Aller au contenu principal

L’armée israélienne se mobilise en force contre… des tee-shirts

En Cisjordanie occupée, des magasins de vêtements subissent des descentes de l’armée d’occupation israélienne pour saisir des vêtements portant le dessin du fusil M-16
Youcef Qebha, trois ans, a été obligé par des soldats israéliens a enlever son tee-shirt qui porte le dessin du fusil M-16 (Twitter)
Youcef Qebha, 3 ans, a été obligé par des soldats israéliens à enlever son tee-shirt qui porte le dessin du fusil M-16 (Twitter)
Par

Youcef, 3 ans, était tout fier de porter son nouveau tee-shirt que lui a acheté son père dans un marché à Jénine, en Cisjordanie occupée.

Mais son bonheur s’est heurté brutalement à la colère d’un soldat israélien tenant un barrage près de Yaabed, dans les environs de Jénine. « Ce garçon ne passera pas avec ce tee-shirt », crie le soldat, exigeant qu’il lui soit enlever sur le champ. La maman de Youcef et sa sœur Syla (6 ans) se rendaient vers leur ferme coupée de leur maison par le mur de séparation israélien et un check-point de l’armée d’occupation.

Les soldats imposent alors une fouille dans un fourgon militaire à la mère et aux deux enfants, obligeant le garçon à enlever son tee-shirt, que l’un des soldats jette hors du véhicule, par terre.

Le petit Youcef rentre chez lui, à 3 kilomètres du barrage, l’âme brisée, en pleurs, terrorisé et le torse nu.

Traduction : « Nom : Youcef Qebha. Âge : 3 ans. Lieu : Palestine. Crime : porter un tee-shirt avec le dessin d’un fusil. Punition : tee-shirt enlevé de force. L’ordonnateur : les soldats de l’occupation. Un scandale !!! »

Cette histoire, rapportée par plusieurs médias, a fait le tour des réseaux sociaux. Elle renseigne, encore une fois, sur les brutalités subies par les enfants palestiniens, mais aussi sur cette nouvelle mode de tee-shirts et autres vêtements portant le dessin d’un fusil d’assaut américain, le M-16.

De fabrication turque, ces tee-shirts se sont imposés comme la mode à suivre chez les jeunes Palestiniens, surtout en Cisjordanie occupée.

Pourquoi ? Parce que, tout simplement, le M-16 est connu pour être le fusil du Palestinien révolté, l’arme des factions de la résistance armée depuis la seconde Intifada, appelée affectueusement « la brune ».

Des poursuites en cours

Le chercheur Karim Djobran, de l’ONG israélienne B’Tselem, a déclaré à Al Jazeera que les actions de l’armée israélienne, qui multiplie les descentes dans des magasins de vêtements pour saisir tout ce qui est frappé du dessin du M-16, sont « illégales et immorales ».

Les résultats de recherche sur Google associent le keffieh palestinien au terrorisme
Lire

« L’occupation lutte contre un dessin, alors qu’elle permet aux colons et à leurs enfants de se balader avec cette arme », poursuit-il.

Ironisant, non sans colère, contre les agissements des forces d’occupation, le journaliste Gideon Levy écrit sur Haaretz : « La mode s’est élargie, il y a des chaussures, des chaussettes et des sweats, bientôt il y aura aussi des sous-vêtements : les caleçons de la terreur. La nouvelle ligne de soutiens-gorge de la terreur est en développement. Les forces d’occupation devront passer à des chasses à l’homme de personnes portant des soutiens-gorge et des caleçons. Les check-points auront des cabines d’examen construites à cet effet, et chaque Palestinien les traversant devra se déshabiller et montrer son slip ou son soutien-gorge. Les agents de la police des frontières recevront une formation spéciale pour découvrir les étiquettes de marque dissimulées ; des agents d’infiltration déguisés en Arabes - mista’arvim - ajouteront des chemises M16 à leur garde-robe. »

« L’occupation a décidé que c’était de l’incitation [à la violence], les actes d’accusation sont en cours. Excusez-moi, incitation à quoi, exactement ? Résister à l’occupation ? C’est légitime », poursuit le journaliste israélien.