Aller au contenu principal

Al-Aqsa : Israël retire les détecteurs de métaux, les musulmans continuent le boycott

Les responsables des Waqfs, l'organisme qui administre les biens musulmans, ont continué à appeler les fidèles à boycotter le site, rejetant le retrait des détecteurs de métaux par Israël comme une solution
Des Palestiniennes à l’extérieur du Noble sanctuaire dans la vieille ville de Jérusalm (Reuters)

JÉRUSALEM – Les responsables religieux de la mosquée d’al-Aqsa ont rejeté la décision d’Israël de retirer certaines des mesures sécuritaires pour contrôler l’accès au troisième lieu saint de l’islam, situé à Jérusalem-Est occupée, appelant les fidèles à boycotter le site jusqu’au retour du statu quo.

Dans la nuit de lundi, Israël a dit qu’il allait retirer les détecteurs de métaux autour du Noble sanctuaire, sur le chemin de la moquée, ce qui fut à l’origine d’un « jour de colère », vendredi, pour dénoncer les tentatives d’Israël de renforcer les contrôles. Six Palestiniens sont morts au cours de cette journée.

La décision de retirer les détecteurs a été prise après une intense mobilisation diplomatique, la communauté internationale s'inquiétant du risque d'un débordement des tensions au-delà des Territoires palestiniens.

Mais les intentions d’Israël de lever les « mesures de sécurité » aux entrées du site ont été rejetées par les Waqfs, organisme en charge de l’administration du site.

« N’entrez pas à al-Aqsa jusqu’à ce que la situation revienne à ce qu’elle était avant le 14 juillet », recommande un communiqué.

Les autorités israéliennes avaient installé les détecteurs de métaux aux entrées de l'esplanade au surlendemain de la mort de deux policiers israéliens dans une attaque, justifiant ce dispositif par le fait que les assaillants avaient dissimulé des armes sur ce site et en étaient sortis pour mener leur attaque.

Des témoins racontent à Middle East Eye que durant la nuit de lundi à mardi, la zone a connu une intense activité alors que les Israéliens installaient d’autres « mesures de sécurité ».

« La question n’a pas été réglée. Les forces israéliennes ont retiré les détecteurs de métaux mais ils ont placé d’autres obstacles dangereux qui changent le statu quo à la moquée d’al-Aqsa », a déclaré à Middle East Eye Ikrima Sabri, l’ex-grand mufti d’al-Aqsa et son leader spirituel.

« Il y avait environ 70 supports pour caméras. Ce qui se passe ici est un grand mensonge »

-Mahmoud, un manifestant

« Jusqu’à maintenant, nous n’avons pas de détails sur ce qu’ils ont fait exactement, s’il y a des caméras et où elles se trouvent. »

« Mais le directeur des Waqfs va nous remettre un rapport sur toutes les violations commises par les forces israéliennes et nous déciderons alors comment continuer notre lutte. »

Mardi après minuit, une trentaine de voitures et de camions israéliens et des centaines de forces israéliennes ont fermé la zone de la porte des Lions, et repoussé les Palestiniens.

Mahmoud, un manifestant, a vu les Israéliens retirer les détecteurs de métaux mais dit les avoir vus installer des caméras.

« Il y avait environ 70 supports pour caméras », témoigne-t-il. « Ce qui se passe ici est un grand mensonge. »

Plus tard, des militants ont rapporté à MEE que les forces israéliennes ont demandé aux manifestants de quitter la zone autour de la porte des Lions et ont repoussé tout le monde à l’extérieur. Certains ont même affirmé que les forces israéliennes ont déraciné des arbres près de la porte.

Le cabinet de sécurité israélien a accepté « la recommandation de tous les organismes de sécurité de remplacer l'inspection au moyen de détecteurs de métaux par une inspection de sécurité basée sur des technologies avancées et sur d'autres moyens », a déclaré dans la nuit le bureau du Premier ministre Benjamin Netanyahou, sans plus de précisions.

Traduit de l’anglais (original).