Aller au contenu principal

Le Spiegel met en une un dessin de Trump décapitant la statue de la Liberté

L’artiste explique qu’il a cherché à faire un parallèle entre les idées des militants islamistes et les politiques radicales de Trump
Le président American Donald Trump sur la couverture du dernier numéro de l’hebdomadaire allemand Der Spiegel (Reuters/Spiegel)
Par

L'influent hebdomadaire allemand Der Spiegel a mis en Une de son numéro de samedi un dessin du président américain Donald Trump en train de décapiter la Statue de la Liberté, provoquant certaines critiques des deux côtés de l'Atlantique.

En couverture du magazine de gauche, le dessin de l'artiste américano-cubain Edel Rodriguez montre Donald Trump tenant d'une main la tête de « La Liberté éclairant le monde » et de l'autre un couteau ensanglanté. En bas en droite est seulement écrit « America first » (« L'Amérique d'abord »), le mantra du nouveau président américain.

« Sur notre couverture, le président américain décapite le symbole qui souhaite la bienvenue aux migrants et aux réfugiés aux États-Unis depuis 1886, et avec lui la démocratie et la liberté », a expliqué le rédacteur en chef du Spiegel Klaus Brinkbäumer à l'agence de presse allemande DPA.

Le tabloïd Bild y voyait une comparaison directe avec le Britannique Mohammed Emwazi, connu sous le pseudonyme de « Jihadi John », vu sur plusieurs vidéos de décapitation d'otages du groupe État islamique. Sollicité par ce quotidien, le vice-président du Parlement européen Alexander Lambsdorff, membre du Parti libéral allemand FDP, a jugé cette Une « de mauvais goût ». Cela « joue d'une manière abominable avec la vie des victimes du terrorisme », a-t-il ajouté

Une femme tient l’hebdomadaire Der Spiegel lors d’une manifestation à Berlin contre le décret anti-immigration de Donald Trump (AFP)

Pour Die Welt, journal conservateur appartenant au groupe Axel Springer, comme Bild, le Spiegel « dévalorise le journalisme ».

En revanche, ce dessin, fortement partagé sur les réseaux sociaux avec des avis divers, a été brandi samedi après-midi par des manifestants rassemblés devant la Porte de Brandebourg à Berlin, à côté de l'ambassade américaine, pour protester contre le décret anti-immigration de Donald Trump.

Aux États-Unis, le Washington Post a qualifié la Une du Spiegel de « stupéfiante », tandis que le site internet de la chaîne conservatrice Fox News évoquait une couverture « bizarre ».

En novembre, après son élection surprise à la Maison Blanche, le Spiegel avait déjà mis en Une Donald Trump, cette fois-ci sous la forme d'une comète rageuse s'abattant sur la Terre.

Vendredi, l'hebdomadaire américain The New Yorker a dévoilé en couverture de son dernier numéro un dessin de la torche de Miss Liberty venant d'être éteinte.