Aller au contenu principal

Erdoğan menace d’une opération terrestre en Syrie

Le président turc menace depuis mai de lancer une nouvelle opération militaire dans le Nord de la Syrie, et l’attentat survenu le 13 novembre à Istanbul a précipité les événements
Le président Erdoğan s’est félicité des premiers effets des raids turcs (AFP/Adem Altan)
Par

Le président turc Recep Tayyip Erdoğan a menacé lundi de lancer une opération terrestre en Syrie, après une série de raids aériens contre des positions kurdes en Syrie et en Irak et des tirs de roquettes sur le sol turc.

« Il n’est pas question que cette opération soit uniquement limitée à une opération aérienne », a déclaré le chef de l’État aux journalistes turcs qui l’accompagnaient au retour du Qatar, où il a assisté à l’ouverture de la Coupe du monde de football.

Des proches pleurent les onze personnes tuées lors de frappes aériennes turques dans la province de Hassaké, dans le Nord-Est de la Syrie, le 21 novembre 2022 (AFP/Gihad Darwish)
Des proches pleurent les onze personnes tuées lors de frappes aériennes turques dans la province de Hassaké, dans le Nord-Est de la Syrie, le 21 novembre 2022 (AFP/Gihad Darwish)

Recep Tayyip Erdoğan menace depuis mai de lancer une nouvelle opération militaire dans le nord de la Syrie, et l’attentat survenu le 13 novembre à Istanbul, aussitôt attribué par Ankara aux combattants kurdes du PKK (Parti des travailleurs du Kurdistan) et des YPG (Unités de protection du peuple) a précipité les événements.

L’aviation turque a lancé dimanche l’opération « Griffe Épée », une série de raids qui ont visé 89 positions du PKK et des YPG dans le Nord de l’Irak et surtout le Nord-Est de la Syrie, faisant 35 morts selon un bilan, lundi, de l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH), qui dispose d’un vaste réseau de contacts en Syrie.

Lundi, des milliers de Syriens ont assisté aux funérailles d’une dizaine de ces victimes, a constaté un correspondant de l’AFP.

« Nous ferons payer ceux qui nous dérangent sur notre territoire »

« Nous implorons le monde et tous ceux qui se soucient des droits humains » de mettre fin aux attaques de la Turquie « qui nous cible avec ses avions et drones », a supplié Chaabane, 58 ans.

Mais après une série de tirs de roquettes depuis le territoire syrien vers la frontière turque, qui a fait au total trois morts et une quinzaine de blessés en Turquie depuis dimanche soir, l’heure n’est pas à l’apaisement. 

Turquie : après l’attentat à Istanbul, les Kurdes du PKK dans le viseur des autorités
Lire

Un enfant et un enseignant de la ville frontalière turque de Karkamis (Sud-Est) ont été tués lundi matin dans un tir de roquette parti de Syrie, selon le ministre turc de l’Intérieur.

Le président turc a réaffirmé sa détermination : « Nous avons déjà prévenu : nous ferons payer ceux qui nous dérangent sur notre territoire. »

« Les unités compétentes, notre ministère de la Défense et notre état-major, décideront ensemble de la puissance qui doit être engagée par nos forces terrestres », a-t-il annoncé, faisant état de « consultations » en cours.

Entre 2016 et 2019, la Turquie a mené trois opérations d’envergure dans le Nord de la Syrie contre les milices et organisations kurdes. Ankara répète vouloir créer une « zone de sécurité » de 30 km de large le long de sa frontière sud.

L’armée turque a lancé lundi de nouvelles frappes près de Kobané (Nord), a rapporté un porte-parole des Forces démocratiques syriennes (FDS), dont la principale composante sont les YPG kurdes. Une information confirmée par l’OSDH. 

L’un de ces raids a visé une position des forces du régime syrien, selon les FDS.

Un échange de tirs d’artillerie entre les forces turques soutenues par des supplétifs syriens et les FDS a éclaté par ailleurs après des tirs de roquette contre la ville turque de Karkamis, selon un correspondant de l’AFP.

Le président Erdoğan s’est félicité des premiers effets des raids turcs, menés à l’aide de « 70 avions et drones »

Le président Erdoğan s’est félicité des premiers effets des raids turcs, menés à l’aide de « 70 avions et drones », affirmant que les combattants kurdes « se sont enfoncés de 140 km dans le Nord de l’Irak et de 20 km dans le Nord de la Syrie ».

Il a assuré n’avoir eu « aucune discussion » avec les présidents américain Joe Biden et russe Vladimir Poutine au sujet de l’opération. 

Les États-Unis soutiennent les YPG dans le Nord-Est de la Syrie face aux combattants du groupe État islamique, et la Russie appuie des milices pro-régime dans la même région.

Lundi, le gouvernement allemand a appelé la Turquie à agir de façon « proportionnée et en respectant le droit international ».

« Ce qui implique notamment que les civils doivent être protégés », a insisté Berlin en exprimant son « extrême inquiétude ».

Middle East Eye delivers independent and unrivalled coverage and analysis of the Middle East, North Africa and beyond. To learn more about republishing this content and the associated fees, please fill out this form. More about MEE can be found here.