Aller au contenu principal

Gaza publie un enregistrement qui prouverait que l’AP a aidé Israël à tuer un dirigeant du Jihad islamique

L’enregistrement dévoilerait un officier des renseignements de l’Autorité palestinienne partageant des informations avec un agent israélien avant l’assassinat de Bahaa Abou al-Ata en novembre dernier
Les autorités gazaouies affirment que Shaaban Abdullah al-Gharbawi, un officier des renseignements de l’Autorité palestinienne, a été enregistré alors qu’il parlait à un agent israélien (capture d’écran)

Des responsables de Gaza ont accusé un officier des renseignements de l’Autorité palestinienne (AP) d’avoir aidé Israël à assassiner un haut dirigeant du Jihad islamique au mois de novembre dernier, et ont mis en ligne l’enregistrement d’une conversation téléphonique qui aurait eu lieu entre l’officier et un agent des renseignements israéliens.

Comment réagira Gaza à l’assassinat par Israël de dirigeants du Jihad islamique ?
Lire

Le ministère de l’Intérieur de Gaza a déjà arrêté six membres d’une cellule travaillant selon lui sous le commandement de Shaaban al-Gharbawi, l’officier des services de renseignements généraux de l’AP accusé de collaborer avec Israël.

Sous la direction de Gharbawi, ces hommes auraient espionné un dirigeant du Jihad islamique, Bahaa Abou al-Ata, pendant plusieurs mois avant son assassinat et celui de sa femme, Asmaa, par des avions de chasse israéliens à leur domicile de Gaza, le 12 novembre.

Les informations qu’ils ont réunies ont été partagées avec les services de renseignements israéliens, selon le ministère gazaoui.

Le Fatah, qui dirige l’AP, a démenti ces allégations. « Ce ne sont que des mensonges qui ne reposent en rien sur la réalité », a affirmé le Fatah dans un communiqué.

Cet assassinat a entraîné deux jours de combats entre armée israélienne et groupes palestiniens au cours desquels les frappes aériennes israéliennes ont tué 34 Palestiniens, dont des femmes et des enfants, avant qu’un accord de cessez-le-feu ne soit conclu. 

« Ya Barry »

Dans l’enregistrement rendu public jeudi, une voix qui, selon le ministère de l’Intérieur de Gaza, appartient à Gharbawi, rapporte à un autre homme, dont le ministère affirme qu’il s’agit d’un agent des renseignements israéliens appelé Barry, les détails des activités des combattants palestiniens et leurs projets le long de la frontière entre Israël et Gaza.

« Barry, les brigades al-Qods ont assisté à une réunion avec le conseil militaire et Bahaa Abou al-Ata était présent. Ils ont donné des instructions pour une opération de surveillance de trois jours afin de perpétrer une attaque à l’aide d’un missile Kornet », peut-on entendre.  

« Ils travaillent sur trois cibles, ya Barry », poursuit-il, avant de lister ces cibles. La voix de Barry est à peine audible en arrière-plan. 

« Ce n’est qu’une tentative manquée d’occulter les accords d’une trêve de longue durée avec l’occupation »

- Communiqué du Fatah

Dans son communiqué rejetant les allégations, le Fatah dit s’être habitué aux « mensonges du Hamas ». « Ce n’est qu’une tentative manquée d’occulter les accords d’une trêve de longue durée avec l’occupation », a déclaré le Fatah, en référence à Israël.

« En retour, Israël reconnaîtrait l’Émirat de Gaza et commencerait à mettre en œuvre l’accord du siècle qui vise à mettre un terme au projet national palestinien et à vendre Jérusalem et ses lieux saints. »

Un conflit existe entre le Fatah et le Hamas depuis 2006, lorsque ce dernier a remporté les élections législatives palestiniennes. L’année suivante, l’AP s’est divisée. Depuis, le Hamas gouverne de facto Gaza, tandis que le Fatah administre la Cisjordanie, dans un contexte de tensions permanentes entre les deux.

Abou al-Ata était un haut dirigeant des brigades al-Qods, l’aile militaire du Jihad islamique. Il avait rejoint le mouvement en 1990, avant de devenir le commandant du nord de la bande de Gaza.

Israël a tenté trois fois de l’assassiner, la dernière fois en 2014. Abou al-Ata a également été détenu dans les prisons de l’AP à plusieurs reprises en raison de ses activités au sein des brigades al-Qods.

Traduit de l’anglais (original) par VECTranslation.