Aller au contenu principal

Biden doit rompre l’alliance de Trump avec Mohammed ben Salmane

Les États-Unis ont joué un rôle significatif dans la protection des dirigeants autoritaires d’Arabie saoudite contre toute enquête internationale
Le président élu Joe Biden s’adresse aux médias dans le Delaware, le 9 novembre (AFP)
Le président élu Joe Biden s’adresse aux médias dans le Delaware, le 9 novembre (AFP)

Pour les cyniques du monde arabe, la victoire de Joe Biden à l’élection présidentielle américaine 2020 ne conduira qu’à une autre période d’approches malavisées à l’égard des sujets pressants qui minent la région

Pourtant, le président élu a véritablement l’occasion d’inverser une politique étrangère américaine persistante privilégiant et donnant toute latitude aux autocrates qui privent leurs peuples de leurs valeurs et de leurs droits fondamentaux par ailleurs considérés comme sacrés pour les citoyens américains. 

Ces valeurs ayant été menacées sur le plan national avec Trump à la Maison-Blanche, Biden a la lourde tâche de réconcilier les États-Unis à l’intérieur et de se montrer plus ferme à l’échelle internationale. 

Les États-Unis de Biden doivent arrêter d’être le principal soutien du régime saoudien qui a sapé la sécurité de son propre peuple et projeté sa puissance à l’étranger, engendrant le chaos et des bains de sang dans la région, surtout au Yémen

Les États du Golfe seront parmi les plus grands perdants en cas de défaite de Trump cet automne
Lire

Si aucune puissance étrangère ne peut stopper la quête de liberté en Arabie saoudite, les États-Unis ont joué un rôle significatif dans la protection des dirigeants autoritaires saoudiens contre toute enquête internationale.

Les efforts constants du président Trump pour protéger les assassins du correspondant du Washington Post et de Middle East Eye Jamal Khashoggi il y a deux ans en sont un exemple parfait. 

Biden a désormais l’opportunité de rendre public le rapport des services de renseignement américains sur le meurtre de Khashoggi et de réclamer véritablement justice. 

Il s’agirait-là d’un premier pas pour restaurer la foi en des États-Unis qui ne se contentent pas de prêcher la démocratie et l’État de droit, mais agissent conformément à leurs valeurs au-delà de leurs propres frontières. 

Biden doit insister sur le fait que tout futur partenariat avec l’Arabie saoudite sera soumis au respect par Riyad des droits de l’homme de ses propres citoyens, de leur liberté d’expression et de leurs aspirations à un véritable changement politique. Les Américains ont la chance de pouvoir se débarrasser eux-mêmes de leurs propres potentiels autocrates, ce n’est pas encore le cas des Saoudiens.  

Les prisons saoudiennes regorgent de prisonniers politiques car le droit à la liberté d’expression est restreint et détourné par le prince héritier Mohamed ben Salmane (MBS). 

Biden doit agir rapidement pour mettre la pression sur le prince héritier afin que ce dernier libère les féministes, intellectuels et activistes saoudiens qui languissent dans les prisons du royaume

Biden doit agir rapidement pour mettre la pression sur le prince héritier afin que ce dernier libère les féministes, intellectuels et activistes saoudiens qui languissent dans les prisons du royaume.

Les Saoudiens sont dans l’incapacité de faire véritablement pression pour obtenir eux-mêmes cette libération. L’opinion publique saoudienne ne serait pas la seule à apprécier l’initiative, cela restaurerait également la foi en des États-Unis défenseurs de la liberté d’expression à travers le monde. 

Biden doit savoir que la dictature n’est pas le type idéal de gouvernement pour préserver la stabilité et la sécurité, mais plutôt une plaque tournante de la radicalisation, du chaos et de la révolution.

La recette d’une catastrophe assurée

Les États-Unis ont fait l’expérience sur leur propre sol de la radicalisation et du terrorisme qui couve sous l’égide de son partenaire saoudien. 

Les Américains ont tout intérêt à se rendre compte qu’une stabilité à court terme sous la dictature de ses partenaires arabes est la recette d’une catastrophe assurée, dont les répercussions pourraient éventuellement se faire sentir sur le sol américain.

Pour protéger les États-Unis et restaurer sa réputation dans le monde, Biden doit reconsidérer de toute urgence le soutien inconditionnel de ses prédécesseurs au régime saoudien qui refuse à ses propres citoyens ce que les Américains chérissent par-dessus tout : la liberté.  

En restreignant les capacités militaires du régime saoudien – principalement acquises auprès des États-Unis – à poursuivre la guerre au Yémen (qui dure depuis cinq ans), Biden ne sauverait pas seulement ce pauvre pays de l’effondrement total mais mettrait un terme à la spirale qui enferme le Yémen dans un foyer de terrorisme au-delà du pays et de la région.

Biden doit mettre fin à la capacité de l’Arabie saoudite à déstabiliser le monde arabe, par-dessous tout en freinant ces mesures contre-révolutionnaires qui ont contrarié les soulèvements arabes en 2011 et ont restauré des régimes autoritaires. 

Le secrétaire d’État américain Mike Pompeo rencontre le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane à Riyad, le 20 février (AFP)
Le secrétaire d’État américain Mike Pompeo rencontre le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane à Riyad, le 20 février (AFP)

Dix ans plus tard, il est temps pour les victimes de cette vague de démocratisation d’être honorées et pour ceux qui ont permis le retour de régime militaire dans des pays tels que l’Égypte, d’être bridés. 

Biden a la chance de réaffirmer l’engagement américain envers la démocratie dans le monde arabe et de s’éloigner des régimes qui continuent de contrarier la dignité, la liberté et la justice. 

Biden a également l’occasion d’agir sur deux des problèmes les plus sensibles. Premièrement, il peut mettre fin à la polarisation de la région arabe entre les camps saoudien et iranien. Cela permettrait de revenir aux négociations avec l’Iran sur son programme nucléaire, ce qui agacera sûrement les Saoudiens, tout en poussant ces derniers à abandonner leur discours agressif et à engager des négociations de leur côté. 

Biden doit savoir que l’Arabie saoudite ne pourra jamais gagner seule une guerre avec l’Iran, ni même avec l’aide de son nouvel allié israélien. Il leur faudrait des soldats américains, de technologie et d’armes en cas de quelconque confrontation future avec l’Iran. 

Conflit américano-iranien : pourquoi l’Arabie saoudite ne devrait pas se jeter dans la mêlée
Lire

Mais la question ici n’est pas de gagner une guerre contre l’Iran qui n’aboutirait qu’à plus de morts, de sectarisme et de confrontation dans la région – mais plutôt d’établir la paix. 

Il faut que les États-Unis agissent en tant que négociateur impartial entre l’Arabie saoudite et l’Iran plutôt qu’en tant qu’acteur biaisé encore hanté par la révolution iranienne de 1979. Le peuple saoudien ne veut pas la guerre avec l’Iran, ce sont ses dirigeants. 

Le droit à un État pour les Palestiniens

Deuxièmement, si Biden ne s’implique pas dans le conflit israélo-palestinien pour garantir que les Palestiniens retrouvent leur droit à un État sans mettre en péril la sécurité israélienne, alors la future normalisation unilatérale des Arabes avec Israël sera une perte d’énergie et de ressources.

La solution de la tragédie palestinienne se trouve à Jérusalem, pas à Riyad. Même si le prince héritier saoudien normalise ses relations avec Israël, une paix durable dans le monde arabe ne sera pas établie si les Palestiniens n’ont pas droit à leur souveraineté sur leur propre pays. 

Pour que Biden revienne sur les politiques de son prédécesseur, la clé est la reconnaissance du fait que les citoyens saoudiens (et les Arabes en général) méritent un avenir meilleur, dans lequel ils bénéficieront de ce pour quoi les Américains se sont farouchement battus lors de ces élections 2020. 

Quatre années de Trump ont largement entaché la réputation des États-Unis dans le monde arabe, donnant à ses partenaires autoritaires carte blanche pour poursuivre leurs propres politiques intolérantes, populistes, meurtrières et traîtres.

Le régime saoudien a assurément bénéficié du fait que la Maison-Blanche est devenue sous Trump un lieu d’intolérance. Il est temps pour Biden de mettre la pression sur les partenaires sans foi ni loi de son pays dans la région. 

Madawi al-Rasheed est professeure invitée à l’Institut du Moyen-Orient de la London School of Economics. Elle a beaucoup écrit sur la péninsule arabique, les migrations arabes, la mondialisation, le transnationalisme religieux et les questions de genre. Vous pouvez la suivre sur Twitter : @MadawiDr

Les opinions exprimées dans cet article n’engagent que leur auteur et ne reflètent pas nécessairement la politique éditoriale de Middle East Eye.

Traduit de l’anglais (original) par VECTranslation.

Madawi al-Rasheed
Madawi al-Rasheed is visiting professor at the Middle East Institute of the London School of Economics. She has written extensively on the Arabian Peninsula, Arab migration, globalisation, religious transnationalism and gender issues. You can follow her on Twitter: @MadawiDr