Aller au contenu principal

Coronavirus : ces réfugiés pris au piège dans les Balkans alors que les frontières de l’Europe sont fermées

Les fermetures de frontières destinées à contenir la propagation du coronavirus bloquent les efforts des réfugiés qui tentent de quitter la Grèce pour l’Europe centrale
Les mesures de confinement ont ralenti le traitement des dossiers des migrants et l’assistance aux demandeurs d’asile (AFP)
Les mesures de confinement ont ralenti le traitement des dossiers des migrants et l’assistance aux demandeurs d’asile (AFP)
Par
AMMAN, Jordanie

Après une longue et épuisante attente, Nabil a finalement atteint l’Europe continentale. Mais alors que le continent lutte encore face à la propagation du coronavirus, ce réfugié syrien s’est retrouvé là où il avait commencé – bloqué et avec peu d’indications sur ce qui l’attend.

« Après sept années d’efforts pour venir en Europe afin de construire une nouvelle vie, je suis épuisé, et voilà ce qui arrive »

– Nabil, refugié syrien

La pandémie de coronavirus qui balaie la planète a obligé les pays à fermer leurs frontières et à piéger ainsi des milliers de réfugiés et de migrants en route pour l’Europe.

Ce réfugié syrien de 25 ans est actuellement coincé dans un appartement exigu à Athènes avec cinq autres migrants et voit ses finances s’épuiser. 

La route vers la Grèce a été longue pour Nabil. Le jeune réfugié dit avoir été torturé en Syrie avant de fuir la guerre pour se rendre en Jordanie, où il a été exploité pendant six années éreintantes. 

Il a survécu au naufrage d’un canot pneumatique pendant une traversée mortelle entre la Turquie et Lesbos et passé huit mois dans un camp de réfugiés. Avant la fermeture de la frontière en mars, il a finalement réussi à rallier l’Europe avec un faux passeport. Mais son voyage de sept ans a de nouveau été brusquement interrompu. 

Face à la pression migratoire, la Grèce en état d’alerte « maximum »
Lire

Depuis la Grèce, il avait pour projet de passer illégalement en Albanie et de traverser les Balkans occidentaux (région regroupant la Croatie, la Bosnie-Herzégovine, l’Albanie, le Kosovo, la Macédoine du Nord, le Monténégro, et la Serbie) – une voie migratoire importante – pour tenter d’arriver en Europe centrale.

Mais comme beaucoup d’autres, il a vu ses plans échouer en raison de la fermeture des frontières imposée dans le monde entier pour tenter de contenir la propagation du COVID-19.

« Les frontières étaient déjà fermées le jour où nous avons essayé de passer, donc nous avons été contraints de retourner à Athènes », raconte-t-il.

Nabil passe désormais son temps à apprendre des langues et à regarder des séries télévisées sur Netflix dans « un appartement de misère ». Il ose à peine quitter la maison de peur d’être pris et expulsé, surtout avec une présence policière accrue dans les rues de la ville.

Il est par ailleurs particulièrement important pour lui de prendre des précautions contre le COVID-19 afin d’éviter de se rendre à l’hôpital. 

Des pays de transit

La circulation dans les pays des Balkans occidentaux – généralement considérés comme des « pays de transit » – a été interrompue, selon les organisations humanitaires.

Le nombre de nouveaux arrivants en Europe du Sud-Est a chuté de 85 % en mai par rapport à avril 2019 et de 83 % par rapport à mars, selon Neven Crvenkovic, porte-parole régional du HCR (Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés) pour l’Europe du Sud-Est.

« Sans aucun doute, ceci est dû aux divers degrés de mesures restrictives introduites depuis l’émergence de la menace du COVID-19 », explique-t-il à MEE

Plus précisément en Bosnie-Herzégovine, un pays qui accueillait 700 migrants par semaine avant les mesures de confinement liées au coronavirus, les arrivées hebdomadaires se sont élevées en moyenne à environ 35 personnes au cours du dernier mois, selon l’Organisation internationale pour les migrations (OIM). 

En Grèce, pays en première ligne de la crise des réfugiés en Europe, le nombre d’arrivées de migrants a chuté de façon spectaculaire depuis le début de la fermeture des frontières. En avril, il y a eu moins de 40 arrivées dans les îles de la mer Égée, contre 1 423 en mars et environ 1 500 en avril 2019, selon le HCR. 

Les départs vers le continent ont également diminué.

Au cours de la période de sept semaines comprise entre le 23 mars et le 10 mai, 2 192 départs ont été enregistrés, soit une moyenne de 313 par semaine, alors que près de 2 000 départs ont été comptabilisés durant la semaine précédant cette période.  

Réfugiés dans les limbes juridiques grecs : « Je veux retourner en Syrie pour mourir »
Lire

Les mesures de confinement ont ralenti le traitement des dossiers des migrants et l’assistance aux demandeurs d’asile, ce qui a entraîné des retards ou la suspension des procédures d’asile, notamment l’enregistrement des demandes et les entretiens de détermination du statut de réfugié. 

À la mi-mars, l’OIM et le HCR ont annoncé une suspension temporaire de leur programme de réinstallation – considéré comme une bouée de sauvetage vitale pour les familles vulnérables – suite aux restrictions de voyage et aux problématiques sanitaires.

Dans certains pays, les migrants doivent rester confinés dans des centres d’asile et d’accueil, ce qui entraîne une surpopulation qui rend les mesures d’isolement difficiles à appliquer. L’enfermement a également intensifié la menace de violence sexiste et les risques pour la protection de l’enfance. 

Une liberté de circulation entravée

Aux côtés de partenaires locaux, le HCR conteste actuellement les restrictions de mouvement imposées aux demandeurs d’asile ainsi que les conditions de vie dans les centres qui ne permettent pas aux résidents de respecter les mesures de sécurité, selon Neven Crvenkovic.

Si la Bosnie-Herzégovine a assoupli les restrictions imposées à l’ensemble de la population il y a trois semaines, la circulation des migrants est toujours confrontée à de fortes contraintes.

Pour lutter contre l’impact des mesures de couvre-feu strictes imposées aux 5 200 migrants confinés dans six centres d’asile dans les cantons de Sarajevo et d’Una-Sana en Bosnie, l’OIM a organisé des livraisons de nourriture et supervise des sorties pour récupérer de l’argent via Western Union. 

« Ils n’ont eu aucune pitié » : les forces grecques accusées de dépouiller et de passer à tabac les réfugiés
Lire

« Nous ne pouvons en transporter qu’une poignée par jour », explique Peter Van der Auweraert, chef de mission en Bosnie-Herzégovine et coordinateur pour les Balkans occidentaux, qui précise que les migrants doivent de ce fait attendre jusqu’à dix jours pour avoir accès à de l’argent liquide.

« Cela entraîne de la frustration et il y a aussi le problème de ces personnes qui ne peuvent pas poursuivre leur voyage et qui deviennent donc anxieuses. Le fait de ne pas pouvoir sortir pour se promener crée également des tensions dans les centres », ajoute-t-il.

Le nombre d’incidents de sécurité a augmenté pendant le Ramadan, poursuit Peter Van der Auweraert, qui explique que le jeûne représentait une contrainte supplémentaire. « Les restrictions à la liberté de circulation ont certainement un impact sur la santé mentale des migrants. »

Bien que le nombre de migrants soit resté stable presque partout en Bosnie-Herzégovine pendant la crise sanitaire, se situant entre 6 000 à 6 500 personnes au total, leur nombre à Bira – une région septentrionale proche de la frontière croate – a diminué d’un millier contre toute attente, affirme Peter Van der Auweraert. 

Il prévoit également un afflux de migrants dans les semaines à venir à la suite à la levée des restrictions en Serbie, où 9 000 migrants sont répartis dans différents centres.

Une vérité difficile à accepter

Même lorsque les frontières rouvriront, ce qui lui permettra de poursuivre son voyage, Nabil craint que les passeurs ne gonflent les prix de leurs services – l’été est une période migratoire faste et en raison de la crise du COVID-19, la circulation restera probablement plus difficile que la normale pour ceux qui traversent les frontières illégalement, ce qui fera grimper les tarifs. 

Pour l’instant, il ne peut qu’attendre, mais comme il n’a aucun moyen de gagner de l’argent et que ses proches ont du mal à lui en envoyer, son désespoir grandit.  

« Après avoir payé le loyer cette semaine, il ne me restera plus que cinquante euros. J’espère que quelque chose va changer car je ne veux pas être sans abri ici », confie-t-il. Nabil a même envisagé de se livrer aux autorités et de se laisser expulser.

« C’est une période très difficile pour tout le monde. Je dois rester calme. Je ne veux pas anéantir tout ce que j’ai fait. Je n’aurais jamais imaginé finir dans un camp de réfugiés », affirme-t-il. 

« Quand ma famille m’appelle, je dis toujours que je loge dans un très bel hôtel. Même aujourd’hui, ils ne connaissent pas ma situation. Je suis sûr qu’ils seraient dévastés s’ils connaissaient la vérité. Après sept années passées d’efforts pour venir en Europe afin de construire une nouvelle vie, je suis épuisé, et voilà ce qui arrive. »

Traduit de l’anglais (original) par VECTranslation.