Aller au contenu principal

L’accord de « paix » au Yémen est une trêve fragile entre l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis

Pour instaurer une paix et une stabilité réelles au Yémen, les acteurs internationaux doivent limiter l’implication de Riyad et Abou Dabi
Des combattants yéménites formés par les Émirats arabes unis patrouillent près de la ville de Zinjibar, dans le sud du Yémen, le 2 septembre (AFP)

Un accord négocié récemment par l’Arabie saoudite en vue de fusionner le gouvernement yéménite d’Abd Rabbo Mansour Hadi et les séparatistes du Conseil de transition du Sud (CTS) en un régime d’unité a fait naître l’espoir que la paix est à l’horizon dans ce pays déchiré par la guerre.

Pourtant, cet « accord » n’est en fait qu’une opportunité pour les puissances extérieures de consolider leur propre influence dans le pays, étant donné que les deux factions yéménites ont reçu un soutien divergent de l’Arabie saoudite et des Émirats arabes unis (EU).

Le CTS a mené un coup d’État à Aden en août, prenant au gouvernement le contrôle de ce qui est la capitale provisoire du Sud. Les forces alignées sur le CTS ont ensuite affronté les forces gouvernementales dans d’autres provinces du Sud, provoquant ce qui a été considéré comme un nouvel épisode de la guerre au Yémen. Les milices du CTS ont progressé dans le Sud grâce à un soutien considérable des Émirats.

Alliance stratégique

Cependant, déterminés à préserver leur propre alliance régionale stratégique, Riyad et Abou Dabi ont fait pression en faveur de l’unité de ces factions yéménites rivales. Les Émirats arabes unis ont à nouveau retiré leurs forces après l’arrivée de troupes saoudiennes à Aden au début du mois d’octobre pour reconquérir la ville.

Bien que cela ait apaisé les divisions entre l’Arabie saoudite et les Émirats au Yémen, à la lumière de ses propres ambitions géopolitiques, Riyad a temporairement repris l’avantage. Le royaume saoudien a redonné du pouvoir à son acteur politique favori, Hadi, tout en établissant des liens avec le CTS. Celui-ci est devenu de plus en plus influent ces derniers temps et a participé aux pourparlers de paix à Riyad.

Pendant ce temps, Abou Dabi s’est retrouvé confronté à la présence de Hadi, dont il a tenté de saper l’autorité avec ses ambitions sécessionnistes.

Cet accord pourrait relancer un autre conflit, alors qu’il vise apparemment à mettre fin à la violence entre le gouvernement et les séparatistes

Au lieu de chercher à améliorer la stabilité du Yémen, l’Arabie saoudite soutient Hadi, basé à Riyad, car il donne au royaume une certaine légitimité pour intervenir dans la politique du pays.

C’est là la stratégie à long terme de Riyad au Yémen, plutôt que l’objectif officiel de la lutte contre les Houthis.

L’Arabie saoudite a poursuivi une stratégie de « soft power », politisant l’aide et les investissements afin de rétablir son influence traditionnelle sur son voisin méridional et le rendre dépendant de son contrôle. Son outil à cet effet est le Programme de développement et de reconstruction saoudien pour le Yémen, qui encadre des dizaines de projets de « développement » dans les régions contrôlées par Hadi.

Or, ces mesures servent à consolider les propres liens de Riyad avec le Yémen. L’Arabie saoudite a délibérément pris pour cible les infrastructures, les sources de nourriture, les centres agricoles et les marchés yéménites contrôlés par les Houthis afin d’affaiblir la faction. Cela montre qu’elle ne donne pas la priorité à l’établissement d’un État yéménite fort, mais soutient plutôt un Yémen affaibli qu’elle peut facilement contrôler.

De plus en plus illégitime

Bien que Hadi soit le président reconnu par l’ONU, il est de plus en plus considéré comme étant illégitime par les Yéménites, en particulier parce qu’il est absent du pays, vivant à Riyad depuis plus de quatre ans. Il n’a ainsi pas été en mesure d’apporter la sécurité et les services adéquats au pays. L’Arabie saoudite a toujours tenté de le soutenir au Yémen, appuyant son retour à une session parlementaire à Sayun, dans l’Hadramaout, en avril.

Le coup d’État du CTS a initialement menacé une telle influence, notamment parce que le groupe est principalement soutenu par les EAU. Si un accord n’avait pas été négocié, le CTS aurait pu prendre le contrôle d’une grande partie du Sud.

Le président yéménite Abd Rabbo Mansour Hadi assiste à une réunion à La Mecque (Arabie saoudite) le 31 mai (Bandar al-Jaloud/Palais royal saoudien/AFP)
Le président yéménite Abd Rabbo Mansour Hadi assiste à une réunion à La Mecque (Arabie saoudite) le 31 mai (Bandar al-Jaloud/Palais royal saoudien/AFP)

À présent, l’Arabie saoudite cherche à apaiser le CTS dans le but de réunir le gouvernement et les séparatistes contre le principal adversaire de Riyad au Yémen, les Houthis. Or, cela risque de déclencher une autre réaction violente dans un pays déjà dévasté. L’accord d’unification ignore la situation alarmante du Yémen en matière de sécurité et de stabilité.

Alors que les Houthis gagnaient du terrain en septembre 2014, s’emparant de la capitale Sanaa tout en affirmant en partie s’opposer à la corruption et aux ingérences extérieures au Yémen, cet accord – dont ils ne sont pas partie – pourrait susciter davantage l’hostilité du groupe, notamment dans la mesure où il a été négocié à Riyad.

Même s’il a été rapporté que les Houthis ont soutenu un cessez-le-feu en septembre, cet accord pourrait relancer un autre conflit, alors qu’il vise apparemment à mettre fin à la violence entre le gouvernement et les séparatistes.

Par ailleurs, le CTS n’a pas encore renoncé à ses appels à l’indépendance du Sud, considérant l’accord comme une occasion de renforcer l’autonomie de la région méridionale du pays, d’autant plus que ses termes sont vagues. L’Arabie saoudite devra faire face à cela. Riyad s’opposerait probablement au souhait du CTS de renforcer son indépendance dans le Sud du pays, dans la mesure où cela pourrait renforcer les Houthis au nord.

Réaction des séparatistes

Ne pas tenir compte des souhaits du CTS et imposer la vision de Hadi au pays pourrait déclencher une nouvelle réaction violente des séparatistes, alors que des tensions persistent entre les deux parties. L’accord n’est donc qu’une solution temporaire, Riyad cherchant désespérément à ne pas perdre son influence au Yémen.

L’Arabie saoudite joue un jeu dangereux. Les ministres yéménites de l’Intérieur et des Transports ont survécu à une tentative d’assassinat quelques heures après la finalisation de l’accord. Bien que personne ne l’ait revendiquée, cette attaque montre qu’il existe encore une opposition au gouvernement de Hadi soutenu par Riyad.

Quand les Saoudiens et les Émiratis se brouillent
Lire

Ainsi, bien que l’Arabie saoudite soit temporairement revenue dans le siège du conducteur, elle aura toujours des obstacles à surmonter pour atteindre ses objectifs politiques dans le pays, y compris les intérêts émiratis.

Bien que l’accord de paix et le renforcement du pouvoir de Hadi freinent les ambitions d’Abou Dabi, les EAU pourraient tout de même utiliser le CTS pour obtenir une plus grande autonomie pour le Sud.

Après s’être « retirés » du Yémen tout en poursuivant leurs interventions, les Émirats pourraient toujours chercher à imposer leur volonté dans le Sud et contrôler ses ports stratégiques. Pour le moment, ils opèrent à nouveau de manière plus pragmatique afin de préserver leur image de « médiateurs de paix » et leur alliance avec l’Arabie saoudite. Tant que cela continuera, les subtils coups de coude entre ces deux puissances se poursuivront.

Les acteurs internationaux devraient limiter l’implication de ces deux puissances afin d’établir une paix et une stabilité réelles au Yémen. La vaste crise humanitaire qui touche le pays demeure un problème plus urgent ; les civils sont les véritables victimes de pareilles luttes de pouvoir.

- Jonathan Fenton-Harvey est un journaliste et chercheur spécialisé dans les questions politiques et les conflits au Moyen-Orient et en Afrique du Nord. Vous pouvez le suivre sur Twitter: @jfentonharvey

Les opinions exprimées dans cet article n’engagent que leur auteur et ne reflètent pas nécessairement la politique éditoriale de Middle East Eye.

Traduit de l’anglais (original).

Jonathan Fenton-Harvey
Jonathan Fenton-Harvey is a journalist and researcher who focuses on political issues and conflict in the Middle East and North Africa. Follow him on Twitter: @jfentonharvey