Aller au contenu principal

États-Unis : Kamala Harris a servi du vin fabriqué dans une colonie israélienne illégale pour Pessah

Un conseiller de la vice-présidente affirme que la présence de ce vin n’est pas une expression politique, mais cela révèle un « profond mépris pour les Palestiniens » selon leurs défenseurs
Kamala Harris et son mari Doug Emhoff, premier conjoint juif de vice-président, dans la rotonde du Capitole américain, le 12 janvier 2022 (AFP)
Kamala Harris et son mari Doug Emhoff, premier conjoint juif de vice-président, dans la rotonde du Capitole américain, le 12 janvier 2022 (AFP)
Par

La vice-présidente américaine Kamala Harris a servi du vin produit dans une colonie israélienne illégale de Cisjordanie occupée lors d’un séder de Pessah (élément majeur de la Pâque juive symbolisant l’histoire de l’Exode) qui s’est tenu ce weekend, suscitant l’indignation des défenseurs de la Palestine et de groupes juifs.

Kamala Harris et son mari Doug Emhoff, premier conjoint juif d’un président ou vice-président américain, ont organisé cette fête dans leur résidence de Washington.

Les vignobles israéliens veulent participer à l’essor mondial du vin des colonies
Lire

Emhoff a tweeté une photo du séder, auquel participaient les membres du personnel de confession juive de la vice-présidente.

Un journaliste de Channel 12 News a pointé le fait que le vin sur la table venait de Psagot, un vignoble en Cisjordanie occupée.

Herbie Ziskend, conseiller en communication de la vice-présidence, a assuré sur Twitter que le vin servi lors du séder « n’était en aucun cas une expression politique ».

Mais les groupes pro-Palestiniens ont critiqué la présence de ce vin, jugeant que sa consommation en elle-même démontre un « mépris des Palestiniens » et que la politique internationale vis-à-vis des colonies israéliennes n’est qu’« hypocrisie ».

« Kamala Harris a servi du vin de Psagot pour son séder de Pessah. Il est produit dans une colonie israélien illégale qui colonise la Cisjordanie occupée. Cela démontre un profond mépris pour les Palestiniens et le droit international » a tweeté Michael Bueckert, vice-président de l’association des Canadiens pour la justice et la paix au Moyen-Orient.

Étiquetage « Fabriqué en Israël »

La présence de ce vin sur la table du séder est également à l’origine d’une pétition lancée par Americans for Peace Now, une organisation sioniste libérale américaine, qui veut trouver une solution au conflit israélo-palestinien.

Cette pétition demande à l’administration Biden l’annulation d’une règle établie par l’administration Trump concernant l’étiquetage des produits des colonies qui portent désormais la mention « Fabriqué en Israël ».

Traduction : « Il n’est pas surprenant que la vice-présidente Kamala Harris serve du vin des colonies israéliennes pour son dîner du séder.
Il n’est pas surprenant non plus que le magasin duty-free de l’ONU à Jérusalem vende du vin provenant des colonies israéliennes.
Partout, la politique selon laquelle les colonies israéliennes sont illégales n’est qu’hypocrisie. »

« Les colonies de Cisjordanie ne sont pas en Israël. Elles ont été construites en territoire occupé, sous occupation militaire israélienne, dans le but déclaré d’empêcher la création d’un État palestinien, pour saboter tout futur accord de paix israélo-palestinien avec une solution à deux États », indique la pétition adressée au secrétaire d’État Antony Blinken.

« Nous vous exhortons, vous et l’administration Biden, à revenir sur la directive du département d’État adoptée sous l’ère Trump qui autorise l’étiquetage “Fabriqué en Israël” pour les produits fabriqués dans les colonies de Cisjordanie. »

« Faire cela rectifierait une politique dommageable et malavisée et serait une contribution significative à l’avancement d’un accord de paix israélo-palestinien. »

La colonie Psagot a été créée en 1981 sur les terres d’al-Bireh, juste à l’extérieur de la ville de Ramallah, dans le centre de la Cisjordanie.

Les Palestiniens appellent Jabal al-Taweel la colline où est construite la colonie et le site est constitué de plusieurs dizaines d’hectares de terres palestiniennes appartenant à des particuliers.

« Terrorisme agricole » : comment les colons détruisent les cultures palestiniennes
Lire

Le vignoble a fait les gros titres il y a plusieurs années en baptisant une cuvée du nom de l’ancien secrétaire d’État américain Mike Pompeo.

En 2019, ce dernier avait déclaré que les colonies israéliennes en Cisjordanie ne contrevenaient pas au droit international, une initiative qui a suscité des critiques généralisées chez les Palestiniens.

En décembre 2020, l’administration Trump de l’époque avait requis que les produits fabriqués dans les colonies israéliennes, construites en contradiction avec le droit international dans les territoires palestiniens occupés soient étiquetés « Fabriqué en Israël ».

Cette décision politique n’avait cependant pas engendré de changement similaire au sein de la communauté internationale, qui continue à considérer que les colonies israéliennes sur les terres palestiniennes occupées sont illégales.

Cet important revirement politique a été condamné par les Palestiniens et les organisations juives progressistes qui demande depuis à l’administration Biden de revenir dessus.

Israël occupé la Cisjordanie depuis 1967 et la guerre des Six Jours et exerce un contrôle administratif total sur la plupart de ce territoire, où vivent plus de deux millions de Palestiniens.

Les colonies israéliennes en Cisjordanie et à Jérusalem-Est enfreignent la quatrième Convention de Genève, laquelle interdit le transfert de populations civiles dans des zones sous occupation militaire.

Traduit de l’anglais (original) par VECTranslation.