Aller au contenu principal

Des assassins de Jamal Khashoggi vivraient dans des villas « sept étoiles » à Riyad

Selon le Guardian, trois Saoudiens reconnus coupables de l’assassinat du journaliste seraient hébergés dans des logements gérés par l’agence de sécurité de Riyad
Les apparitions des trois hommes confortent les doutes quant à l’honnêteté de Riyad, qui affirme demander des comptes aux assassins de Jamal Khashoggi (Reuters)
Les apparitions des trois hommes confortent les doutes quant à l’honnêteté de Riyad, qui affirme demander des comptes aux assassins de Jamal Khashoggi (Reuters)
Par

Au moins trois membres d’un commando saoudien reconnus coupables par le royaume de l’assassinat du journaliste Jamal Khashoggi résident et travaillent « dans des logements sept étoiles » dans un complexe sécurisé géré par le gouvernement à Riyad, rapporte le Guardian.

Au lieu d’être détenus dans les tristement célèbres prisons d’Arabie saoudite, les tueurs condamnés seraient logés dans des villas et des bâtiments gérés par l’agence nationale de sécurité du royaume, où ils reçoivent régulièrement des membres de leur famille, mais aussi des traiteurs, des jardiniers et des techniciens. 

Une source en lien avec des membres haut placés des services de renseignement saoudiens a indiqué au journal britannique que Salah al-Tubaigy, le médecin légiste du ministère saoudien de l’Intérieur qui, d’après les révélations de Middle East Eye, a découpé le corps de Jamal Khashoggi à l’intérieur du consulat saoudien à Istanbul, était l’une des personnes aperçues dans le complexe.

Pourquoi les acteurs étatiques veulent enterrer Jamal Khashoggi
Lire

La source, qui s’est entretenue avec deux témoins affirmant avoir vu les trois hommes, a également déclaré que Mustafa al-Madani, le sosie envoyé par le commando et aperçu en train de quitter le consulat avec les vêtements de Jamal Khashoggi, et Mansour Abahussain, un major-général présent dans le consulat le jour de l’assassinat, ont également été repérés dans le complexe.

Mansour Abahussain et Mustafa al-Madani sont connus pour être des agents de renseignement employés par l’agence nationale de sécurité, selon le Guardian.

Par ailleurs, d’après la source, le chef de l’agence de sécurité saoudienne, Abdul Aziz ben Mohammed al-Howairini, a été vu avec certains des accusés et a également été aperçu en train d’utiliser la salle de sport du complexe.

Les témoins, qui ont choisi de rester anonymes, ont repéré les trois hommes fin 2019 et au milieu de l’année 2020.

En décembre 2019, un tribunal saoudien a condamné à mort cinq individus et envoyé trois autres prévenus en prison à la suite de l’assassinat. Si le procureur n’a pas nommé les individus condamnés, la rapporteure spéciale des Nations unies sur les exécutions extrajudiciaires a identifié les accusés, parmi lesquels figuraient Salah al-Tubaigy, Mustafa al-Madani et Mansour Abahussain.

« État paria »

Certains des accusés condamnés à mort ont vu leur peine commuée en peine d’emprisonnement. Le procès a été largement considéré comme une imposture, la rapporteure spéciale des Nations unies Agnès Callamard ayant notamment condamné une « parodie de justice ».

Les apparitions confortent les doutes quant à l’honnêteté de Riyad, qui affirme demander des comptes aux assassins de Jamal Khashoggi, chroniqueur pour Middle East Eye et le Washington Post.

Les dirigeants occidentaux sont également critiqués part des groupes de défense des droits de homme et des défenseurs de la liberté de la presse, qui les accusent de pas réclamer de comptes à l’Arabie saoudite et au prince héritier Mohammed ben Salmane (MBS) – que les États-Unis jugent responsable de l’assassinat de Jamal Khashoggi.

Le Golfe, toujours aussi prisé par la diplomatie française 
Lire

Lorsqu’il était candidat à la présidence, le président américain Joe Biden avait condamné l’Arabie saoudite : évoquant un « État paria », il réclamait une remise en question des liens entre Washington et le royaume. Pourtant, son conseiller à la sécurité nationale a rencontré le prince héritier en septembre, près de trois ans jour pour jour après l’assassinat.

Le président français Emmanuel Macron s’est rendu en Arabie saoudite et a rencontré MBS début décembre. Il s’agissait de la première visite d’un dirigeant occidental dans le royaume depuis la mort de Jamal Khashoggi.

Les apparitions de Salah al-Tubaigy, Mustafa al-Madani et Mansour Abahussain interviennent alors que l’arrestation puis la libération par la police française d’un homme initialement identifié comme étant lié au meurtre de Khashoggi sont toujours entourés d’un certain mystère.

L’homme a été arrêté à l’aéroport de Paris-Charles-de-Gaulle le 7 décembre, muni d’un passeport dont les données correspondent à un passeport détenu par Khaled Aedh al-Otaibi.

La police a ensuite relâché l’individu et évoqué une erreur d’identification. Toutefois, les autorités turques affirment que l’homme arrêté par les autorités françaises était le bon et détenait le passeport du membre de l’équipe qui a tué Khashoggi, avec le même nom et le même numéro de passeport.

Traduit de l’anglais (original) par VECTranslation.