Aller au contenu principal

La France rapatrie 35 mineurs et 16 mères détenus dans des camps syriens

Les 35 enfants rapatriés mardi au cours d’une opération sur laquelle rien n’a filtré à ce stade s’ajoutent aux 126 enfants dont les parents avaient rejoint des territoires repris à l’État islamique déjà rapatriés en France depuis 2016
Huit femmes et un mineur rapatriés ont été placés en garde-à-vue, selon la justice française (AFP/Delil Souleiman)
Huit femmes et un mineur rapatriés ont été placés en garde-à-vue, selon la justice française (AFP/Delil Souleiman)
Par

La France a rapatrié mardi 35 mineurs et 16 mères présents dans des camps de prisonniers islamistes en Syrie depuis la chute de l’organisation État islamique (EI), répondant à une demande répétée des ONG et des familles qui disent espérer la fin de la politique « inhumaine » du « cas par cas ». 

Il s’agit du premier rapatriement aussi massif en France d’enfants et de mères depuis la chute en 2019 du « califat » de l’EI, d’où avaient été notamment planifiés les très meurtriers attentats du 13 novembre 2015 en France, dont le procès vient de s’achever. 

« La France a procédé ce jour au retour sur le territoire national de 35 enfants mineurs français qui se trouvaient dans les camps du nord-est de la Syrie », a annoncé le ministère français des Affaires étrangères dans un communiqué.

« Cette opération inclut également le retour de seize mères en provenance de ces mêmes camps », ajoute le Quai d’Orsay, qui précise que les mères ont été remises aux autorités judiciaires et les enfants aux services d’aide à l’enfance.

Selon le Parquet national antiterroriste, sur les trence-cinq mineurs, sept sont des enfants isolés. Quant aux seize femmes, âgées de 22 à 39 ans, « quatre avaient déjà consenti au retour de leurs enfants au cours des derniers mois » et « douze sont revenues accompagnées de leurs enfants ». 

Nadia, 5 ans, de la terre de Daech à la vie chez son grand-père en France
Lire

Toutes ont la nationalité française « sauf deux d’entre elles qui ont en revanche des enfants français », précise le PNAT dans un communiqué. 

Huit ont été placées en garde-à-vue « en exécution d’un mandat de recherche, huit font l’objet d’un mandat d’arrêt », ajoute-t-on de même source. Un mineur a également été placé en garde-à-vue, selon une source proche du dossier.

L’annonce du rapatriement a été saluée par le Collectif des familles unies, qui regroupe des familles de Français partis en zone irako-syrienne et qui avait récemment demandé au président Emmanuel Macron de « commencer son second mandat » en rapatriant « tous les enfants français » détenus en Syrie. 

Dans un communiqué publié mardi, le collectif indique « espérer » que ce dernier rapatriement « signe la fin de cette abjecte politique du ‘’cas par cas’’ qui revient à trier des enfants, à séparer les fratries et à arracher des enfants à leurs mères ».

« C’est la première fois que la France rapatrie des enfants avec leurs mères des camps de prisonniers syriens, et cette première opération doit sonner le glas d’une politique inhumaine qui dure depuis des années », ajoute-t-il, appelant à « rapatrier tous les enfants avec leurs mères dès cet été ».

Les 35 enfants rapatriés mardi au cours d’une opération sur laquelle rien n’a filtré à ce stade s’ajoutent aux 126 enfants dont les parents avaient rejoint des territoires repris à l’État islamique déjà rapatriés en France depuis 2016.

Un viol du droit à la vie

Avant ce dernier rapatriement, il restait près de 200 mineurs et 80 mères dans des camps du nord-est syrien contrôlés par les Kurdes.

« Un certain nombre de familles restent sur place alors que rien ne justifie que ces enfants soient privés de libertés et leur vie sacrifiée sur l’autel de l’opinion publique », estime pour sa part Martin Pradel, avocat de familles toujours en Syrie.

En 2019, près de sept Français sur dix étaient opposés au retour des enfants de membres de l’EI, selon un sondage Odoxa-Dentsu Consulting pour France Info et Le Figaro.

« Les gens disent qu’ils n’ont qu’à crever là-bas » : les mères d’enfants radicalisés racontent la société qui les rejette
Lire

La question du sort de ces enfants s’invite depuis trois ans dans le débat politique en France, où avocats, parlementaires et ONG appellent régulièrement les autorités françaises à les rapatrier. 

Un célèbre neuropsychiatre français, Boris Cyrulnik, a notamment exhorté en janvier le président Emmanuel Macron à les rapatrier, ainsi que leurs mères, estimant qu’ils constituaient sur place « une menace pour notre sécurité ». 

Fin avril, la Défenseure des droits, Claire Hédon, avait exhorté le gouvernement à procéder au rapatriement « dans les plus brefs délais » de tous les enfants français retenus dans les camps du nord-est de la Syrie.

Le même mois, le Comité des droits de l’enfant de l’ONU estimait que le refus de la France de rapatrier ces enfants « violait leur droit à la vie, ainsi que leur droit à ne pas subir de traitements inhumains et dégradants ». 

La Belgique, qui compte avec la France parmi les pays européens ayant vu partir le plus grand nombre de combattants étrangers dans la zone irako-syrienne, a récemment procédé au rapatriement de seize enfants et de six mères, tous Belges.  

Par Anne Sophie Labadie et Marine Pennetier.