Aller au contenu principal

Château, limousines et diététiciens : un voyage en Europe dans l’opulence pour MBS

Quatre ans après le meurtre du journaliste Jamal Khashoggi, le prince héritier a voyagé « comme un roi » en France et en Grèce
Des policiers français surveillent l’entrée du château Louis XIV, appartenant au prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane, à Louveciennes, près de Paris, le 28 juillet 2022 (AFP)
Des policiers français surveillent l’entrée du château Louis XIV, appartenant au prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane, à Louveciennes, près de Paris, le 28 juillet 2022 (AFP)

L’héritier du trône saoudien, revenu dans l’Union européenne la semaine dernière après quatre ans d’interruption forcée, a rattrapé le temps perdu sans lésiner sur les dépenses. 

Mohammed ben Salmane, dirigeant de facto du royaume, s’est rendu mardi 26 juillet en Grèce et jeudi 28 en France pour la première fois depuis sa mise à l’écart de la scène internationale, en octobre 2018 à la suite du meurtre du journaliste Jamal Khashoggi par des agents saoudiens à Istanbul.

MBS, MBZ, Sissi et Abbas à Paris : que reste-t-il de la « politique arabe » de la France ?
Lire

À Athènes, qui abrite de somptueuses structures de marbre millénaires dédiées aux anciens dieux et rois, le prince héritier n’a rien laissé au hasard en matière d’opulence et de détails.

Il a atterri mardi dans la capitale grecque avec une délégation de 700 personnes arrivées à bord de sept avions, selon un article du média local iefimerida

L’un des avions est resté vide pour les cas d’urgence tandis qu’un autre a été converti en hôpital de fortune. 

Le personnel de sécurité du prince héritier comprendrait 185 membres de sa garde rapprochée, dont 70 chargés de vérifier les voitures et les lieux. 

Les Saoudiens ont employé les services de 350 limousines. Et pour disposer d’autant de véhicules, il a fallu les importer de Bulgarie et d’Allemagne.

Dîner d’État au musée de l’Acropole

La plupart des membres de la délégation ont séjourné au Four Seasons (groupe hôtelier de luxe) à Vouliagméni sur le littoral athénien, où ils ont apporté leurs propres vaisselle, couverts et linge de lit pour s’assurer que le craintif prince héritier n’ait pas à utiliser quelque chose qui lui était inconnu. 

Les responsables des vêtements, des chaussures et des effets personnels du dirigeant se sont présentés à l’hôtel avec 180 valises. 

Vingt personnes étaient en charge du régime alimentaire du prince héritier : il aurait refusé toute nourriture à l’extérieur de l’hôtel, à l’exception d’un dîner d’État au musée de l’Acropole. 

Les accords commerciaux ont été signés au musée, ce que le gouvernement grec a confirmé n’avoir jamais fait auparavant

« L’imposant entourage de Mohammed ben Salmane et ses dépenses somptueuses en véhicules et chambres d’hôtel montrent qu’il voyage maintenant en tant que roi d’Arabie saoudite, pas seulement en tant que prince héritier », commente à Middle East Eye Andreas Krieg, professeur adjoint au département d’études de la défense du King’s College de Londres. 

L’autocrate du Golfe était l’invité d’honneur d’une réception privée à l’Acropole d’Athènes, berceau de la démocratie il y a 2 500 ans. 

Il est resté longtemps au sommet de la colline, admirant les sculptures détaillées du Parthénon, de l’Érechthéion et des Propylées, selon le média grec Tovima

Est-on en train d’oublier l’assassinat de Khashoggi ?
Lire

La soirée s’est achevée au musée de l’Acropole, où le prince héritier a eu droit à des gamopilafo (plat de riz cuit dans un bouillon de viande traditionnellement servi lors des mariages), des dolmades (feuilles de vigne farcies au riz, aux céréales ou à la viande) et de l’agneau crétois, rapporte Tovima

Le dessert était un kataïfi, une pâtisserie traditionnelle cuisinée avec une garniture de noix populaire au Moyen-Orient, aussi appelée knafeh, dont tous les invités auraient convenu qu’il s’agissait d’une « friandise purement grecque ». 

Mis à part le faste et le luxe, ce voyage présentait un aspect commercial. Quelque dix-sept accords bilatéraux ont été signés dans plusieurs secteurs, notamment l’énergie, la défense, l’alimentation et la culture. L’un des accords, d’une valeur d’environ un milliard de dollars, portait sur un système de câble de données sous-marin. 

Les accords ont été signés au musée, ce que le gouvernement grec a confirmé n’avoir jamais fait auparavant. 

Château construit par un cousin de Khashoggi

La visite a eu lieu quelques jours seulement après que le président américain Joe Biden a rencontré le prince héritier en Arabie saoudite, où il a cherché à recalibrer les liens de Washington avec Riyad, à augmenter la production de pétrole et à prendre des mesures pour intégrer davantage Israël dans la région.

« Ce voyage en Europe est le signe d’une confiance nouvellement acquise, avec laquelle MBS revient sur la scène mondiale après la visite encourageante de Biden », ajoute Andreas Krieg.

« Le fait que Biden donne l’accolade à MBS, privilégiant la realpolitik plutôt que les valeurs, semble avoir signalé aux autres dirigeants occidentaux qu’il est acceptable de faire de même. »

« Biden donnant l’accolade à MBS, privilégiant la realpolitik plutôt que les valeurs, semble avoir signalé aux autres dirigeants occidentaux qu’il est acceptable de faire de même »

- Andreas Krieg, King’s College de Londres

C’est toujours dans l’opulence la plus totale que le prince héritier s’est rendu en France jeudi. 

Il a séjourné au château Louis XIV, à Louveciennes dans les Yvelines près de Paris, décrit par le magazine Fortune comme la maison la plus chère du monde, avant de rencontrer le président Emmanuel Macron.

Le château a été vendu à un acheteur mystère pour 300 millions de dollars en 2015 et, bien que son propriétaire se cache derrière des sociétés écran, les conseillers de la famille royale ont confirmé au New York Times que Mohammed ben Salmane était son propriétaire ultime. 

Ironie du sort, cette propriété de luxe a été construite en 2009 par Emad Khashoggi, un cousin du journaliste assassiné. 

Macron, responsable des relations publiques de MBS ?
Lire

« Je suis scandalisée et outrée que le bourreau de mon fiancé soit reçu en grande pompe à l’Élysée. C’est une honte ! », a tweeté la fiancée de Jamal Khashoggi, Hatice Cengiz. 

Macron a salué le prince avec une longue poignée de main sur le perron de l’Élysée à Paris jeudi, contrastant avec le check avec Biden une semaine plus tôt

L’Élysée a déclaré vendredi que les deux dirigeants avaient convenu d’« atténuer les effets » de la guerre en Ukraine lors de leur dîner de travail.

La veille, à la suite de critiques de militants, un haut conseiller avait déclaré que le président français soulèverait la question des droits de l’homme avec le prince héritier. 

« L’ère de l’ostracisation post-Khashoggi est clairement révolue », conclut Andreas Krieg. « Les dirigeants occidentaux sont heureux d’élargir le fossé entre le discours en matière de droits de l’homme et de valeurs libérales et les actes de normalisation de leurs relations avec les régimes autoritaires. »

Traduit de l’anglais (original) par VECTranslation.