Aller au contenu principal

Marine Le Pen refuse de porter le voile pour rencontrer le mufti à Beyrouth

Un voile a été tendu à la candidate du Front national pour couvrir ses cheveux lors de sa visite pour rencontrer le grand mufti à Beyrouth
Marine Le Pen ( au centre) réagit après qu’un voile lui a été tendu avant sa rencontre avec le grand mufti cheikh Abdellatif Deriane à Beyrouth le 21 février (AFP)
Par

Marine Le Pen, candidate d'extrême droite à la présidentielle en France, a refusé mardi de porter le voile pour rencontrer le mufti de la République libanaise à Beyrouth.

À l'arrivée de la présidente du Front national pour rencontrer cheikh Abdellatif Deriane, dans ses bureaux d'Aïcha Bakkar mardi matin, il lui a été tendu un voile.

« La plus haute autorité sunnite du monde n'avait pas eu cette exigence, par conséquent je n'ai aucune raison de... Mais ce n'est pas grave, vous transmettrez au grand mufti ma considération mais je ne me voilerai pas », a dit Marine Le Pen, qui est repartie aussitôt.

Elle faisait référence à sa visite en mai 2015 en Égypte où elle avait rencontré Ahmed al-Tayeb, le grand imam d'Al-Azhar au Caire.

Dar al-Fatwa, la plus haute autorité sunnite au Liban présidée par le mufti, a déclaré mardi dans un communiqué que « son bureau de presse avait informé la candidate à la présidentielle, par l’intermédiaire d'un de ses collaborateurs, de la nécessité de se couvrir la tête lors de sa rencontre avec son éminence (le mufti) selon le protocole de Dar al-Fatwa ».

Marine Le Pen est en visite depuis dimanche et jusqu'à mardi après-midi au Liban. Elle doit rencontrer le patriarche maronite Bechara Raï et doit ensuite s'entretenir avec Samir Geagea, chef du parti des Forces libanaises.