Aller au contenu principal

Provocateur, stéréotypé ou les deux : pourquoi le nouveau thriller de Netflix, Messiah, fait-il scandale ?

Certains se méfient de l’influence de la série sur les spectateurs et de son impact sur l’image de l’islam
Le dernier programme original de Netflix s’intéresse à la façon dont le monde actuel pourrait réagir à une personnalité messianique, jouée par Mehdi Dehbi (Hiba Judeh/Netflix)

Un homme du Moyen-Orient avec des qualités messianiques apparaît dans une ville de Damas dévastée par la guerre pour conduire des milliers de réfugiés palestiniens à travers le désert en Israël tout en étant poursuivi par la CIA.

Netflix a sorti mercredi dernier son dernier programme original, Messiah, et celui-ci provoque déjà un scandale à travers le monde. Cette série en dix épisodes s’articule autour d’un personnage connu sous le nom d’« Al-Masih », un mystérieux prêcheur qui inspire un mouvement spirituel en accomplissant des miracles sur son chemin. Est-il un prophète ou n’est-il qu’un imposteur, telle est la question que pose Messiah

Traduction : « Trouvez quelque chose en quoi croire. »

Bien que le film ait en partie été tourné en Jordanie, la Royal Film Commission (RFC) jordanienne a demandé à Netflix de ne pas diffuser le programme dans le royaume hachémite.

« Cette histoire n’est que pure fiction, tout comme ses personnages. Pourtant, la RFC estime que le contenu de la série pourrait être largement perçu ou interprété comme enfreignant la sainteté de la religion, contrevenant ainsi probablement aux lois du pays », a déclaré la RFC dans un communiqué.

Messiah a en partie été tourné en Jordanie (Hiba Judeh/Netflix)
Messiah a en partie été tourné en Jordanie (Hiba Judeh/Netflix)

La Jordanie n’est pas la seule entité préoccupée. Une pétition signée par plus de 5 000 personnes appelle au boycott du programme, qui colporterait « une propagande anti-islamique et malfaisante ». 

Le nom du protagoniste, « Al-Masih », signifie « messie » en arabe et, dans l’islam, fait référence à Jésus-Christ. C’est également le nom sous lequel les musulmans croient que se présentera le Dajjal – un faux prophète comparable à ce que les chrétiens considèrent comme l’Antéchrist. 

Ayant cela en tête, certains spectateurs ont souligné que Netflix pourrait avoir révélé par inadvertance un aspect essentiel de l’intrigue à tous les spectateurs musulmans dès le premier épisode. 

Traduction : « Alors les gens de Netflix disent que le nom du personnage principal dans Messiah n’est pas Dajjal… je lis la présentation des épisodes et il s’appelle Al-Masih… ils essaient de nous avoir sur un détail technique. Je suis écœurée. »

Sur les réseaux sociaux, les musulmans étaient divisés quant au fait de visionner ou pas le programme. 

Certains pensent que les spectateurs devraient d’abord se documenter sur le Dajjal. 

Traduction : « Ne regardez pas Messiah si vous ne connaissez rien au Dajjal. Pour l’amour de votre iman, éduquez-vous d’abord svp. »

D’autres estiment que les gens ne devraient pas laisser des programmes télévisés influencer leur foi. 

Traduction : « Aux musulmans qui appellent à un boycott de #MessiahNetflix parce qu’ils ont peur que la série corrompe leur foi, je suis désolée de faire éclater votre bulle mais si une émission peut l’influencer autant, c’est que votre foi n’était pas très ferme au départ. »

Théologie mise à part, de nombreux internautes craignent que la série ne renforce les stéréotypes à l’encontre des musulmans et du Moyen-Orient.

Traduction : « Ép. 1 de “Messiah” : Impressionnée qu’ils citent le Coran, ce qui indique qu’ils ont fait leurs devoirs, mais après j’ai entendu “EYE-Rainian” [Iranien, en référence à la prononciation erronée de l’ancien président George W. Bush ], “chiite” et “Huntington avait raison”, ce qui me dit qu’ils vont réaffirmer les stéréotypes plutôt que de les remettre en question – tout en tirant profit des histoires et symboles islamiques. »

Traduction : « Un quart d’heure après le début de Messiah sur Netflix, on dirait la rencontre entre Homeland et une eschatologie islamique corrompue. »

Pour d’autres spectateurs, le film colporte les stéréotypes sur les Palestiniens, les associant au terrorisme et aux attentats-suicides.

Le film est accusé de dorer le blason de la CIA et du Mossad (John Golden Britt/Netflix)
Le film est accusé de dorer le blason de la CIA et du Mossad (John Golden Britt/Netflix)

S’exprimant auprès de l’AFP, le créateur de la série, Michael Petroni, a déclaré : « Oui, c’est provocateur – la série est provocatrice. Mais la provocation n’est pas une offense. »

Traduit de l’anglais (original) par VECTranslation.