Aller au contenu principal

Attentat de Vienne : trois héros musulmans sauvent des vies

« Nous détestons le terrorisme, nous défendons l’Autriche, nous défendons Vienne », a déclaré l’un des jeunes musulmans qui ont brillé par leur courage lors de cet attentat
Recep Tayyip Gültekin, Mikail Özen et Oussama Abou al-Hosna (Twitter)
Recep Tayyip Gültekin, Mikail Özen et Oussama Abou al-Hosna (Twitter)
Par

Deux jeunes Autrichiens d’origine turque et un Palestinien se sont distingués par leur courage lors de l’attentat  revendiqué par le groupe État islamique (EI) qui a frappé Vienne lundi 2 novembre et fait quatre morts.

Parmi les quatre victimes, figurent un homme et une femme âgés, un jeune passant et une serveuse. L’une de ces victimes est allemande. Vingt-trois personnes restaient hospitalisées mardi, dont sept dans un état critique.

Ce soir-là, Mikail Özen et Recep Tayyip Gültekin, jeunes Autrichiens d’origine turque, adeptes des arts martiaux, déambulent dans le premier district de la capitale Vienne, en plein centre-ville, près d’une importante synagogue et de l’opéra, « pour boire un dernier café avant le couvre-feu », raconte Mikail dans une vidéo sur les réseaux sociaux.

Traduction : « Merci Mikail ! Maintenant, nous devons tous rester ensemble ! Tu es notre héros. »

« Soudain, il y a eu des coups de feu tout autour de nous », poursuit le jeune homme. L’assaillant, Kujtim Fejzulai, 20 ans, originaire de Macédoine du Nord, armé d’un fusil d’assaut, d’une machette et d’une ceinture d’explosifs factice, ouvre le feu alors que des Viennois sont attablés à des terrasses, profitant des derniers moments avant le confinement.

« Il n’y avait pas d’autre choix que d’aider »

- Mikail Özen

Mikail Özen et Recep Tayyip Gültekin étaient sur le point de garer leur voiture sur la Schwedenplatz. « Recep Tayyip a vu une femme allongée sur le sol, il a sauté de la voiture et lui est venu en aide », rapporte Mikail. Son ami est la cible du tireur. Il n’est touché que par un éclat. « Des gens couverts de sang étaient allongés sur le sol. Au milieu de tout cela, nous avons aidé une femme âgée pour la mettre en sécurité. »

« C’est à ce moment-là qu’on a vu un policier qui venait de recevoir une balle, il était tombé à terre. On ne pouvait pas rester là à le regarder, alors on a couru vers lui et on l’a porté sur nos épaules pour le mettre dans une ambulance, j’espère qu’il ira mieux », témoigne Mikail Özen. « Il n’y avait pas d’autre choix que d’aider », témoigne-t-il dans la presse autrichienne.

Le jeune homme tient à conclure sa vidéo ainsi : « Nous les musulmans d’origine turque, nous détestons le terrorisme, nous défendons l’Autriche, nous défendons Vienne. Nous respectons l’Autriche. Nous sommes prêts à aider quels que soient les événements et à n’importe quel moment, n’importe quel jour ou n’importe quelle seconde. »

« Quel que soit le pays dans lequel nous vivons, alors nous lui appartenons, nous devons aider l’État et respecter la loi. Nous l’avons appris », affirme le jeune homme à la presse.

« J’ai traîné l’officier avec moi derrière l’arbre pour nous protéger... »

L’autre héros du jour est le jeune Palestinien Oussama Abou al-Hosna, 23 ans, employé dans un restaurent près du lieu de l’attentat.

« Je sortais du parking avec un collègue pour rejoindre notre travail quand on a entendu des coups de feu », raconte Oussama au site Arabi 21

« Quand j’ai voulu voir ce qui se passait, l’assaillant m’a tiré dessus. Il était à trente mètres de moi mais il ne m’a pas atteint. J’ai couru pour m’abriter derrière un arbre mais le tireur à continuer à me cibler avec au moins dix balles », poursuit Oussama.

Des policiers viennent alors voir Oussama, l’interrogeant sur l’aspect physique du tireur. Cinq minutes plus tard, ces mêmes policiers s’accrochent avec l’assaillant et un des officiers de police est touché avant de tomber au sol.

« J’ai traîné l’officier avec moi derrière l’arbre pour nous protéger. Il était touché au pied et saignait beaucoup. J’ai essayé d’arrêter l’hémorragie et de donner les premiers secours alors que ses collègues continuaient l’échange de tirs avec l’assaillant. »

Une ambulance arrive. Oussama et le policier ne peuvent pas avancer, gênés par les échanges de tirs. « J’ai porté l’officier blessé jusqu’à l’ambulance, couvert par un autre policier. Deux autres personnes m’ont aidé à le porter », raconte le jeune homme.

Plus tard, quand la police a ratissé la zone pour trouver des témoins, ils ont emmené Oussama au commissariat. Mais des policiers l’ont reconnu et ont loué son courage qui a sauvé leur collègue de la mort. Il a été décoré de la médaille d’or de la police de Vienne.

"

Traduction : « La police de Vienne décore mon fils Oussama de la médaille d’or en reconnaissance de son courage qui a sauvé la vie d’un officier autrichien pendant l’attaque terroriste. Que Dieu protège mon fils et merci à l’Autriche. »

« Nous les Palestiniens, et plus généralement les Arabes et les musulmans, sommes fiers de notre islam et respectons toutes les religions et toutes les idéologies, et notre message de tolérance découle de notre religion. Bien que notre pays soit occupé [par Israël] et que nous ayons été forcés de le quitter, nous portons un message humanitaire d’amour, de tolérance et d’acceptation des autres partout dans le monde », a déclaré à Arabi 21 le père d’Oussama, Khaled Abou al-Hosna.

Oussama a rejoint en Autriche sa famille, originaire de Gaza, il y a deux ans. Après des études universitaires à Vienne, il a été recruté dans un fast food où il a été promu directeur adjoint d’une succursale.

Oussama et sa famille n’ont pu acheter une maison dans la communauté de Weikendorf (Basse-Autriche) que l’année dernière. « À ce moment-là, il y avait une forte résistance au sein de la communauté contre la famille musulmane qui emménageait, et une liste de signatures contre leur installation à Weikendorf a même été recueillie », rappelle le site Meinbezirk.

Le FPÖ (Parti de la liberté d’Autriche, nationaliste) s’était prononcé contre l’achat par la famille palestinienne de cette maison, précise encore Meinbezirk.