Aller au contenu principal

Nadia, 5 ans, de la terre de Daech à la vie chez son grand-père en France

Depuis 2016, 126 enfants dont les parents ont rejoint des territoires conquis à l’État islamique ont été rapatriés en France. Mais à cause de la réticence de Paris, près de 200 mineurs sont toujours retenus dans l’hostilité des camps du désert syrien
Un enfant marche sous la pluie au Camp de Roj, où sont détenus des proches de personnes soupçonnées d’appartenir au groupe État islamique (EI), dans le nord-est de la Syrie (AFP/Delil Souleiman)
Un enfant marche sous la pluie dans le camp de Roj, où sont détenus des proches de personnes soupçonnées d’appartenir au groupe État islamique, dans le nord-est de la Syrie (AFP/Delil Souleiman)
Par
PARIS, France

Le tableau à craie, les peluches et le lit cabane aux couleurs vives n’attendent qu’elle. Arrivée en France à l’été 2021, Nadia*, 5 ans, née de parents membres du groupe État islamique (EI), devrait bientôt emménager chez son grand-père, après des retrouvailles graduelles et sécurisées.

« Ça m’a pris trois mois pour la voir » après son arrivée sur un tarmac francilien, raconte le grand-père, Sofiane*. Elle avait « la bouche pratiquement noire », pleine d’abcès.

Elle avait « très peur des hommes », réminiscence des combats et des souffrances des camps de déplacés en Syrie. « Elle se cachait derrière les jambes de sa mère. »

Ce rempart maternel s’est désagrégé à l’aéroport. « Sa mère l’avait préparée à la séparation. Elle lui a dit ‘’on va voir le docteur, je te reverrai tout à l’heure’’. »

Elle a été placée en détention dès sa descente d’avion, « pour avoir rejoint Daech (l’EI) » en 2015 en Irak. Nadia est, elle, prise en charge par l’Aide sociale à l’enfance, son doudou comme seul repère et dans la bouche un même mot : « oummi » (maman en arabe).

Marie Dosé : « Je ne pensais pas qu’ils allaient la laisser mourir »
Lire

Comme les 126 mineurs français rapatriés depuis 2016, Nadia est entourée d’une batterie de professionnels. Elle vit pour l’instant dans une famille d’accueil.

Au départ, aucun contact direct n’est autorisé avec son grand-père, mais l’aïeul obtient, à distance, des informations sur son évolution. On lui rapporte par exemple la colère de la fillette contre sa mère lors des premières visites en prison.

En parallèle, Sofiane et sa famille font l’objet d’investigations judiciaire et sociale destinées à évaluer sa capacité à devenir tiers de confiance et assumer la garde de la fillette le temps de l’incarcération de sa mère, qui garde l’autorité parentale.

Perquisitions, fouille des ordinateurs et des répertoires, leur histoire est passée au crible pour comprendre son fonctionnement, l’embrigadement de leur fille, et son positionnement par rapport à cela.

Une fois ces points sécurisés, l’enfant peut rencontrer ce grand-père vu jusqu’alors par seul écran interposé. La première fois, l’entrevue dure une heure, puis une demi-journée, toujours sous la supervision d’un éducateur qui observe les réactions de la fillette.

« On ira doucement »

Sofiane est lui aussi soutenu sur le plan psychologique. Il lui a fallu gérer l’incompréhension et le choc initial face à la radicalisation de sa fille.

Pendant l’année qui a suivi la sortie de cette dernière d’un camp tenu par les Kurdes en Syrie, il a également pu anticiper son rapatriement dans le cadre d’un accord de coopération entre Paris et Ankara pour organiser le retour de présumés membres français de l’EI qui sont entre les mains des autorités turques

Dangereuses ou repenties, les « étrangères de Daech » n’ont aucun espoir de retour
Lire

Mais avant de rencontrer en chair et en os sa petite-fille née sous les balles, « on avait besoin d’abord que l’enfant soit stabilisée » car « son plus grand trauma, c’est la séparation avec sa mère. Jamais elle ne l’avait laissée. Elles étaient en peau à peau depuis la naissance de la petite qui ne comprend pas que sa mère reste là-bas [en prison] », témoigne Sofiane.

Au fil des semaines, des coloriages faits ensemble et des rencontres devenues hebdomadaires, « l’enfant s’est habituée à moi ». Elle « ne semble pas malheureuse », veut croire Sofiane, qui s’efforce de créer un cocon affectif. « Je lui avais envoyé un doudou, un kangourou beige, que l’enfant a ramené et gardé », raconte-t-il.

« Nous avons préparé un vélo et acheté des outils de jardin, un tablier de cuisine », mais aussi, en vue de son entrée en grande section de maternelle en septembre, un livre musical de fables et des cahiers de formes pour l’alphabet. Sa mère a également proposé de lui faire un premier cadeau : un poisson rouge « comme repère », avant son installation définitive.

« On a hâte d’entrer dans le concret », dit Sofiane, qui aimerait un processus moins long. Mais « on ira doucement », et discrètement, « pour éviter d’être stigmatisés ».

* Prénom d’emprunt.

Par Anne Sophie Labadie.