Aller au contenu principal

Algérie : plus de 30 ans après sa création, le RCD lutte pour sa survie

Perte de sympathisants, pressions du pouvoir, partis pris radicaux… Le Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD), un des principaux partis algériens, est à l’image des autres formations politiques du pays : à l’agonie. Son nouveau président pourra-t-il en refaire un acteur influent ?
Le 4 juin, Atmane Mazouz, 51 ans, est devenu le troisième président du Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD), un des principaux partis d’Algérie (capture d’écran)
Le 4 juin, Atmane Mazouz, 51 ans, est devenu le troisième président du Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD), un des principaux partis d’Algérie (capture d’écran)
Par
ALGER, Algérie

« Atmane président ! Atmane président ! » Porté par les militants du parti, c’est sous les youyous et les acclamations qu’Atmane Mazouz, 51 ans, est devenu samedi 4 juin le troisième président du Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD), un des principaux partis d’Algérie.

Au lendemain de son élection, cet ancien député de Béjaïa (Kabylie) a savouré sa victoire. « Aujourd’hui est un grand jour pour notre parti », a-t-il affirmé dans une courte allocution prononcée devant les membres du conseil national de son parti, fraîchement désignés par les 700 congressistes réunis à Zéralda, sur la côte ouest d’Alger.

Oppositions algériennes : au-delà du pouvoir
Lire

L’homme, militant au long cours de cette formation politique, sait qu’il vient de marquer l’histoire en étant le premier président à arriver à la tête du RCD après un scrutin serré, qui l’a opposé à Mourad Biatour, un jeune militant.

Son prédécesseur, Mohcine Belabbas, avait été catapulté en 2012 à la tête du parti par le leader historique, Saïd Sadi, avant d’être plébiscité, sans concurrence, cinq ans plus tard pour un deuxième mandat.

Issu des premières vagues de militants du RCD, Atmane Mazouz a désormais la lourde tâche de se distinguer de ses deux prédécesseurs, à qui il a rendu hommage.

« Ses deux mandats de député et ses innombrables responsabilités assumées au sein de la direction de sa formation politique lui ont donné une certaine expérience », témoigne un proche du parti à MEE.

« Mais il le sait : cela ne suffit pas. Il doit désormais œuvrer à rassembler un parti fragilisé à la fois par des tiraillements internes et par la pression du pouvoir, qui ne le ménage pas. Et ce, en plus des menaces régulières que reçoit la formation politique de la part des autorités, qui ne voient pas d’un bon œil son refus d’adhérer au processus politique en cours. »

Le nouvel élu est lui-même sous le coup de poursuites judiciaires en raison de ses activités politiques.

Un parcours atypique

De toute la classe politique algérienne, le RCD a un parcours atypique. Né de l’expérience de l’ouverture démocratique de 1989 imposée par les manifestations sanglantes d’octobre 1988, le parti, mené à la baguette jusqu’en 2012 par le charismatique leader Saïd Sadi, aujourd’hui en désaccord avec l’orientation des nouvelles générations, s’était opposé aux islamistes, accusés d’être derrière les violences des années 1990.

Fondé par d’anciens militants en faveur de la reconnaissance de l’identité berbère en Algérie, le RCD s’est distingué par des positions progressistes : en plus de la défense des libertés fondamentales, il a réclamé dès le début de son entrée en activité la séparation de la religion et de la politique. La laïcité est inscrite dans son programme comme un véritable marqueur, en plus de l’égalité hommes-femmes et de l’instauration d’un État décentralisé.

L’ex-leader du RCD, Saïd Sadi, s’adresse à la foule à Alger, le 2 juillet 1998, à l’occasion d’un rassemblement contre une nouvelle loi faisant de l’arabe la seule langue officielle en Algérie (AFP)
L’ex-leader du RCD, Saïd Sadi, s’adresse à la foule à Alger, le 2 juillet 1998, à l’occasion d’un rassemblement contre une nouvelle loi faisant de l’arabe la seule langue officielle en Algérie (AFP)

Opposant déclaré aux pouvoirs successifs, le RCD a néanmoins intégré le gouvernement d’Abdelaziz Bouteflika en 2000, avant d’en sortir avec fracas en mai 2001 à la suite d’émeutes sanglantes en Kabylie, son fief.

Cette politique de l’entrisme lui est encore reprochée, au point de perdre des voix et du terrain, notamment sur ses terres, en Kabylie, au profit du Mouvement pour l’autodétermination de la Kabylie (MAK, indépendantiste). Il a également été taxé de parti des « militaires » pour son soutien à la politique anti-islamiste des autorités durant la décennie noire.

Le parti a régulièrement participé aux élections locales et législatives et son ancien président, Saïd Sadi, a brigué deux fois la présidence de la République. Les résultats officiels l’ont à chaque fois placé à l’avant-dernière case avec moins de 5 % des suffrages, toujours contestés.

Depuis l’avènement du hirak en février 2019 qui a mené à la démission du président Bouteflika, le RCD a opté pour une position plus radicale : il a refusé de participer au processus politique mis en place par les autorités. Il réclame désormais une assemblée constituante et l’avènement d’une deuxième République. Une radicalisation qui le place dans le collimateur des autorités, qui l’ont menacé de dissolution.

Algérie : pressions sur l’opposition, qui dénonce « des atteintes aux libertés »
Lire

Pour la première fois depuis 33 ans, le RCD s’est allié à des partis de sa tendance idéologique, des partis du « courant démocratique » – une appellation choisie en opposition aux partis nationalistes, le FLN et le RND au pouvoir – qui ont toujours accompagné le pouvoir, et aux islamistes conservateurs pour créer le Pacte pour une alternative démocratique (PAD).

Les membres de ce conglomérat sont les seuls à rejeter la feuille de route mise en application par les autorités. Une attitude radicale que paient certains de ces partis : le Parti socialiste des travailleurs (PST, trotskyste) est gelé par la justice, alors que l’Union pour la citoyenneté et le progrès (UCP) se trouve sous la menace d’une décision similaire.

Le RCD et le Mouvement démocratique et social (MDS, communiste) ont reçu des avertissements des autorités pour avoir « organisé des réunions » dans leurs sièges respectifs. Pour minimiser leur importance, le gouvernement évoque souvent des « partis sans militants ».

De toutes les formations fondées au début des années 1990, celles refusant le dialogue avec les autorités sont les seules à tenter de maintenir la flamme de la contestation populaire. 

« L’activité politique est quasiment à l’arrêt »

Pour la politologue Louisa Dris-Aït Hamadouche, qui préfère classer ces partis dans le « courant progressiste », l’appellation démocrate n’étant pas forcément « le corolaire de pratiques démocratiques », il y a « une tendance qui se dégage et qui consiste à dire que le hirak a fait que la tendance progressiste était beaucoup plus dans le maintien de la contestation » que d’autres formations politiques, explique-t-elle à Middle East Eye.

Zoubida Assoul, présidente de l’UCP et avocate de plusieurs détenus d’opinion dont le parti est membre du PAD, précise à MEE : « Nous n’avons pas accepté de participer au processus électoral proposé unilatéralement par le pouvoir. Nous avons mis des conditions en amont, dont le respect des libertés fondamentales des citoyens qui sont consacrées par la Constitution, et nous continuons, à ce jour, de réclamer cela parce qu’on ne peut pas envisager de solution politique alors que les gens sont en prison. »

Zoubida Assoul, présidente de l’UCP, et Mohcine Belabbas, ex-président du RCD, pendant une conférence de l’opposition, le 25 janvier 2020 (AFP/Ryad Kramdi)
Zoubida Assoul, présidente de l’UCP, et Mohcine Belabbas, ex-président du RCD, pendant une conférence de l’opposition, le 25 janvier 2020 (AFP/Ryad Kramdi)

« Pour la première fois dans l’histoire, toutes les thèses de la mouvance démocratique ont été reprises par une révolution populaire sans précédent en 2019 », affirme à MEE Ali Brahimi, un ancien député du RCD et militant de longue date de la mouvance démocratique.

Malgré plusieurs tentatives, le RCD, tout comme l’ensemble de ce courant politique, « n’a jamais réussi à s’arrimer au hirak », fulmine le sociologue Nacer Djabi, interrogé par MEE. Un échec qui n’explique pas à lui seul le fait que le courant démocratique ne se soit pas imposé. S’il a « toujours été faible », comme le pense Nacer Djabi, le « pôle démocratique » subit « une fermeture politique et médiatique ».

« L’activité politique est quasiment à l’arrêt, les médias sont muselés, l’activité associative est cernée, les avocats persécutés », énumère l’universitaire, décrivant « un climat politique qui ne permet pas l’émergence d’une vie politique raisonnable, pour ne pas dire bonne ».

« La répression des libertés va très loin puisqu’elle menace même les partis de la mouvance démocratique dans leur existence même », s’inquiète Ali Brahimi.

Pour autant, de nombreux observateurs et acteurs de la vie politique mettent en doute l’ancrage populaire de cette mouvance. Le courant démocratique « n’a pas réussi à créer une base syndicale, n’a pas réussi à attirer les bases ouvrières. Il n’a pas non plus réussi à créer un mouvement estudiantin fort, un mouvement féminin… Il est resté isolé au niveau des appareils, qui se sont affaiblis pendant que les Algériens s’éloignaient des partis politiques », assène Nacer Djabi.

Nedjib Sidi Moussa : « L’échec du hirak en Algérie s’explique par le recul du mouvement révolutionnaire »
Lire

Un constat que partage partiellement Louisa Dris-Aït Hamadouche, pour qui ce courant politique existe « dans certains centres urbains » même s’il est « numériquement moins nombreux » que les conservateurs, par exemple. Mais cela ne l’empêche pas d’être « bien structuré ».

Pour l’heure, Atmane Mazouz veut « garder le cap » adopté par son parti. En attendant d’installer les membres du bureau national qui l’accompagneront dans sa tâche, il affirme que sa priorité est « de rassembler la famille du RCD » dispersée ces derniers temps en raison de multiples démissions dans ses rangs.

« Je vais rassembler les rangs du RCD, avant d’unir les forces démocratiques pour créer un rapport de force favorable à notre courant », a-t-il déclaré à MEE, dans une première sortie publique après son élection.