Aller au contenu principal

La Russie s’apprête à réaliser des exercices militaires en Égypte

« Protection de l'Amitié », le premier exercice militaire russe sur le sol égyptien, impliquera 500 parachutistes et 15 avions et hélicoptères
Le président russe Vladimir Poutine (à droite) serre la main de son homologue égyptien Abdel Fattah al-Sissi après leur entretien au Kremlin, à Moscou, le 26 août 2015 (AFP)

La Russie et l'Égypte s’apprêtent à organiser dans quelques jours les premiers exercices militaires conjoints impliquant des troupes aéroportées sur le territoire égyptien, a déclaré mardi le ministère russe de la Défense.

« Les exercices conjoints russo-égyptiens auront lieu à la mi-octobre 2016 sur le territoire égyptien », a-t-il dit, sans préciser de date.

Les exercices, appelés « Protection de l'Amitié 2016 », impliqueront 500 soldats, 15 avions et hélicoptères et 10 unités de matériel militaire, a indiqué le ministère, décrivant les exercices comme « anti-terroristes ».

« Ce sera la première fois dans l'histoire qu’aura lieu une livraison aéroportée par parachute de plusieurs véhicules de combat de troupes aéroportées russes dans le climat désertique de l'Égypte », a ajouté le ministère.

L'année dernière, la Russie et l'Égypte ont tenu leurs premiers exercices navals conjoints en Méditerranée, lesquels ont impliqué le navire de guerre Moskva, vaisseau amiral de la flotte russe en mer Noire.

Cette décision intervient un jour après que les médias russes ont rapporté que Moscou était en pourparlers avec Le Caire pour permettre à la Russie d'utiliser des bases militaires à travers le pays, y compris une base aérienne située sur la côte méditerranéenne près de la frontière avec la Libye.

Vendredi, l'Égypte a voté en faveur d'une résolution parrainée par la Russie au Conseil de sécurité des Nations unies concernant le bombardement d'Alep.

Un responsable égyptien a en outre déclaré à Reuters que les approvisionnements de l’Égypte en pétrole saoudien avaient été interrompus au début du mois.

Il est peu probable que le basculement de l'Égypte en faveur de la Russie dans le conflit syrien ait été bien accueilli à Riyad, un soutien financier important du président Abdel Fattah al-Sissi.

Les relations entre le Caire et Washington sont également tendues depuis le coup d'État militaire de Sissi qui a renversé le président élu des Frères musulmans Mohamed Morsi en 2013. Les États-Unis avaient brièvement suspendu leurs ventes d'armes en raison de violations des droits de l'homme.

Un rapport de 2016 commandé par le Service de recherche du Congrès américain a constaté qu’entre 1948 et 2015, les États-Unis ont fourni à l'Égypte 76 milliards de dollars en aide étrangère bilatérale (non ajustée à l'inflation), dont 1,3 milliard de dollars par an en aide militaire de 1987 à nos jours.

La Russie est particulièrement désireuse de rénover une ancienne base navale soviétique dans la ville côtière de Sidi Barani, qui a été utilisée jusqu'en 1972 pour surveiller les navires de guerre américains en Méditerranée, ont indiqué des sources des ministères des Affaires étrangères et de la Défense russes au quotidien local Izvestia.

Selon ces sources, un accord pourrait voir la base de Sidi Barani être rénovée et prête à être utilisée comme base aérienne en 2019.

Le Caire est « prêt à accepter de donner une concession à Moscou pour aborder les questions géopolitiques essentielles, si les besoins du côté égyptien sont satisfaits », aurait confié au journal une source du ministère de la Défense.

Le président russe Vladimir Poutine affirme depuis longtemps qu'il aimerait voir la Russie maintenir une présence permanente en Méditerranée.

La Russie possède déjà la base aérienne de Hmeimim dans la province de Lattaquié, sur la côte méditerranéenne syrienne.

Elle exploite également une base navale à Tartous, à quelques 80 km au sud.

Le ministère russe de la Défense a déclaré lundi qu'il visait à rendre la base navale de Tartous « permanente » et qu’il était en train d'élaborer les documents nécessaires pour parvenir à un accord à plus long-terme.

« À Tartous, nous aurons une base navale permanente en Syrie », a déclaré lundi au parlement le vice-ministre russe de la Défense, Nikolaï Pankov,

Cette déclaration est intervenue quelques jours après l’annonce faite par Moscou de l’envoi d’un système de défense antiaérienne S-300 sur la base navale de Tartous dans le but de renforcer sa sécurité.

Traduit de l’anglais (original).