Aller au contenu principal

L’Algérie pourra-t-elle échapper au FMI ?

L’avenir du modèle économique algérien suscite une perplexité et une inquiétude croissantes. Même si le président Tebboune rejette tout recours au Fonds monétaire international, les économistes sont nombreux à prédire que le rendez-vous est inévitable
 Selon le ministre de l’Énergie, Abdelmadjid Attar, qui s’exprimait à la radio publique mardi 21 juillet, en raison de la crise du marché pétrolier et de la pandémie, le secteur des hydrocarbures ne devrait percevoir que 23 milliards de dollars de recette en 2020 contre 33 milliards en 2019 (AFP)
Selon le ministre de l’Énergie, Abdelmadjid Attar, qui s’exprimait à la radio publique mardi 21 juillet, en raison de la crise du marché pétrolier et de la pandémie, le secteur des hydrocarbures ne devrait percevoir que 23 milliards de dollars de recette en 2020 contre 33 milliards en 2019 (AFP)

Le constat est aujourd’hui largement partagé. L’Algérie n’a pas été capable de « semer le pétrole ». Les ressources disponibles, d’un niveau considérable, ont surtout servi à financer d’importantes infrastructures, principalement à destination de la population, et à encourager différentes formes de consommation improductive.

En l’absence de toute diversification significative de l’économie au cours des dernières décennies, le « syndrome algérien » pourrait  apparaître comme un véritable cas d’école : celui d’une économie largement arrosée pendant plus d’un demi-siècle par d’abondants revenus pétroliers et qui court le risque désormais de se retrouver face à un désert économique une fois la rente épuisée. L’Algérie est en effet le premier pays pétrolier de la région MENA en situation de crise financière structurelle.

« La situation est catastrophique sur tous les plans. » Ce diagnostic alarmant n’est pas celui d’un opposant politique ou d’un observateur étranger plus ou moins mal intentionné. C’est le cri du cœur, lancé au printemps, par le Premier ministre algérien.  

« La situation est catastrophique sur tous les plans »

- Abdelaziz Djerad, Premier ministre

Il est vrai qu’Abdelaziz Djerad évoquait « l’état des lieux hérité de la gouvernance antérieure qui traduit les grandes menaces qui continuent de peser sur la situation économique et sociale du pays, marquée notamment par une situation financière très fragile et de profonds déséquilibres ».

Ce jugement sévère a été formulé au mois de mars. Pour une économie algérienne déjà mal en point, la pandémie de COVID-19 n’a rien arrangé. Le choc est de nouveau particulièrement brutal. Sa principale conséquence est un effondrement des cours pétroliers qui va encore diviser par deux les recettes extérieures du pays en 2020. 

Le gouvernement s’attend pour l’année en cours à des exportations qui ne dépasseront pas 20 milliards de dollars alors qu’elles étaient proches de 36 milliards de dollars l’année dernière et de plus de 70 milliards en 2014. 

La croissance déjà en berne depuis plusieurs années – d’à peine 0,7 % en 2019 – sera fortement négative cette année selon le Fonds monétaire international (FMI), qui annonce un recul du PIB supérieur à 5 % et un taux de chômage qui devrait bondir au-dessus de 15 %.

De sombres perspectives qui ont semblé d’abord alerter le nouveau personnel politique issu des élections de décembre 2019. Le président Abdelmadjid Tebboune, porté au pouvoir dans le sillage du hirak algérien, a multiplié au cours des derniers mois les déclarations solennelles au sujet de la nécessité de « réformer en profondeur » l’économie algérienne.

Dès le printemps, il avait réuni en urgence une série de conseils des ministres exceptionnels destinés à faire face à une situation présentée comme dramatique. Principale mesure « ordonnée » par le nouveau président algérien dans le contexte d’un effondrement brutal des prix du baril : une forte cure d’amaigrissement imposée au budget de l’État.

Dans une première étape, dès le mois de mars, il s’agissait de réduire de 30 % le train de vie de l’État en 2020. Cette première annonce a semblé encore insuffisante et quelques semaines plus tard, alors que le baril plongeait à 20 dollars, le chef de l’État algérien mettait à profit un nouveau Conseil des ministres « extraordinaire » pour instruire cette fois le gouvernement de réduire le budget de fonctionnement de 50 %.

Face au déclin pétrolier, l’Algérie en quête d’un nouveau modèle économique
Lire

À peine deux mois plus tard, le gouvernement algérien livre sa copie. La loi de finances rectificative pour l’année 2020 a été adoptée en juin par le Parlement et a été signée dans la foulée par le président Tebboune.

Elle prévoit une réduction symbolique d’à peine un peu plus d’1 % des dépenses du budget de fonctionnement pour l’année en cours. Elles atteindront encore près de 40 milliards de dollars. 

Les bonnes résolutions et les déclarations martiales des dirigeants algériens n’ont pas résisté aux réalités économiques et se sont heurtées au caractère quasiment incompressible à court terme des dépenses budgétaires. 

Ces dernières sont désormais consacrées pour plus des trois quarts aux paiements des salaires de trois millions de fonctionnaires et aux pensions d’autant de retraités dont la moitié des revenus dépend actuellement du budget de l’État en raison de la situation de « quasi-faillite » – l’expression a été utilisée par Abdelaziz Djerad – de la caisse de retraite.

« En Algérie, l’ajustement économique à la situation créée par la chute des prix pétroliers de 2014 n’a pas encore commencé. Depuis six ans, le pays vit financièrement au-dessus de ses moyens et accumule des déficits internes et externes d’un niveau considérable », résume l’expert financier algérien Rachid Sekak à Middle East Eye.

L’échéance de mars 2022

Plombées par la baisse brutale des prix du baril qui a divisé par deux les recettes de la fiscalité pétrolière en juin 2014, les finances publiques algériennes sont en crise permanente. Le déficit du budget de l’État a dépassé le niveau astronomique de 15 % du PIB dès l’année 2015. 

Plutôt que de réaliser des ajustements économiques douloureux en dévaluant le dinar et en réduisant les dépenses publiques et les transferts sociaux, ainsi que le recommandent en chœur économistes algériens et institutions financières internationales, les gouvernements algériens successifs ont préféré maintenir le niveau des dépenses de l’État. Au risque d’épuiser rapidement les réserves financières du pays accumulées au cours de la période faste des prix pétroliers supérieurs à 100 dollars.

Les réserves de change du pays fondent comme neige au soleil depuis près de six ans. Après avoir atteint un pic historique de 200 milliards de dollars en 2014, elles auront du mal à se maintenir au dessus de la barre des 40 milliards de dollars à la fin de l’année 2020.

« Depuis six ans le pays vit financièrement au-dessus de ses moyens »

- Rachid Sekak, expert financier

Avec des déficits de la balance des paiements qui se situent entre 20 et 30 milliards de dollars au cours des dernières années, le calcul sur leur durée de vie probable est vite fait : il ne restera plus rien d’ici à 2022.

En dépit de son discours « réformateur » affiché depuis son installation en janvier dernier, le nouveau pouvoir politique algérien poursuit dans la même voie que ses prédécesseurs. 

Fin juin, il congédiait quasiment tous les ministres en charge de l’économie après moins de six mois d’exercice.

Une sanction symbolique qui n’empêchera pas les déficits internes et externes d’exploser en 2020. Selon le FMI, ils seront, de très loin, les plus importants de la région MENA. 

Au mois d’avril, le FMI et la Banque mondiale prévoyaient même des « déficits jumeaux » proches du niveau record de 18 % du PIB pour l’année en cours.

En Algérie, voici près d’une décennie que des think tanks très actifs dans le débat public (NABNI, CARE), de très nombreux experts indépendants et tout le petit monde de l’économie sont unanimes pour dire que, faute d’une mise en œuvre rapide de réformes, le pays va « dans le mur ».

Ces avertissements, souvent étayés par des analyses rigoureuses, ont mis en évidence le caractère particulièrement inefficace et dispendieux d’une gouvernance et d’une régulation économique qui, au cours des dernières décennies, ont largement favorisé la consommation improductive au détriment de l’investissement, et les importations au détriment de la production locale.

Mars 2022 : c’est à cette date que, selon plusieurs experts, l’économie algérienne devrait se retrouver en cessation de paiement.

Au mois de mai, Abderrahmi Bessaha, ancien expert au FMI et spécialiste des politiques publiques, était l’invité du think tank algérien CARE. Il assure en substance que si « l’Algérie ne se dote pas d’une task force pour élaborer et lancer un programme de réformes économiques ambitieuses dans les trois à six mois, elle se trouvera en situation de faillite financière en mars 2022 ».

Au passage, l’expert algérien livre quelques informations inédites. Les autorités algériennes viennent de décliner une offre d’assistance financière du FMI qui leur donnait la possibilité d’obtenir plusieurs centaines de millions de dollars de crédits dans le cadre des programmes de lutte contre les conséquences du COVID-19.

L’Algérie est un des seuls pays de la région à ne pas avoir eu recours à ces aides financières qui ne sont assorties d’aucune conditionnalité.

L’évolution récente des perspectives financières du pays confirme et renforce le pronostic largement partagé d’une situation de quasi-faillite financière vers la fin 2021 ou le premier semestre 2022. Pour beaucoup d’économistes algériens et étrangers, l’Algérie aurait, aux alentours de cette date, un rendez-vous programmé avec le FMI.

Mars 2022 : c’est à cette date que, selon plusieurs experts, l’économie algérienne devrait se retrouver en cessation de paiement

Pas question, affirment en chœur, pour l’instant, tous les responsables algériens. « Nous n’irons ni au Fonds monétaire international ni à la Banque mondiale car l’endettement porte atteinte à la souveraineté nationale, une expérience que nous avons vécue au début des années 1990 », a déclaré avec beaucoup de fermeté le président Tebboune au mois de mai lors de son entrevue périodique avec des responsables de médias nationaux.

Fraîchement nommé, son nouveau ministre des Finances, Aymen Benabderrahmane, a bien compris le message. Dans sa première intervention publique, il assurait début juillet : « L’Algérie n’aura pas recours à l’endettement extérieur. Nous travaillerons pour la préservation de l’indépendance de nos décisions financières. »

Commentaire d’un haut fonctionnaire algérien qui a préféré garder l’anonymat : « Il s’agit de vœux pieux. Au cours des dernières années, notre pays a déjà très largement entamé ses marges de manœuvre financières. Les réserves de change sont en voie d’épuisement. Le recours à la planche à billets a gonflé considérablement l’endettement interne depuis 2017. L’endettement extérieur sera bientôt la dernière option disponible. »

Adopter des trajectoires soutenables

Le sujet est déjà périodiquement abordé dans la presse internationale. Le 17 juin, l’agence de presse américaine Bloomberg indiquait que « bien que les réserves de change soient à leur plus bas niveau depuis plus de quatorze ans, le pays n’a pratiquement pas de dettes internationales ».

« Le FMI pourrait potentiellement fournir un soutien à la balance des paiements si un choc majeur frappait son solde extérieur, ou si l’économie avait du mal à se rétablir suffisamment rapidement. Cela s’accompagnerait de conditions avec lesquelles il est difficile de savoir si les autorités algériennes seraient d’accord », écrit l’agence, qui souligne que le FMI a refusé de commenter l’éventualité d’une discussion pour une assistance à l’Algérie.

Les sources de MEE au sein de l’administration algérienne estiment que « la stratégie des autorités politiques est aujourd’hui essentiellement dilatoire. La solution ne consiste pas à scruter de façon obsessionnelle le niveau des réserves de change, elle réside dans la définition et l’adoption de trajectoires soutenables dans la durée pour le budget de l’État et la balance des paiements. Aujourd’hui, nous ne disposons d’aucune visibilité économique au-delà d’un horizon de dix-huit mois ».

Au cours de cette période, tout semble indiquer que les autorités algériennes vont continuer à « gagner du temps » en surveillant le niveau des réserves de change comme le lait sur le feu.

L’effondrement des prix pétroliers bouscule l’agenda du pouvoir algérien
Lire

Les « pays amis » pourraient être mis à contribution. Cette expression a été utilisée récemment par le président Tebboune, qui faisait allusion à la possibilité d’obtenir des crédits chinois. 

Un banquier algérien précise à MEE : « Il s’agit de la possibilité d’obtenir des crédits exports octroyés par des organismes de financement chinois et qui permettent de financer des importations de services ou de marchandises en provenance de Chine. Ces crédits commerciaux ‘’liés’’ sont coûteux et pourraient gonfler rapidement la dette extérieure si l’Algérie décide d’y recourir. »

Présenté comme beaucoup plus vertueux, le project financing, qui a été envisagé également avec des partenaires chinois, pour la réalisation d’infrastructures économiques importantes comme le grand port de Cherchell ou de projets industriels structurants comme l’exploitation des phosphates de la région de Tebessa, reste pour l’instant gelé. 

Les projets, très coûteux et très longs à mettre en œuvre, sont en stand-by depuis plusieurs années et le président Tebboune vient d’exhorter ses ministres à les relancer.

Pas de quoi changer la donne financière au cours des toutes prochaines années selon nos sources, qui estiment que « le passage par le FMI va progressivement apparaître comme inévitable. Une grande partie de l’establishment algérien en est déjà convaincu. Il n’est d’ailleurs absolument pas incompatible avec la survie du régime, pour lequel il pourrait constituer une bouée de sauvetage en rationalisant la gestion macroéconomique et en éliminant les gaspillages les plus criants ».

Le menu des politiques d’ajustement préconisées par le FMI a déjà été explicité par les missions dépêchées régulièrement à Alger au cours des dernières années. Il n’est pas différent du régime standard appliqué au cours des dernières années par beaucoup de pays voisins comme l’Égypte et la Tunisie

Les développements en perspective mettront-ils un point final au marasme économique algérien ? Très probablement pas

Un « prêt à porter » qui conjugue dévaluation du dinar, endettement extérieur ciblé et réduction des dépenses publiques. La réforme du système de subventions et les cessions d’actifs publics figurent également au programme. De quoi rétablir progressivement et pour quelques années une situation financière particulièrement dégradée ; avec un coût social, et sans doute également politique, élevé. 

Les développements en perspective mettront-ils un point final au marasme économique algérien ? Très probablement pas.

Pour l’Algérie, la crise financière en perspective et le passage par la case FMI vont principalement permettre de tester la compatibilité d’une forme améliorée de gouvernance économique avec l’accès à l’endettement international.

Le secteur privé traité comme une clientèle du pouvoir politique

Cette crise financière risque cependant de n’être que la première manifestation d’une crise structurelle encore plus grave et durable qui se traduira, selon le pronostic de nombreux experts nationaux, par la disparition progressive, et déjà amorcée, du surplus pétrolier exportable au cours de la prochaine décennie.

En 1936, l’intellectuel vénézuélien Arturo Uslar Pietri invitait déjà son pays à « semer le pétrole ». Autrement dit, à utiliser la rente de l’or noir pour développer l’industrie et préparer une économie capable de fonctionner sans exploitation pétrolière.

Le principal échec de la gouvernance économique algérienne est de n’avoir pas été capable de semer le pétrole en réalisant une diversification significative de l’économie. 

Voici quelques années, Abdellatif Benachenhou, économiste réputé et ancien ministre de l’Économie du début de l’ère Bouteflika, dressait un bilan éloquent de l’investissement en Algérie : « Près de 70 % de l’investissement national est réalisé dans les infrastructures et provient du budget de l’État, 25 % sont consacrés par Sonatrach au secteur des hydrocarbures. Le reste, à peine 5 %, est destiné au développement de l’industrie et à l’agriculture. »

« Comment diversifier l’économie algérienne sans investir dans la diversification ? » commente Mouloud Hedir, autre économiste algérien très critique de la gouvernance des dernières décennies.

Les décideurs et la nomenklatura algérienne continuent de s’appuyer prioritairement sur une administration et un secteur public économique dont ils tirent la plus grande partie de leurs privilèges. Le budget de l’État représente plus de 40 % du PIB.

De plus, les crédits bancaires sont orientés principalement vers des entreprises publiques inefficaces et fortement déficitaires dans leur majorité.

Lutte contre la corruption en Algérie : les industriels de la filière automobile au banc des accusés
Lire

Le secteur privé, considéré avec méfiance, est traité comme une clientèle du pouvoir politique, et ses errements donnent lieu à des procès spectaculaires : « affaire » Khalifa dans les années 1990, « scandale » de la filière du montage automobile au cours des derniers mois.

Son développement est fortement contrarié et il n’a pas pu amorcer significativement la diversification nécessaire à l’économie algérienne, dont il est le vecteur naturel.

C’est ce modèle économique et politique qui est aujourd’hui à bout de souffle. Mouloud Hedir commente à MEE : « Tout se passe comme si le vaisseau Algérie fuyait de toutes parts. Les injections financières massives des dernières années, qui ont conjugué des prix pétroliers encore élevés et le recours à la planche à billets, produisent en matière de croissance économique des résultats de plus en plus médiocres qui ne parviennent même plus à suivre l’augmentation de la population. »

Comment utiliser ce qui reste de la rente pétrolière et les financements internationaux encore disponibles pour amorcer enfin la diversification de l’économie ? Une équation bien compliquée à résoudre pour les dirigeants algériens au cours des prochaines années. 

Les opinions exprimées dans cet article n’engagent que leur auteur et ne reflètent pas nécessairement la politique éditoriale de Middle East Eye.

Hassan Haddouche
Hassan Haddouche est un journaliste algérien. Après avoir effectué des études d’économie en France et en Algérie, il débute sa carrière dans l’enseignement supérieur avant de rejoindre la presse nationale au début des années 1990. Il a collaboré avec de nombreux journaux (L’Observateur, La Tribune, La Nation, Liberté) et sites électroniques (Maghreb émergent, TSA) algériens.