Aller au contenu principal

Les profits chutent après l’inauguration du nouveau canal de Suez

Alors que les profits mensuels ont diminué de 4 % depuis l’inauguration d’une voie navigable élargie, le directeur de l’autorité du canal blâme une « campagne de désinformation »
Le président égyptien al-Sissi survole le nouveau canal de Suez peu après son inauguration en août (AFP)
Par

Les profits du canal de Suez ont chuté de façon significative en septembre, le premier mois complet suivant l’achèvement des travaux d’un mégaprojet conçu pour augmenter les capacités de génération de revenus du site.

Le rapport mensuel publié cette semaine par les autorités du canal de Suez montre que les profits générés par le trafic maritime ont diminué de 4 % en septembre par rapport à la même période en 2014, passant de 469,7 millions de dollars en 2014 à 448,8 millions de dollars en 2015.

Les statistiques pour le mois de septembre constituent les premiers chiffres portant sur un mois complet depuis l’inauguration en août dernier du nouveau canal de Suez, une expansion de la voie navigable historique financée par des fonds publics afin d’augmenter le trafic maritime et donc les revenus qui en découlent.

Le projet avait été lancé en grande pompe, incluant un défilé aérien militaire et un sermon d’État officiel disant aux Égyptiens que l’expansion du canal était une « victoire de Dieu ».

Les responsables, dont le président de l’autorité du canal de Suez, Mohab Mamish, avaient alors estimé que l’expansion doublerait les revenus du trafic maritime en l’espace d’une année.

Moins de deux semaines après l’ouverture du nouveau canal de Suez, le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi avait affirmé que la totalité des 9 milliards de dollars dépensés pour étendre le canal avaient déjà été remboursés.

À terme, les autorités espèrent que le projet augmentera les revenus annuels du canal de 5,5 milliards de dollars en 2014 à 13,5 milliards de dollars en 2023.

Le projet a été financé par les Égyptiens ordinaires, qui se sont empressés d’acquérir des obligations pour financer les travaux d’expansion, malgré la stagnation économique actuelle qui a confronté nombre d’entre eux aux bas salaires et à la hausse des prix.

L’expansion permet maintenant le passage de dix-huit navires simultanément, par rapport à onze auparavant.

Mohab Mamish a minimisé les statistiques indiquant une chute des profits en dépit de l’expansion, bien qu’elles aient été publiées sur les sites web de l’autorité du canal de Suez et du bureau du président égyptien.

Lors d’une conférence organisée par la Fédération des investisseuses arabes mardi, Mamish a exhorté les Égyptiens à « ne pas prêter attention à ce qui se dit ».

« Il y a une campagne délibérée de désinformation à l’encontre des projets du canal. »

Lors de déclarations postérieures dans la presse, Mohab Mamish a toutefois admis une baisse des profits, l’attribuant à un ralentissement de l’économie mondiale et à la diminution de la demande de pétrole, l’une des principales marchandises transportées via le canal.

Traduction de l’anglais (original)