Aller au contenu principal

Algérie : faussement accusé d’avoir démarré un feu de forêt, un homme est assassiné et brûlé

Djamel Bensmaïl, 35 ans, avait collecté des dons avant de se rendre à Tizi Ouzou pour aider à éteindre les incendies et à évacuer les personnes en danger
Des vidéos et images atroces de l’incident circulent sur internet, déclenchant un déluge de critiques contre les auteurs et de la sympathie pour la victime (Reuters)
Des vidéos et images atroces de l’incident circulent sur internet, déclenchant un déluge de critiques contre les auteurs et de la sympathie pour la victime (Reuters)

La tragédie frappe une fois de plus l’Algérie : un homme a été tabassé à mort et son corps brûlé mercredi après des allégations selon lesquelles il s’agissait d’un pyromane à l’origine de feux de forêt dévastateurs dans le pays. 

Djamel Bensmaïl a été assassiné à son arrivée à Tizi Ouzou, dans l’une des régions les plus touchées par les incendies.

VIDÉO : L’Algérie en proie à de violents incendies
Lire

Selon les amis de la victime, le trentenaire s’était rendu dans cette wilaya (préfecture) depuis Miliana (dans la wilaya d’Aïn Defla, à 150 km à l’ouest d’Alger) afin d’aider à lutter contre les incendies et évacuer les personnes en danger.

Djamel Bensmaïl aurait été accusé d’avoir allumé des feux lorsqu’il a été appréhendé par un groupe de personnes. Il aurait alors été arrêté pour sa propre sécurité.  

Dans des vidéos circulant sur les réseaux sociaux, on voit une foule en colère le sortir de la voiture de police avant de le passer à tabac. À un moment, on voit son corps meurtri et sans vie gisant au sol, quelques instants avant que sa dépouille ne soit brûlée. Des images du corps en flammes ont également été largement partagées sur internet.

« Il se souciait de tous les êtres humains »

Après son meurtre, les amis de Djamel ont démenti sur les réseaux sociaux son implication dans les feux de forêt. Au contraire, affirment-ils, leur ami, « peintre, chanteur et amoureux de la nature », s’était rendu dans la région pour aider les personnes dans le besoin.

Djamel Bensmaïl collectait encore des dons la veille de son départ pour Tizi Ouzou afin de fournir de l’aide aux familles des victimes, selon des proches. Dans un témoignage, il est décrit comme « quelqu’un qui ne ferait pas de mal à une mouche ».

« Il se souciait de tous les êtres humains qu’il rencontrait », d’après le poète Salah Badis. 

Awraas TV avait interviewé Ismail quelques heures avant sa mort. « Je suis arrivé hier dans la nuit en solidarité avec notre peuple et nous espérons que chaque Algérien libre jouera son rôle », déclarait-il à la chaîne d’information. 

Cet incident a suscité la vive indignation des Algériens.

Traduction : « Pour quel péché a-t-il été tué, brûlé et son corps profané ?  Que Dieu ait pitié de lui et l’absolve et accorde la patience à sa famille. »

Beaucoup ont réclamé que les responsables de la mort d’Ismail soient traduits en justice.

Traduction : « Ce qui s’est passé ne devrait pas être toléré. Toute personne qui a permis que cela arrive doit être punie. »

« Le rôle de l’État est d’appliquer la loi aux terroristes », a tweeté un internaute.

Dans le même temps, certains ont appelé le président Abdelmadjid Tebboune à ouvrir une enquête sur le décès d’Ismail. 

Traduction : « Les assassins, le visage clairement visible. Nous vous demandons, M. le Président, d’appliquer la loi parce qu’elle est au-dessus de nous tous. N’oublions pas les policiers qui ont abandonné la victime et ne l’ont pas protégée. »

Son père, surnommé « Jimmy », demande aux autorités d’intervenir pour lui rendre le corps de son fils, indiquant que lui-même ne peut se rendre à Tizi Ouzou car il ne sait pas ce qui pourrait lui arriver là-bas.

« Mon fils est un héros et un martyr ; Miliana a gagné un autre héros », assure le père d’Ismail dans une interview télévisée auprès de la chaîne algérienne El Bilad.

Jeudi, le ministère de la Justice a annoncé avoir ordonné une enquête sur le meurtre de Djamel Bensmaïl.

Au moins 69 personnes, dont 28 soldats, ont trouvé la mort dans les incendies qui font rage dans le nord de l’Algérie. Le président Tebboune a déclaré trois jours de deuil national en hommage aux victimes et suspendu toutes les activités de l’État qui ne sont pas en rapport avec les incendies. 

Traduit de l’anglais (original) par VECTranslation.