Aller au contenu principal

À quoi doivent s’attendre les musulmans français sous Macron II ?

Pendant ses cinq années au pouvoir, à travers ses discours, lois et stratégies électoralistes, Macron n’a fait qu’alimenter et légitimer une islamophobie déjà exacerbée, au lieu de la combattre aussi fermement et résolument que l’antisémitisme
Le président français Emmanuel Macron lors d’un meeting de campagne le 28 mars 2022 (AFP)
Le président français Emmanuel Macron lors d’un meeting de campagne le 28 mars 2022 (AFP)

Si le premier mandat d’Emmanuel Macron fournit une indication de ce que sera son très probable second quinquennat, les musulmans de France ont de sérieuses raisons de s’inquiéter.

En 2017, Macron s’est fait élire sur la promesse d’une société inclusive, ouverte et libérale. Une France dans laquelle la diversité multiculturelle – terme en général négatif dans les cercles politiques et médiatiques français – serait valorisée et appréciée comme un atout.

Cette vision généreuse et pleine d’espérance contrastait positivement avec celle – étriquée, décliniste et bigote – d’une Marine Le Pen.

Malheureusement, ces belles promesses n’ont jamais vu le jour. Bien au contraire.

Islamophobie accrue

Sous le quinquennat Macron, la France est devenue significativement plus islamophobe qu’elle ne l’était avant 2017, et ce largement en raison de ses discours et politiques envers l’islam et les musulmans, qui n’ont fait que contribuer à la normalisation de ceux de l’extrême droite.

« L’hydre islamiste » et le virage sécuritaire (et électoraliste ?) d’Emmanuel Macron
Lire

Le projet macronien d’une « société de vigilance contre l’hydre islamiste », sa loi contre le « séparatisme islamiste », son ambition sans cesse martelée de forger un « islam de France », un « islam républicain » ou « islam des Lumières », et sa « Charte des principes de l’islam de France » (enfoncée par le gouvernement dans la gorge des représentants du Conseil français du culte musulman sous le chantage et les menaces de répression) constituent les différentes parties d’une seule et même entreprise de contrôle hostile d’une religion dans toutes ses dimensions, depuis son organisation interne (via par exemple l’instauration d’une nouvelle structure, le FORIF) jusqu’à sa théologie elle-même.

Tous ces projets, intimement reliés, sont ancrés dans le vieux présupposé que l’islam serait une religion dangereuse qu’il s’agit de sécuriser, pacifier, surveiller, contrôler et réformer par le haut de façon autoritaire, avec ou sans l’assentiment des musulmans eux-mêmes.

Ce genre de rhétorique et de projets stigmatisant ont conduit les Français à se méfier encore plus de l’islam et de leurs compatriotes musulmans. Conséquence : la majorité de la population considère désormais l’islam comme incompatible avec leurs valeurs et « civilisation », ce qui n’était pas le cas auparavant.

Banalisation de l’extrême droite

C’est également sous Macron que la « théorie » du grand remplacement, en fait un pur fantasme haineux et raciste, est devenue mainstream. Elle fait désormais partie des débat y compris présidentiels, des sondages, des discours dominants, et déborde largement l’électorat d’un Éric Zemmour, d’ailleurs lui-même le pur produit d’un environnement médiatique et politique qui l’a créé et nourri, tel son monstre de Frankenstein.    

Aujourd’hui, grâce aux efforts réussis d’Emmanuel Macron, l’État dispose désormais de tout un arsenal législatif et répressif flambant neuf qui lui permettra, comme cela est déjà le cas, de censurer, interdire, bannir, fermer, expulser ou persécuter quiconque il choisira de labelliser « islamiste », « fondamentaliste », « radical » ou, désormais, « séparatiste »

Pendant ces cinq années, à travers ses discours, lois et stratégies électoralistes et politiques envers l’islam et les musulmans, Macron n’a fait qu’alimenter et légitimer une islamophobie déjà exacerbée, au lieu de la combattre aussi fermement et résolument que l’antisémitisme.

D’ailleurs, ses politiques sont régulièrement dénoncées par la quasi-totalité des ONG des droits humains, dont Amnesty International et Human Rights Watch. Sur ce point, Macron fait honte à la France.

Il n’est donc aucunement surprenant que les musulmans français fuient de plus en plus leur pays, produisant une véritable fuite des cerveaux, silencieuse mais bien réelle, qui ne peut que faire du mal à la France et à son soft power. Ces pertes sont regrettables pour toute la nation, qui aurait pu utiliser leurs voix, perspectives, talents et connexions dans de nombreux domaines (politique internationale, affaires, diplomatie, et plus).

Confusion entre islam et radicalisation djihadiste

La Charte des principes de l’islam de France représente, elle, une tentative d’OPA hostile, flagrante et inacceptable, de la part d’un État supposé laïc vis-à-vis d’une religion en particulier.

Sous Macron, la France a également adopté une approche éradicatrice contre tout groupe, individu, association, mosquée, etc. qu’un gouvernement bigot, ignorant et mal conseillé par une poignée d’idéologues et d’universitaires médiatiques stigmatise en général de façon gratuite comme étant « islamiste » ou « radicalisé ».

« Les ennemis de la République » : le feuilleton de la France islamophobe
Lire

Ainsi en octobre 2019, l’ex-ministre de l’Intérieur Christophe Castaner a déclaré devant la commission des Lois que les signes de radicalisation religieuse incluaient le fait de faire la prière de façon rigoureuse et ostensible (en précisant même « surtout pendant le Ramadan » !), le port de la barbe, et la « tabaa » (marque de friction) sur le front des musulmans, confondant des pratiques religieuses normales et courantes en islam avec des « signes de radicalisation » avant-coureurs du djihadisme.

Ce genre d’énormités islamophobes, ignorantes et bigotes vient couramment à la bouche des officiels de l’État français. Car chez eux, l’islamophobie survient si naturellement et spontanément, comme le fait de respirer, qu’ils ne s’en rendent jamais compte.

Cette confusion entre orthopraxie religieuse conservatrice ou rigoriste et extrémisme porteur de terrorisme découle d’une pseudo « théorie du continuum » elle-même fallacieuse, jamais démontrée mais fréquemment démontée et invalidée par quantité de chercheurs, universitaires et scientifiques bien plus substantiels et sérieux que les quelques intellectuels de plateaux télé qui la propagent depuis des années, en général sans aucun contradicteur en face d’eux.

Criminalisation de la critique

Aujourd’hui, grâce aux efforts réussis d’Emmanuel Macron, telle la loi contre le « séparatisme islamiste », l’État dispose désormais de tout un arsenal législatif et répressif flambant neuf qui lui permettra, comme cela est déjà le cas, de censurer, interdire, bannir, fermer, expulser ou persécuter quiconque il choisira de labelliser « islamiste », « fondamentaliste », « radical » ou, désormais, « séparatiste ».

Racisme d’État en France, l’impossible débat
Lire

On le voit d’ailleurs déjà à l’œuvre dans les décrets exécutifs interdisant des organisations antiracistes comme le Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF) et la Coordination contre le racisme et l’islamophobie (CRI).

Ces politiques vont jusqu’à criminaliser le simple fait de parler de « racisme d’État » ou d’« islamophobie institutionnelle », en les reformulant comme une « incitation à la haine de la France » et, par là même, au terrorisme contre notre pays ou son gouvernement.

Ce genre d’idées fausses permet à Macron de délégitimer et criminaliser des pans entiers de la religion islamique (comme le salafisme) et de pénétrer comme aucun autre gouvernement de la Ve République ne l’avait fait dans le domaine du contrôle de la pensée et de la religion.

Ce faisant, Macon a démoli la « laïcité à la française » tout en l’invoquant, pour la remplacer par une administration répressive, autoritaire, proprement néocoloniale de l’islam et de ses adeptes.

Dynamique double

Ces développements sont inquiétants non seulement pour les musulmans en France, mais pour l’État de droit en général. Deux tendances complémentaires de l’islamophobie d’État peuvent être observées sous Macron, ciblant à la fois la vie publique et la sphère privée.

Défigurer la laïcité au nom de la laïcité
Lire

D’une part, pour contrer la création d’une société civile musulmane non pas « séparatiste » mais souvent critique vis-à-vis du gouvernement ou simplement autonome vis-à-vis de l’État, le ministre de l’Intérieur s’attaque avec un zèle encore jamais vu aux maisons d’édition islamiques, aux groupes qui luttent contre l’islamophobie, aux écoles musulmanes, aux « islamogauchistes qui gangrènent l’université ».

D’autre part, dans la sphère privée, la surveillance et la répression étatique pénètrent de plus en plus profondément dans la vie personnelle des familles musulmanes, y compris en ce qui concerne leurs choix éducatifs et d’éducation parentale.

Pendant ces cinq années, toutes les logiques, processus et instruments de ce qu’il conviendrait de nommer la « nouvelle islamophobie française » comme Pierre-André Taguieff parle de « nouvelle judéophobie » ont été améliorés, peaufinés, intensifiés et étendus : la construction de l’épouvantail « islamiste » ; le contrôle autoritaire des musulmans ; la pathologisation et criminalisation de normes et pratiques islamiques banales y compris la prière ; le management néocolonial des musulmans et de leur religion elle-même ; le déni de l’existence même de l’islamophobie ; la systématisation de la surveillance étatique et de la répression d’institutions islamiques.

Et comme Macron et son entourage nous promettent fièrement de continuer dans la même voie, les musulmans de France savent désormais ce à quoi ils peuvent s’attendre sous Macron II.

Alain Gabon est professeur des universités américaines et maître de conférence en « French Studies » à l’université Wesleyenne de Virginie (Virginia Beach, États-Unis). Spécialiste du XXe siècle, il a écrit de nombreux articles sur, entre autres sujets, l’islam et les musulmans en France et dans le monde, pour des médias grands publics et alternatifs ainsi que des revues universitaires. 

Les opinions exprimées dans cet article n’engagent que leur auteur et ne reflètent pas nécessairement la politique éditoriale de Middle East Eye.

Traduit de l’anglais (original) par l’auteur.

Dr Alain Gabon is Associate Professor of French Studies and chair of the Department of Foreign Languages & Literatures at Virginia Wesleyan University in Virginia Beach, USA. He has written and lectured widely in the US, Europe and beyond on contemporary French culture, politics, literature and the arts and more recently on Islam and Muslims. His works have been published in several countries in academic journals, think tanks, and mainstream and specialized media such as Saphirnews, Milestones. Commentaries on the Islamic World, and Les Cahiers de l'Islam. His recent essay entitled “The Twin Myths of the Western ‘Jihadist Threat’ and ‘Islamic Radicalisation ‘” is available in French and English on the site of the UK Cordoba Foundation.