Aller au contenu principal

Des mercenaires de Wagner missionnés par Moscou « pour tuer le président ukrainien »

Selon The Times, plus de 400 mercenaires russes se trouveraient à Kiev avec ordre de Moscou d’assassiner le président Volodymyr Zelensky et son gouvernement
Cette photo partagée sur les réseaux sociaux montre des mercenaires russes du Wagner Group en Syrie (Twitter)
Cette photo partagée sur les réseaux sociaux montre des mercenaires russes du Wagner Group en Syrie (Twitter)
Par

« Le groupe Wagner, une milice privée dirigée par un des alliés les plus proches du président Poutine [Evgueni Viktorovitch Prigojine], et opérant comme une branche indépendante de l’État, a fait venir des mercenaires d’Afrique il y a cinq semaines pour une mission visant à décapiter le gouvernement Zelensky en échange d’une belle prime financière », affirme ce lundi 28 février le média britannique The Times.

Les Ukrainiens, informés de cette mission, ont décrété un couvre-feu de 36 heures pour « balayer la capitale » à la recherche de « saboteurs russes », avertissant les civils que s’ils bravaient le couvre-feu, ils risquaient d’être pris « pour des agents du Kremlin » et « liquidés ».

Une source anonyme liée au activités du groupe citée par The Times révèle que 2 000 à 4 000 mercenaires sont arrivés en janvier. Certains auraient été déployés dans les régions de Donetsk et Louhansk, 400 autres se seraient dirigés vers Kiev en passant par la Biélorussie.

Les négociations de paix, « un écran de fumée »

Selon une source proche de Wagner, les mercenaires ont été informés que Poutine « souhaitait faire une pause pour montrer qu’il négocie avec Zelensky ». Le président russe leur aurait toutefois assuré qu’il ne comptait conclure « aucun accord », ces efforts n’étant qu’« un écran de fumée ».

Des délégations russe et ukrainienne ont entamé lundi des pourparlers pour tenter de stopper la guerre. Selon la présidence ukrainienne, Kiev va demander lors des discussions, organisées dans une résidence du dirigeant biélorusse Alexander Lukashenko, un cessez le feu immédiat et le retrait des troupes (russes) du territoire ukrainien.

Le maire de Kiev, Vitali Klitschko, figure sur la liste des 23 personnes ciblées par Wagner (AFP/Sergei Supinski)
Le maire de Kiev, Vitali Klitschko, figure sur la liste des 23 personnes ciblées par Wagner (AFP/Sergei Supinski)

Le président Zelensky, qui ne participe pas aux négociations et dont la délégation est conduite par le ministre de la Défense Oleksiï Reznikov, a appelé depuis Kiev les soldats russes à « déposer les armes ».

En plus du président Zelenksy, les mercenaires de Wagner ont une liste de 23 personnes à cibler, dont le Premier ministre, les membres du cabinet, ou encore le maire de Kiev, Vitali Klitschko, assure The Times.

« Les mercenaires se vantent de savoir exactement où se trouvent le président et ses collègues à Kiev et sont apparemment capables de les suivre via leurs téléphones portables », peut-on lire.

« Wagner a également préparé le terrain pour une invasion, guidant les colonnes russes vers Kiev, localisant et planifiant des assassinats qui décapiteraient le gouvernement ukrainien. »

Wagner est connu pour opérer sur des théâtre de guerre, comme en Syrie ou en Libye.

Mi-février, le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian a déclaré qu’il y aurait également un millier de mercenaires du groupe russe au Mali. Selon les propos du général américain Stephen Townsend quelques jours avant, Bamako verserait à Wagner quelque dix millions de dollars par mois.