé un cessez-le-feu, rassurant ainsi son partenaire turc.

Ce dernier, lâché, voire contré, par l’axe Riyad-Abou Dabi en Syrie, se retrouve désormais bien seul.

Concessions au nord-est du pays 

Pour la Turquie, la principale « menace terroriste » est représentée par les milices kurdes qui dominent les Forces démocratiques syriennes (FDS) et qui sont affiliées au Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK).

Les Russes en Syrie : les défis après la victoire 
Lire

Malgré les multiples tensions entre les deux pays, les militaires américains et turcs se sont mis d’accord pour la mise en place d’une « zone de sécurité » (zone tampon) tout au long de la frontière syro-turque, en particulier dans les zones contrôlées par les FDS au nord-est du pays. 

En gage de bonne volonté, ou en guise de concession après l’offensive d’Idleb, Vladimir Poutine a soutenu cette idée de zone de sécurité voulue par la Turquie, en insistant sur le problème des réfugiés dont pâtit la Turquie plutôt que sur les milices kurdes avec lesquelles la Russie n’a pas vraiment rompu.

Plus d’un mois après l’accord turco-américain, Ankara exprime son mécontentement et menace d’intervenir militairement contre les milices kurdes. Une telle intervention militaire semble impensable sans le feu vert de Moscou. 

Pour la Russie, l’échec d’un tel accord serait probablement bien perçu, comme toute dissension turco-américaine.

Plus précisément, à court terme, le départ effectif des Américains du nord-est syrien est l’un des principaux objectifs de Moscou. La Russie veut être l’unique puissance médiatrice sur le sol syrien.